Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Hyères – Porquerolles...

1993
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Porquerolles, Pointe Lequin 1a

Fouille programmée (1991-1993)
Responsables d'opération : Luc Long et Giuliano Volpe

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’opération de fouille, initiée par une première expertise en 1986, sur l’épave grecque archaïque de la Pointe Lequin (fig. 1), dont le chargement composite s’est déversé sur une pente entre 3 m et 8 m de fond (Long et al. 1992), a pris fin en 1993.

Fig. 1 – Vue aérienne de la Pointe Lequin et de L’Archéonaute en place sur le site

Fig. 1 – Vue aérienne de la Pointe Lequin et de L’Archéonaute en place sur le site

Cliché : P. Robert (Parc national de Port-Cros).

2Nos dernières investigations ont porté à l’est du gisement, dans des zones de faible profondeur (2 m à 5 m) où les couches de mobilier étaient recouvertes par une importante matte de posidonies.

3L’épaisseur des racines d’herbier stratifiées atteignait 3 m de haut et a considérablement ralenti notre progression (fig. 2). Les cinquante premiers centimètres avaient la consistance du bois, tant l’herbier était vivace et ses racines solides.

Fig. 2 – Vue générale du front de fouille, au pied du mur de posidonies

Fig. 2 – Vue générale du front de fouille, au pied du mur de posidonies

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

4L’utilisation de scies, fréquemment aiguisées compte tenu de l’effet abrasif du sable, et d’un hydrojet de type Karcher, a fini par activer le découpage du vaste front de fouille, étendu sur 14 m de long.

5Ensuite, le dévasage minutieux, des couches archéologiques a permis de localiser et de suivre très précisément les limites sud-est du déversement de la cargaison (fig. 3).

Fig. 3 – Limite très nette du déversement de la vaisselle de l’épave

Fig. 3 – Limite très nette du déversement de la vaisselle de l’épave

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

6Dans le secteur est furent découverts les seuls vestiges du navire, réduits à deux éléments de bois longitudinaux, plantés verticalement dans le sédiment parmi les coupes ioniennes (fig. 4). Il s’agit, selon nous, d’une portion de la quille et de son galbord. Leur position verticale, qui est pour le moins curieuse (fig. 5a), témoigne de la violence du naufrage et explique pleinement le déversement généralisé de la cargaison et le fait qu’un grand nombre d’objets soient réduits en miettes. Il faut croire, en effet, qu’une partie du bateau, fracturé au moins en deux, fut plantée verticalement par la tempête (fig. 5b).

Fig. 4 – Vue générale des vestiges de bois de l’épave

Fig. 4 – Vue générale des vestiges de bois de l’épave

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 5 – a, position verticale des pièces de bois de l’épave ; b, vue de détail après numérotation des éléments de bois plantés verticalement

Fig. 5 – a, position verticale des pièces de bois de l’épave ; b, vue de détail après numérotation des éléments de bois plantés verticalement

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

7La quille, en hêtre, est visiblement plus large que haute (25 cm x 20 cm). Sa face inférieure est arrondie tandis que le sommet s’est mal conservé. Le galbord, en sapin (21 cm x 7 cm), est fixé à la quille par une languette chevillée (mortaise d’une longueur de 24 cm et de 2,5 cm d’épaisseur ; le diamètre de la cheville mesure 1 cm tandis que la clé est de 20 cm). L’angle que lui impose la râblure, aménagée verticalement sur la quille, prouve que nous sommes dans la partie centrale du navire, là où le fond de carène est le plus plat (fig. 6). Par comparaison avec d’autres navires grecs ou marseillais, par exemple ceux de la Place Jules Verne ou celui de la Tour fondue (Dangréaux 1995, p. 52), notre échantillonnage paraît relativement important et devrait correspondre au moins à un navire de 15 m ou 20 m de long.

Fig. 6 – Relevé graphique des éléments de bois, vraisemblablement le galbord et la quille

Fig. 6 – Relevé graphique des éléments de bois, vraisemblablement le galbord et la quille

Dessin : J. A. Cerdà.

8La datation par radiocarbone de ces échantillons de bois, effectuée par le laboratoire de Géologie du Quaternaire de Luminy, 2 530 ± 150 ans, soit une fourchette chronologique comprise entre 730 et 430 av. J.‑C., se révèle en bonne cohérence avec la période du naufrage.

9Parmi la vaisselle de table, les coupes B2, représentées par plus de quinze mille fragments, sont les plus nombreuses avec plus de mille cinq cents individus (fig. 7, haut). Si cette production paraît très homogène et provient très vraisemblablement d’une même région, on note, cependant, des variantes au niveau des surfaces peintes et des détails morphologiques (fig. 7, bas). Le problème de l’origine de cette production reste en suspens et les analyses d’argile effectuées sur ce type de vase ne permettent pas de trancher. L’hypothèse d’une production de Grèce de l’Est reste tout à fait possible et l’on pense, comme le préconise P. Cabrera pour les coupes de Huelva (Cabrera 1987, p. 334), aux exemplaires de l’Heraion de Samos qui sont très semblables aux nôtres. Dans ce cas, le binôme amphores et coupes de Samos serait particulièrement significatif sur l’épave.

Fig. 7 – haut, coupe de type B2 in situ ; bas, variations morphologiques des coupes B2 de l’épave

Fig. 7 – haut, coupe de type B2 in situ ; bas, variations morphologiques des coupes B2 de l’épave

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

10Il est, cependant, impossible d’exclure une origine occidentale, notamment parmi les productions coloniales d’Étrurie, de Sicile et de Grande Grèce. Sur ce point, le mobilier mis au jour à Gravisca, tant au niveau de la céramique que des amphores (Slaska 1976), paraît également très semblable au nôtre. L’association sur ce site de coupes B2, de lampes (fig. 8), de coupelles sans anses (fig. 9) et d’olpai très proches de celles de l’épave (Boldrini 1994, p. 260) offre là-aussi une piste très intéressante. On ne peut, toutefois, préciser avec certitude si ces productions étaient d’origine locale ou redistribuées par l’emporion grec de Gravisca.

Fig. 8 – Exemplaires de quelques lampes à bec de l’épave

Fig. 8 – Exemplaires de quelques lampes à bec de l’épave

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 9 – Coupelles et plats sans anse

Fig. 9 – Coupelles et plats sans anse

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

11La fouille a, néanmoins, apporté d’intéressantes précisions sur le mode de chargement de cette céramique lors de la découverte d’un fond d’amphore attique à la brosse, décolletée dès l’origine, contenant trois piles de coupes B2 encore en place (fig. 10a). Ce type d’emballage explique peut-être que plusieurs centaines de vases aient échappé à la casse (fig. 10b).

Fig. 10 – a, fond d’amphore in situ contenant plusieurs piles de coupes B2 ; b, vue de l’une des piles de coupe B2 disposée dans le fond d’amphore

Fig. 10 – a, fond d’amphore in situ contenant plusieurs piles de coupes B2 ; b, vue de l’une des piles de coupe B2 disposée dans le fond d’amphore

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

12Sur la base de cet exemple, si l’on considère que les nombreux pithoi recensés dans l’épave, pas moins de dix au total, étaient également utilisés au transport de la vaisselle plutôt qu’au conditionnement de denrées alimentaires, l’ensemble des coupes B2 pouvait, alors, prendre place dans ces grands vases en terre cuite. D’après nos essais, la capacité de chaque pithos est, en effet, de quatre-vingt-dix à cent coupes (fig. 11). Le reliquat de cette vaisselle pouvait alors se répartir dans les huit amphores à la brosse trouvées sur le site.

Fig. 11 – Hypothèse de chargement de chaque pithos

Fig. 11 – Hypothèse de chargement de chaque pithos

Dessins : P. Foliot (CNRS-CCJ).

13Le chargement comprenait aussi, on l’a vu, des coupes et des coupelles sans anses, à vernis noir, qui présentent avec les lampes des caractéristiques très proches de celles des coupes B2, ce qui pourrait leur assigner une origine commune.

14Mais l’aspect le plus intéressant de la cargaison réside dans la céramique attique à figure noire, composée d’à peu près sept cents vases extrêmement fragiles qui ne sont conservés que de manière fragmentaire. Les plus fréquentes, avec plus de deux cents individus, sont les coupes Bloesch C à vernis noir, parfois décorées en médaillon central (coq, sphinx, serpent, dauphin, trident, etc.) (fig. 12a, b, c, d et e) et qui constituent un groupe à part (Bloesch 1940).

Fig. 12 – a, coupe Bloesch C in situ ; b, détail d’un coq en médaillon sur un fond de coupe Bloesch C ; c, Sphinx tournant la tête sur un fond de coupe Bloesch C ; d, Gorgone décorant un fond de coupe Bloesch ; e, Médailon décoré de dauphins sur un fond de coupe Bloesch

Fig. 12 – a, coupe Bloesch C in situ ; b, détail d’un coq en médaillon sur un fond de coupe Bloesch C ; c, Sphinx tournant la tête sur un fond de coupe Bloesch C ; d, Gorgone décorant un fond de coupe Bloesch ; e, Médailon décoré de dauphins sur un fond de coupe Bloesch

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

15Parmi les vases plus richement décorés on recense les coupes à bandes des Petits Maîtres, les kylikes de grandes dimensions et un grand nombre de coupes de Cassel, constituées par environ deux cents exemplaires, qui sont habituellement de diffusion plutôt restreinte (fig. 13a et b).

Fig. 13 – a, fragment d’une coupe de Cassel décoré d’une frise d’oiseaux ; b, fragment de coupe à bande décorée d’un cheval ailé

Fig. 13 – a, fragment d’une coupe de Cassel décoré d’une frise d’oiseaux ; b, fragment de coupe à bande décorée d’un cheval ailé

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

16Le répertoire décoratif des quelques cent quatre-vingts coupes à yeux recensées dans l’épave, que F. Villard rattache à l’école de Nicosthénès, est particulièrement significatif. On note, par exemple, des scènes dionysiaques, des combats de guerriers, des rencontres amoureuses hétéro et homosexuelles où l’un des amants offre à l’autre un présent (fig. 14a, b et c), de même que des représentations mythologiques diverses où le thème dominant – Héraclès (fig. 15a, b), mais surtout Thésée tuant le Minotaure (fig. 16) – revêt, par ailleurs, une grande force idéologique dans la propagande athénienne.

Fig. 14 – a, coupe à yeux décorée d’un soldat en armes ; b, soldat tenant un bouclier et aurige sur son char ; c, scène galante homosexuelle

Fig. 14 – a, coupe à yeux décorée d’un soldat en armes ; b, soldat tenant un bouclier et aurige sur son char ; c, scène galante homosexuelle

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 15 – a, fragment de coupe à yeux représentant Héraclès et le lion de Némée ; b, Héraclès et le lion de Némée, scène tronquée

Fig. 15 – a, fragment de coupe à yeux représentant Héraclès et le lion de Némée ; b, Héraclès et le lion de Némée, scène tronquée

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 16 – Trois fragments de coupes à yeux décorées du thème de Thésée et le Minotaure

Fig. 16 – Trois fragments de coupes à yeux décorées du thème de Thésée et le Minotaure

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

17Ces productions originaires d’Athènes comprennent aussi, en moins grand nombre, des supports de coupes décorés, coupes à lèvre, skiphoï, lécythes, lékané, pyxides, cratères à colonnettes, ainsi qu’un lot de plus de quarante formes en céramique commune.

18Ce chargement d’objets était complété par des statuettes en terre cuite (fig. 17a, b et c) et en bronze (fig. 18a, b, c et d), ces dernières se rattachant peut-être à un ou plusieurs grands vases.

Fig. 17 – a, sivinité assise coiffée d’un polos ; b, nez de statuette en terre cuite ; c, partie antérieure d’un sanglier en terre cuite

Fig. 17 – a, sivinité assise coiffée d’un polos ; b, nez de statuette en terre cuite ; c, partie antérieure d’un sanglier en terre cuite

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 18 – a, lion en bronze tournant la tête ; b, soldat ou aurige en bronze ; c, statuette en bronze ; d, satyre en bronze tenant une coupe et une corne d’abondance

Fig. 18 – a, lion en bronze tournant la tête ; b, soldat ou aurige en bronze ; c, statuette en bronze ; d, satyre en bronze tenant une coupe et une corne d’abondance

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

19Les denrées liquides, comme le vin et certainement l’huile, voyageaient dans une centaine d’amphores au total, originaires principalement d’Ionie du Sud.

20Avec les amphores orientales provenant sans doute de Clazomènes, Chio et Lesbos, on compte un ensemble majoritaire se rattachant au groupe Milet-Samos et peut-être plus précisément de Samos (fig. 19a), comparables aux amphores de l’épave probablement étrusque Punta Ala A, récemment découverte en Toscane (Cygielman 1997). Sur l’épave de la Pointe Lequin, ce fret était complété par des amphores attiques (à tableau et à la brosse) et corinthiennes A et B (fig. 19b).

Fig. 19 – a, amphores du groupe Milet-Samos ; b, amphores de type corinthien B

Fig. 19 – a, amphores du groupe Milet-Samos ; b, amphores de type corinthien B

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

21On signalera la présence de nombreux graffiti grecs, incisés avant cuisson sur les amphores d’Ionie du Sud (fig. 20). Quelques amphores massaliètes ou « ionio-massaliètes » et une amphore étrusque de type Py 5 complètent ce lot (fig. 21).

Fig. 20 – Amphore d’Ionie du Nord avec graffiti

Fig. 20 – Amphore d’Ionie du Nord avec graffiti

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 21 – Amphore étrusque de type Py 5

Fig. 21 – Amphore étrusque de type Py 5

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

22Parmi le petit matériel de bord regroupé dans une poche de sable, il faut indiquer, regroupés ensemble, deux dés à jouer et une série de six petits poids quadrangulaires en plomb de 0,45 cm à 1 cm de côté, qui servaient peut-être, lors de transactions commerciales, à la pesée de produits précieux (fig. 22).

Fig. 22 – Poids quadrangulaires en plomb

Fig. 22 – Poids quadrangulaires en plomb

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

23Sur ce point, le dévasage des couches profondes a livré, avec la céramique, des petites pépites de colorant rouge et jaune, dont les plus lourdes pèsent 55 g.

24Au total, avec près de trois mille objets en céramique, une centaine d’amphores à vin, une dizaine de grands conteneurs et quelques objets en bronze, l’évaluation minimale du chargement tourne autour de cinq tonnes, ce qui est relativement peu, compte tenu des dimensions théoriques du navire, estimées d’après la section de quille. Ce bateau, qui se rendait vraisemblablement vers Marseille, avait peut-être déjà déchargé une partie de sa cargaison au moment du naufrage, vers 515 av. J.‑C. (Long et al. 1992).

25L’épave Lequin 1A revêt un intérêt considérable pour l’étude du commerce de l’époque archaïque en Méditerranée occidentale et des relations qu’entretenait la cité massaliète avec le reste du monde grec.

26Sur ce point, il est encore difficile aujourd’hui de préciser la provenance exacte du navire dont le mobilier, pour partie originaire de Grèce orientale et d’Athènes, a très bien pu être chargé ou complété en Grande Grèce ou en Sicile.

Haut de page

Bibliographie

Bloesch H. 1940 : Formen attischer Schalen – von Exekias bis zum Ende des strengen Stils. München, Bern, Bümplitz/Benteli, p. 163.

Boldrini S. 1994 : Le ceramiche ionoche. Bari, Edipuglia, (Gravisca : Scavi nel Santuario greco).

Cabrera Bonet P. 1987 : El Commercio griego en Huelva en epoca arcaica. Thèse de l'université autonome de Madrid, département de Préhistoire et Archéologie, 391 p.

Cygielman M. 1997 : Castiglione della Pescaia-Punta Ala, Relitto A ; in Poggesi G., Rendini P. (dir.), Memorie Sommerse, Archeologia subacquea in Toscana. Catalogue de l'exposition inaugurée dans la forteresse espagnole de Porto S. Stefano, le 31 mai 1997, p. 91-101.

Dangréaux B. 1995 : Var, au large de Hyères: Presqu'île de Giens, Tour Fondue. Bilan scientifique du Drassm, p. 51-52.

Long L., Mirò J., Volpe G. 1992 : Les épaves archaïques de la Pointe Lequin (Porquerolles, Hyères, Var) : des données nouvelles sur le commerce de Marseille à la fin du vie et dans la première moitié du ve s. av. J.-C., in Marseille grecque et la Gaule. Lattes - Aix–en–Provence, ADAM éd., Études Massaliètes, 3, p. 199-234.

Slaska M. 1976 : Gravisca. Le ceramiche di produzione greco-orientale, in Les céramiques de la Grèce de l'Est et leur diffusion en occident ; Centre Jean Bérard, Institut Français de Naples, 6-9 juillet 1976. Naples, Institut Français de Naples, p. 223-226.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne de la Pointe Lequin et de L’Archéonaute en place sur le site
Crédits Cliché : P. Robert (Parc national de Port-Cros).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 701k
Titre Fig. 2 – Vue générale du front de fouille, au pied du mur de posidonies
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Titre Fig. 3 – Limite très nette du déversement de la vaisselle de l’épave
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 4 – Vue générale des vestiges de bois de l’épave
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre Fig. 5 – a, position verticale des pièces de bois de l’épave ; b, vue de détail après numérotation des éléments de bois plantés verticalement
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Fig. 6 – Relevé graphique des éléments de bois, vraisemblablement le galbord et la quille
Crédits Dessin : J. A. Cerdà.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 262k
Titre Fig. 7 – haut, coupe de type B2 in situ ; bas, variations morphologiques des coupes B2 de l’épave
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Titre Fig. 8 – Exemplaires de quelques lampes à bec de l’épave
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 9 – Coupelles et plats sans anse
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Fig. 10 – a, fond d’amphore in situ contenant plusieurs piles de coupes B2 ; b, vue de l’une des piles de coupe B2 disposée dans le fond d’amphore
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Fig. 11 – Hypothèse de chargement de chaque pithos
Crédits Dessins : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 12 – a, coupe Bloesch C in situ ; b, détail d’un coq en médaillon sur un fond de coupe Bloesch C ; c, Sphinx tournant la tête sur un fond de coupe Bloesch C ; d, Gorgone décorant un fond de coupe Bloesch ; e, Médailon décoré de dauphins sur un fond de coupe Bloesch
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 13 – a, fragment d’une coupe de Cassel décoré d’une frise d’oiseaux ; b, fragment de coupe à bande décorée d’un cheval ailé
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Fig. 14 – a, coupe à yeux décorée d’un soldat en armes ; b, soldat tenant un bouclier et aurige sur son char ; c, scène galante homosexuelle
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Fig. 15 – a, fragment de coupe à yeux représentant Héraclès et le lion de Némée ; b, Héraclès et le lion de Némée, scène tronquée
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 16 – Trois fragments de coupes à yeux décorées du thème de Thésée et le Minotaure
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Fig. 17 – a, sivinité assise coiffée d’un polos ; b, nez de statuette en terre cuite ; c, partie antérieure d’un sanglier en terre cuite
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 18 – a, lion en bronze tournant la tête ; b, soldat ou aurige en bronze ; c, statuette en bronze ; d, satyre en bronze tenant une coupe et une corne d’abondance
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre Fig. 19 – a, amphores du groupe Milet-Samos ; b, amphores de type corinthien B
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 20 – Amphore d’Ionie du Nord avec graffiti
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Fig. 21 – Amphore étrusque de type Py 5
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Fig. 22 – Poids quadrangulaires en plomb
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105025/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Giuliano Volpe, « Au large de Hyères – Porquerolles, Pointe Lequin 1a » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105025

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Giuliano Volpe

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Giuliano Volpe

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search