Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large de Sanary-sur-Mer – Oues...

1995
Domaine public maritime

Au large de Sanary-sur-Mer – Ouest-Embiez 1

Évaluation (1995)
Responsable d’opération : Marie-Pierre Jézégou

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1À 56 m de profondeur, le site s’étend sur 18 m de longueur et environ 10 m de largeur. Des restes d’ancres en fer, couvertes de concrétions et de nombreux fragments de verre, sont visibles en surface (fig. 1). Deux petits sondages, pratiqués à 3 m d’intervalle, révèlent la stratigraphie du site : au-dessus, des lingots de verre et de la vaisselle en verre sur 50 cm d’épaisseur ; en dessous, quelques fragments de vaisselle et d’amphore ; puis du lest.

Fig. 1 – Vue sous-marine du site

Fig. 1 – Vue sous-marine du site

Cliché : Drassm.

2Le chargement principal est constitué par le verre ; il est encore prématuré d’attribuer la poterie soit au fret, soit aux réserves du bord. La présence de lest laisse penser qu’il s’agit d’un navire dont la coque doit être conservée, le gisement étant très peu perturbé. Un fragment de bord de plat à marli de type Hayes 6B ou C permet de dater le naufrage dans la deuxième moitié du iie s. apr. J.‑C.

3Cette cargaison, comprenant des lingots, de la vaisselle et peut-être du calcin, est intéressante tant pour l’étude des échanges en Méditerranée que pour celle des techniques.

Fig. 2 – a, lingots de verre ; b, gobelet en verre ; c, verres à pied ; d, haut de bouteille carrée

Fig. 2 – a, lingots de verre ; b, gobelet en verre ; c, verres à pied ; d, haut de bouteille carrée

a, c, d, clichés : C. Durand (CNRS-CCJ) ; b, cliché : P. Mardikian (Archéolyse Internationale).

4Les lingots de verre informes, aux arêtes vives, sont de taille diverse : ils atteignent 18 cm de long en moyenne pour un poids de 350 g à 370 g (fig. 2a). Leur présence confirme ce que l’on supposait déjà à partir de découvertes éparses et beaucoup plus modestes : à savoir qu’à l’époque antique, la plupart sinon tous les ateliers de Gaule et, sans doute une grande partie des officines de verriers du monde occidental, travaillaient à partir de produits semi-finis, parfois même importés de fort loin et issus d’ateliers peut-être spécialisés.

5L’existence d’épaves dont le chargement est composé, en partie seulement, de verre cassé ou de lingots de verre, a été quelquefois signalée (Parker 1992). Ces derniers, quelquefois sous forme de petits disques calibrés sont façonnés dans des moules ; le plus souvent, ils sont informes car ils résultent du concassage de plaques ou de masses de verre plus importantes, fractionnées pour faciliter le transport. Ce commerce est surtout attesté pour des périodes anciennes, antérieures à l’invention du verre soufflé. Ainsi, au large de la côte méridionale de la Turquie, furent recueillis, sur le site d’Ulu Burun, vingt et un lingots de verre avec d’autres lingots de cuivre et d’étain, des amphores dont une remplie de perles, des lampes et des objets précieux.

6Ces lingots pour la plupart bleus, en forme de disques de 12 cm à 15 cm de diamètre pour une épaisseur de 6 cm, sont les exemples les plus précoces d’un commerce maritime de verre entre l’Orient et l’Occident, le naufrage datant du xive s. avant notre ère (Smith 1985).

7Plus près de nous dans l’espace et dans le temps, il est intéressant de noter les diverses cargaisons de lingots de verre exhumées sur les côtes françaises. Il faut d’abord citer la cargaison de blocs de fritte bleue du iiie s. av. J.‑C. découverte sur l’épave Sanguinaire A au large d’Ajaccio (Alfonsi, Gandolfo 1997, p. 66-68) ; elle est à peu près contemporaine des quelques lingots récemment trouvés sur l’épave Lequin 2, près de l’île de Porquerolles (Gallia Informations, 1992-1, p. 36). Enfin d’autres lingots de verre bleu ont été anciennement signalés sur la Jaumegarde A (Carrazé 1972). Ce gisement, qui pourrait comprendre du mobilier issu de plusieurs bateaux, est attribué au ier s. av. J.‑C. On voit que l’épave Ouest-Embiez 1 se situe dans la lignée des gisements évoqués ci-dessus. À la fin de l’Antiquité, des lingots de verre faisaient toujours l’objet d’un commerce comme en témoignent les petits blocs de verre de teinte olive, mêlés à la vaisselle de terre et de verre de l’épave Port-Vendres 1, datée du début du ve s. (Foy 1995). Le trafic de lingots de verre ne s’est jamais totalement interrompu, nous en avons pour preuve la trouvaille d’une cargaison vraisemblablement du xve s., au large de Venise (Molino et al. 1987) et les nombreuses galettes de verre de l’époque moderne (Charleston 1963).

8Sur de nombreux sites de verreries antiques furent découverts des débris de lingots que l’on supposait importés mais rien ne pouvait le certifier (Morel et al. 1992). La découverte de l’épave des Embiez apporte la preuve la plus éloquente de la commercialisation des lingots de verre et de la mise en place, dans les ateliers de verriers gaulois, d’une technique simple consistant à faire refondre des lingots et, certainement aussi du verre cassé provenant de la récupération dans les habitats.

9L’usage de recycler le verre et le commerce du groisil, parfois sur de très longues distances, sont attestés par les auteurs antiques (Martial, Épigrammes, 1, 41 et Stace, Silvae 1, VI, 73-74) et par les sources archéologiques comme l’épave de Grado, en Italie du Nord datée du iie s. qui transportait, entre autres marchandises, des débris de verre dans un tonneau et notamment des fonds de bouteilles marquées (Tortorici 1994).

10Apparemment mélangée aux lingots, sur l’épave Ouest-Embiez 1, la vaisselle de verre se compose essentiellement de verres à boire.

11Des gobelets cylindriques, à pied annulaire, décorés de minces cordons de verre rapportés sous le rebord et parfois à la base des parois, étaient empilés par lots de cinq (fig. 2b).

12Aucune trace d’emballage n’a été décelée, pas même celle du calage ou d’individualisation au moyen d’éléments végétaux.

13Deux variantes ont été observées selon la présence ou non d’un filet de verre décoratif placé au-dessus du pied. Ces gobelets ont été fréquemment trouvés en Gaule (Genty 1972) ou sur les sites de Augst et Kaiseraugst (Rütti 1991 : I-35 et II-94). Ils sont généralement datés entre le seconde moitié du iie s. et le milieu du iiie s. Ces objets, les seuls retrouvés parfois complets, étaient transportés en tant que vaisselle destinée au commerce. En revanche, les autres objets toujours sous forme fragmentés peuvent, en l’état actuel des recherches, être aussi bien considérés comme de la vaisselle que du calcin destiné à la refonte.

14On trouve aussi des gobelets à pied annulaire double ou simple, avec au centre du fond, un cordon ou un ombilic, empreinte du pontil. Seul varie le profil des parois. Les coupes devaient être ovoïdes ou peut-être coniques ; on ne peut pas exclure la présence de petites fioles piriformes dont le fond est aussi constitué d’un anneau plein ; elles sont datées de la fin du iie s. ou du iiie s. (Sennequier 1985 : pièce no 37).

15Des formes beaucoup plus rares sont attestées par la présence d’une dizaine de pieds de forme tronconique appartenant à des verres vraisemblablement richement décorés.

16Deux fonds, portant une coupe cylindrique étroite et haute, appartenant à de grands verres (fig. 2c) faisaient sans doute partie de verreries semblables à celles qui furent trouvées en Pannonie (Barkoczi 1988, p. 109) et à Urbino en Italie (Mercando 1985 : fig. 199 et 202).

17Un pied toujours tronconique supporte une coupe ornée de dépressions.

18Est attestée enfin, une partie haute de bouteille carrée à anse nervurée, forme banale dès le milieu du ier s. apr. J.‑C. qui perdure jusqu’au iiie s. (fig. 2d).

19Toutes les formes identifiées : gobelets, verres à pied et bouteille, parfois très décorées, sont reconnues sur de nombreux sites occidentaux (Germanie, Gaule, Italie) et orientaux. Elles permettent de situer le naufrage du bateau vers la fin du iie s. ou le début du iiie s. de notre ère. Des lingots de verre, de la vaisselle et du verre cassé ont parfois été découverts dans des épaves. Ces produits faisaient alors l’objet d’un complément de cargaison.

20C’est la première fois que l’on découvre un bâtiment antique entièrement chargé de produits destinés au commerce et à l’artisanat du verre. Cette épave nous apparaît comme l’équivalent antique de l’épave de Serçe Liman coulée au xie s. avec son importante cargaison de vaisselle et de groisil (Bass, Van Doorninck 1988).

21Le matériel, ramené lors de l’expertise, ne représente qu’une infime partie de la cargaison ; il est cependant prometteur d’une documentation qui fera très sensiblement progresser les recherches sur la verrerie antique (Jézégou, Foy 1998).

Haut de page

Bibliographie

Alfonsi H., Gandolfo P. 1997 : L'épave Sanguinaires A. Cahiers d'Archéologie Subaquatique, XIII, p. 35-74.

Barkoczi L. 1988 : Pannonische Glasfunde in Ungarn. Budapest, Akademia Kiado, p. 223, 117 pl.

Bass G. F., Van Doorninck F. 1988 : The glass wreck: an 11th century merchantman. INA Newsletter, 15-3, p. 2-13.

Carrazé F. 1972 : Le gisement A de la Jeaune Garde. Cahiers d'archéologie Subaquatique, 1, p. 75-87.

Charleston R. J. 1963 : Glass « cakes » as raw material and articles of commerce. Journal of Glass Studies, 5, p. 54-67.

Foy D. 1995 : Le verre de la fin du ive au viiie siècle en France méditerranéenne: premier essai de typo-chronologie, in Le verre de l'Antiquité tardive et du Haut Moyen Âge. Musée archéologique départemental du Val–d'Oise, p. 187-242

Genty P.-Y. 1972 : Un type de gobelet en verre bien représenté dans le centre de la Gaule. Revue Archéologique du Centre, XI, p. 69-75.

Jézégou M.-P., Foy D. 1998 : Commerce et technologie du verre antique : le témoignage de l'épave Ouest-Embiez 1, in Rieth E. (dir.), Méditerranée antique : pêche, navigation commerce. Congrès national des sociétés historiques et scientifiques : 120e à Aix-en-Provence les 23 au 29 octobre 1995; 121e à Nice les 26 au 31 octobre 1996. Paris, Éd. du Comité des Travaux historiques et scientifiques, p. 121-134.

Mercando L. 1985 : Urbino (Pesaro), necropoli romana : tombe al Bivio della Croce dei Missionari e san Donato. Atti della Accademia nazionale dei Lincei, vol. XXXVI, p. 109-374.

Molino A., Molino P., Socal A., Turchetto E., Zanetti P. 1987 : Il relitto del vetro, relazione preliminare. Bollettino d'Arte suppplemento, Archeologia subacquea, 3, p. 179-186.

Morel et al. 1992 :

Morel J., Amrein H., Meylan M.-F., Chevalley C. 1992 : Un atelier de verrier du milieu du ier siècle ap. J.-C. à Avenches. Archéologie Suisse, 15-1, p. 2-17.

Parker A. J. 1992 : Ancient shipwrecks of the Mediterranean and the Roman provinces. Oxford, BAR (BAR Int. Ser., 580), 547 p.

Rütti B. 1991 : Die römischen Gläser aus Augst und Kaiseraugst. Augst, Römermuseum, 2 vol. (370 p. et 433 p.).

Sennequier G. 1985 : Verrerie d'époque romaine. Rouen, Musée départemental des Antiquités.

Smith K. C. 1985 : A remarkable discovery: the bronze Age shipwreck at Kas. INA Newsletter, 12-1, p. 2-5.

Tortorici 1994 : Il carico, in Operazione Iulia Felix, lo scavo subacqueo della nave romana rinvenuta al largo di Grado. Grado, Edizione della Laguna, p. 45-53.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue sous-marine du site
Crédits Cliché : Drassm.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104980/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Fig. 2 – a, lingots de verre ; b, gobelet en verre ; c, verres à pied ; d, haut de bouteille carrée
Crédits a, c, d, clichés : C. Durand (CNRS-CCJ) ; b, cliché : P. Mardikian (Archéolyse Internationale).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/104980/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Jézégou, « Au large de Sanary-sur-Mer – Ouest-Embiez 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/104980

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Jézégou

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Pierre Jézégou

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search