Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large de Hyères – Tour Fondue

1995
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Tour Fondue

Sondage (1993) et fouille programmée (1994-1995)
Responsable d’opération : Bernard Dangréaux

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1Conformément au programme accepté par les autorités de tutelle (Commission des fouilles sous-marines), la fouille de l’épave de la Tour Fondue doit s’achever en 1997 par l’étude de la partie de coque conservée en place. Cette dernière campagne devrait permettre de confirmer, sur un navire de quelque huit à dix mètres de longueur, la présence d’assemblages par chevilles ligaturées à l’exemple de ceux observés sur les épaves Cap Béar 3, Plane 1, Jeaume-Garde B, Roche-Fouras et Cavalière (Pomey 1995).

2Jusque-là, les investigations ont porté sur le matériel embarqué. Lors de la découverte, à côté des céramiques communes, des amphores gréco-italiques, marseillaises et de petit module avaient été inventoriées (Joncheray 1989) ; ce matériel est désormais mieux connu.

3On sait ainsi que les amphores gréco-italiques (fig. 1a) sont à ranger parmi les formes V ou VI des types MGS (Magno Grecques et Siciliotes) définis par C. Vandermersch (Vandermersch 1994) et dont l’origine est à chercher dans les ateliers littoraux de l’Italie méridionale ou en Sicile orientale. Quatre timbres (fig. 1b), imprimés sur la partie supérieure de l’anse, figurent à l’inventaire ; ils sont de lecture délicate mais l’un d’eux au moins (TF 94/2) est indéniablement rédigé en écriture grecque.

Fig. 1 – a, amphore gréco-italique ; b, timbres sur les anses d’amphores gréco-italiques

Fig. 1 – a, amphore gréco-italique ; b, timbres sur les anses d’amphores gréco-italiques

Dessins : B. Dangréaux.

4L’examen des tessons d’amphores marseillaises n’a, au contraire, révélé aucune estampille alors que la marque alpha rhô avait été notée par les inventeurs sur l’épaule de chaque exemplaire. Il a, en revanche, permis d’attester l’existence de plusieurs variantes du type Bertucchi 5 (Bertucchi 1992), visibles dans des lèvres en amande (fig. 2a) ou très arrondies et quelque peu évasées (fig. 2b), que l’on ajoutera au type 4, découvert précédemment, caractérisé par une lèvre en quart-de-rond.

Fig. 2 – Amphores massaliètes

Fig. 2 – Amphores massaliètes

Dessins : B. Dangréaux.

5Les amphores de petit module, enfin, semblent avoir été peu nombreuses : quelques fragments seulement de lèvres ou de pilon peuvent être rattachés au même type que les deux individus répertoriés au moment de la découverte.

6Quant à la céramique commune, elle appartient pour l’essentiel à la production dite « à pâte claire massaliète » et on y trouve nombre d’exemplaires connus à Olbia (Bats 1988) : un bol Bats F 321 ou 322 (fig. 3a), une coupe décorée sur sa face interne de quatre palmettes radiales et d’une rosace centrale Bats F 233 (fig. 3b), une coupelle Bats F 263 (fig. 3c), un plat à poissons avec cupule centrale Bats F 121 (fig. 3d) et un mortier présentant un marli bombé agrémenté d’un décor digité rapporté Bats F 633 (fig. 3e) s’ajoutent à l’œnochoé à anse bifide découvert en 1975.

Fig. 3 – Céramiques communes de la production dite « à pâte claire »

Fig. 3 – Céramiques communes de la production dite « à pâte claire »

Échelle 1/2,5.
a, bol Bats F 321 ou 322 ; b, coupe décorée de quatre palmettes radiales et d’une rosace centrale Bats F 233 ; c, coupelle Bats F 263 ; d, plat à poisson Bats F 121 ; e, mortier Bats F 633.

Dessins : B. Dangréaux.

7L’ensemble du mobilier présent sur l’épave circule dans le courant du iiie s. avant notre ère. On situera toutefois le naufrage dans la seconde moitié de ce siècle : la coupelle de forme Bats F 263 n’apparaît pas avant 250 à Olbia (Bats 1988, p. 172) et la variante à lèvre arrondie du type 5 des amphores marseillaises est d’une production postérieure à 250 (Py 1978, p. 18-19).

8En sens inverse, on notera que le Grand Congloué 1 qui sombre vers 210 av. J.‑C. (Long 1987, p. 34) offre des amphores gréco-italiques d’un type plus tardif et exemptes de timbre grec.

9L’épave de la Tour Fondue est donc le dernier jalon chronologique des treize gisements sous-marins dans lesquels sont recensées des amphores marseillaises (Long 1990).

10À ce jour, elle clôt, en effet, la liste ouverte par les épaves de Bon-Porté 1 et du Dattier (deuxième moitié du vie s.) et prolongée par celles de Pointe Lequin 1B (fin du vie s. ou premier quart ve s.), de Sausset 1 (première moitié du ve s.), de Brégançon 1 (courant ve s.), de la Pointe de l’Ilette (milieu ou deuxième moitié du ve s.), de Plane 2 (fin du ve s. ou premier quart du ive s.), de Riou 2 (première moitié du ive s.), de l’Ile Verte 2 (courant ou première moitié du ive s.), de la Pointe Bacon (deuxième moitié du ive s.), de Mounine 1 et de la Tour Finocchiarola (fin du ive s.).

11Mais avec son chargement associant des productions de Grande Grèce et marseillaises, ses vestiges d’une coque aux dimensions modestes et sa proximité d’Olbia, l’épave de la Tour Fondue nous offre aussi le témoignage d’un commerce de redistribution qui, par cabotage, alimente les différents comptoirs de la cité phocéenne.

Haut de page

Bibliographie

Bats M. 1988 : Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350 - v. 50 av. J.–C.) : modèles culturels, types et fonctions. Paris, Éd. du CNRS, 271 p., 72 pl. (Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 18).

Bertucchi G. 1992 : Les amphores et le vin de Marseille: vie s. av. J.-C.-iie s. ap. J.–C. Paris, CNRS ÉDITIONS, 250 p. (Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 25).

Joncheray J.-P. 1989 : L'épave grecque de la Tour Fondue. Cahiers d'archéologie subaquatique, VIII, p. 135-148.

Long L. 1987 : Les épaves du Grand Congloué : étude du journal de fouille de Fernand Benoit. Archaeonautica, 7, p. 9-36.

Long L. 1990 : Amphores massaliètes: objets isolés et gisements sous-marins du littoral français méditerranéen, in Bats M. (dir.), Les amphores de Marseille grecque: chronologie et diffusion (vie-ier s. av. J.-C.). Actes de la table ronde de Lattes (1989). Lattes - Aix–en–Provence, ADAM éd., Études Massaliètes, 2, p. 27-70.

Pomey P. 1995 : Dendrochronologie et dendromorphologie des épaves antiques de Méditerranée. Bilan Scientifique du Drassm, p. 56-57.

Py M. 1978 : Quatre siècles d'amphores massaliètes : essai de classification des bords. Figlina, 3, p. 1-23.

Vandermersch C. 1994 : Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile, ive-iiie s. avant J.-C. Naples, Centre Jean Bérard, 279 p. (Études I, Centre Jean Bérard).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – a, amphore gréco-italique ; b, timbres sur les anses d’amphores gréco-italiques
Crédits Dessins : B. Dangréaux.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Fig. 2 – Amphores massaliètes
Crédits Dessins : B. Dangréaux.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 3 – Céramiques communes de la production dite « à pâte claire »
Légende Échelle 1/2,5.a, bol Bats F 321 ou 322 ; b, coupe décorée de quatre palmettes radiales et d’une rosace centrale Bats F 233 ; c, coupelle Bats F 263 ; d, plat à poisson Bats F 121 ; e, mortier Bats F 633.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Dangréaux, « Au large de Hyères – Tour Fondue » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105005

Haut de page

Auteur

Bernard Dangréaux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bernard Dangréaux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search