Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Hyères – Porquerolles...

1993
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Porquerolles, Pointe Lequin 2

Fouille programmée (1991-1993)
Responsables d'opération : Luc Long et Giuliano Volpe

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1Le mobilier archéologique de cette épave, composé pour l’essentiel d’amphores gréco-italiques et de céramique campanienne originaires de Naples, était comme nous l’avons déjà signalé (Gallia Informations, 1987-88, p. 34) intimement mêlé aux débris d’amphores massaliètes de l’épave Pointe Lequin 1B, dans la zone 1. Ce secteur était toutefois très pauvre en objets provenant de l’épave grecque Pointe Lequin 1A.

2En 1992 et 1993, un chenal en pente douce, à l’ouest, a livré du mobilier de l’épave d’époque hellénistique en bonne cohérence stratigraphique, jusqu’à 10 m de fond (fig. 1). Le déversement de ce gisement s’est également effectué vers le sud-est, en direction de la zone 2 où est essentiellement concentré le mobilier de l’épave espagnole Pointe Lequin 3.

Fig. 1 – Zone de mélange entre l’épave Lequin 1B et l’épave Lequin 2

Fig. 1 – Zone de mélange entre l’épave Lequin 1B et l’épave Lequin 2

Cliché : P. Mouton.

3D’une manière générale, l’épave Pointe Lequin 2 occupait les parties hautes du site, où la sédimentation était plutôt faible, et était, par conséquent, plus vulnérable que les autres. Sur ce point, nous savons par les affaires de saisie judiciaire ayant trait à ces gisements que l’épave 2 a le plus souffert du pillage (fig. 2). Il est, en conséquence, difficile d’évaluer aujourd’hui son chargement global. Quoi qu’il en soit, il reste sans commune mesure avec les exportations napolitaines du début du iie s.

Fig. 2 – Fragments de vaisselle campanienne extrêmement denses

Fig. 2 – Fragments de vaisselle campanienne extrêmement denses

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

4Au vu du mobilier recueilli, le volume de la céramique doit être estimé au minimum à deux cents ou deux cent cinquante pièces, sans doute guère plus, mais il semblerait que les amphores étaient bien moins nombreuses, peut-être vingt ou trente, quarante au maximum.

5Ces dernières, par leur morphologie générale font partie des gréco-italiques anciennes, plus précisément de type MGS VI (Vandermersch 1994, p. 81). Leur forme trapue, à lèvre courte et peu inclinée, au col court et à l’épaule aplatie, rappelle les productions de la deuxième moitié du iiie s. av. J.‑C., peut-être entre 240 et 210 (fig. 3a et 3b). C’est ce que confirme la présence sur une anse, inscrit dans un cartouche rectangulaire (4,2 cm x 1,3 cm), du timbre M. ANTESTIO (le O est incomplet), découvert avec la céramique en 1991 (fig. 3c). La graphie et le nominatif en O, comme LOISIO, révèlent une chronologie haute et s’apparentent à une forme onomastique déjà connue à Rome dans la plus ancienne période républicaine (Manacorda 1986, p. 582). Le timbre de M. Antistius sur amphore gréco-italique est attesté en Sicile, à Catane et Syracuse (CIL X, 8051, 4), à Ischia (Buchner, Rittmann 1949, p. 58), à Carthage (CIL VIII, 22 637, 11) et à Constantine (Berthier 1980, p. 23). La pâte de nos amphores, riche en très nombreuses petites inclusions noires est vraisemblablement vésuvienne. Elle confirme l’origine campanienne de ces premiers timbres latins (Tchernia 1986, p. 50).

Fig. 3 – a, col d’amphore gréco-italique ; b, fragment du col d’amphore gréco-italique : épaule et départ de l’anse ; c, timbre de M. ANTESTIO sur anse d’amphore gréco-italique

Fig. 3 – a, col d’amphore gréco-italique ; b, fragment du col d’amphore gréco-italique : épaule et départ de l’anse ; c, timbre de M. ANTESTIO sur anse d’amphore gréco-italique

a et b, clichés : L. Long (Drassm) ; c, cliché : D. Metzger (Drassm).

6Par ailleurs, quelques amphores puniques, une ou deux au maximum, que l’on pouvait sans aucun doute se procurer sur le marché de redistribution de la Neapolis, constituaient peut-être une commande spéciale ou étaient plus simplement réservées aux provisions de bord.

7Pour sa part, la vaisselle campanienne de type A ancien, voire archaïque, est composée d’une dizaine de formes. Il s’agit notamment de coupes Lamb. 27A et B de tailles diverses, décorées d’une rosette centrale pour les petits formats et de quatre palmettes radiales pour les plus grands.

8On dénombre également des assiettes Lamb. 36 non décorées, à bord peu incliné ; des plats à poissons ; des bols Lamb. 31 et 33 à décor interne de rinceaux de feuillages à rehauts blancs (fig. 4) et des coupes à anses horizontales de type Lamb. 42Bb (Morel, F 4152) décorées de palmettes (fig. 5a et b). Ces dernières, exportées au iiie s. vers la Gaule méridionale et la Catalogne, dans la zone d’influence commerciale de Marseille, ne font apparemment pas partie du répertoire classique de la campanienne A et se rattachent sans doute aux toutes premières productions d’Ischia (Morel 1998, p. 513).

Fig. 4 – Fond de bol Lamb. 31-33 à décor de feuillages

Fig. 4 – Fond de bol Lamb. 31-33 à décor de feuillages

Cliché : L. Long (Drassm).

Fig. 5 – a, coupe Lamb. 42Bb ; b, décor de palmettes en fond de vasque sur coupe Lamb. 42

Fig. 5 – a, coupe Lamb. 42Bb ; b, décor de palmettes en fond de vasque sur coupe Lamb. 42

a, cliché : L. Long (Drassm) ; b, cliché : D. Metzger (Drassm).

9Prenaient part également à ce lot :

  • un vase à boire de forme indéterminée, sorte de skyphos à paroi convexe et pied mouluré, décoré dans le fond interne de feuilles et de grappes de raisins (fig. 6a et b) ;
  • une lampe ;
  • une olpé à une anse (F 5152) (fig. 7)
  • et une coupe à décor incisé surpeint en rosace.

Fig. 6 – a, skyphos à paroi convexe et pied mouluré ; b, décor interne du skyphos

Fig. 6 – a, skyphos à paroi convexe et pied mouluré ; b, décor interne du skyphos

Clichés : L. Long (Drassm).

Fig. 7 – Olpé à anse

Fig. 7 – Olpé à anse

Cliché : D. Metzger (Drassm).

10Le fait qu’on retrouve à Olbia à peu près toutes les catégories de vases à boire de l’épave, les coupes 42Bb, comme précisément, le très rare vase à décor incisé surpeint (Bats 1988, no 518), inclut peut-être directement le comptoir massaliète dans l’itinéraire maritime de ce type de bateau.

11Au reste, on rapprochera notre épave du chargement naufragé Meloria A, situé sur la côte ligure aux environs de Livourne (Bargagliotti, Cibecchini 1998, p. 168).

12Le chargement de la Pointe Lequin 2 était complété, en outre, par des pépites en pâte de verre bleu, trouvées éparpillées sur le site et pesant chacune rarement plus de 100 g (fig. 8a et b).

Fig. 8 – a, petite pépite en pâte de verre bleu ; b, pépite en pâte de verre bleu, de taille moyenne

Fig. 8 – a, petite pépite en pâte de verre bleu ; b, pépite en pâte de verre bleu, de taille moyenne

Clichés : D. Metzger (Drassm).

13Contrairement à l’épave Sanguinaires A (Ajaccio, Corse) contemporaine de la nôtre qui en contenait plus de 550 kg (Alfonsi, Gandolfo 1997), la quantité de ce verre brut sur l’épave de Porquerolles était moindre et n’excédait sans doute pas quelques kilogrammes.

14Confiés pour analyse au CRPG de Nancy (Foy et al. 1999), nos échantillons devaient sans doute alimenter de petits ateliers massaliètes qui fabriquaient de la verroterie comme celui identifié sur l’oppidum d’Entremont (Willaume 1987).

15On signalera enfin la découverte de quelques fragments d’assiettes Lamb. 36 et d’un fond de coupe, en pâte claire massaliète, qu’il faut rattacher au matériel de bord.

16Si on ne peut complètement éliminer l’hypothèse d’un commerce de redistribution d’ouest en est, cette épave évoque plutôt selon nous les initiatives précoces des négociants et capitaines de navires massaliètes dans la distribution en Gaule, et sans doute vers Marseille, du vin et de la vaisselle campanienne. La cité phocéenne, il est vrai, entretenait des liens privilégiés avec Naples, en cette fin du iiie s. av. J.‑C. (Morel 1986). Du même coup, face à un marché du vin en continuelle expansion, on peut se demander si leur rôle dans la diffusion de ces produits ne s’est pas poursuivi durant le deuxième siècle.

Haut de page

Bibliographie

Alfonsi H., Gandolfo P. 1997 : L'épave Sanguinaires A. Cahiers d'Archéologie Subaquatique, XIII, p. 35-74.

Bargagliotti S., Cibecchini F. 1998 : Rotte del vino nell'alto Tirreno : nuovi rinvenimenti nel mare di

Livorno, in El vi a l'Antiguitat, Economia, produccio i comerc al Mediterrani occidental ; Actes, 2e Colloqui internacional d'Arqueologia Romana. Museu de Badalona. Badalona, p. 168-174. (Monografies Badalonines, 14).

Bats M. 1988 : Vaisselle et alimentation à Olbia de Provence (v. 350-v. 50 av. J.–C.) : modèles culturels, types et fonctions. Paris, Éd. Du CNRS, 271 p., 72 pl. (Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. 18).

Berthier A. 1980 : Un habitat punique à Constantine. Antiquités Africaines, 16.

Buchner G., Rittmann A. 1949 : Origine e passato dell'isola d'Ischia. Napoli.

Foy D., Vichy M., Picon M. 1999 : « Lingots » de verre en Méditerranée occidentale (iiie s. av. J.-C.-viie s. ap. J.-C.), approvisionnement et mise en oeuvre. Données archéologiques et données de laboratoire, in Association internationale pour l'histoire du verre (AIHV). XIV Congresso Internazionale, Venezia, 27-10/1-11 1998. Milano, AIHV.

Manacorda D. 1986 : A proposito delle anfore cosidette « greco-italiche »: una breve nota, in Empereur J.-Y., Garlan Y. (dir.), Recherches sur les amphores grecques. Paris-Athènes, diff. de Boccard, École Française d’Athènes (Coll. Bulletin de correspondance hellénique, supp. 13).

Morel J.-P. 1986 : Remarques sur l'art et l'artisanat de Naples antique, in Neapolis ; Atti del venticinquesimo convegno di studi sulla Magna Grecia, Taranto, 3-7 ottobre 1985. Napoli, Arte tipographica, p. 305-356.

Morel J.-P. 1998 : Le commerce à l'époque hellénistique et romaine et les enseignements des épaves, in Archeologia Subacquea, come opera l'archeologo sott'acqua, storie dalle acque, a cura di Giuliano Volpe. VIII ciclo di lezioni sulla ricerca applicata in archeologia, certosa di Pontignano (Siena), 9-15 dicembre 1996. Firenze, Ed. All'Insegna del Giglio, p. 485-529.

Tchernia A. 1986 : Le vin de l'Italie romaine, Essai d'histoire économique d'après les amphores. Rome, École française de Rome, 410 p. (BEFAR, 261)

Vandermersch C. 1994 : Vins et amphores de Grande Grèce et de Sicile, ive-iiie s. avant J.-C. Naples, Centre Jean Bérard, 279 p. (Etudes I, Centre Jean Bérard).

Willaume M. 1987 : Les objets de la vie quotidienne, in Archéologie d'Entremont au musée Granet. Aix-en-Provence, Musée Granet, p. 107-142.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Zone de mélange entre l’épave Lequin 1B et l’épave Lequin 2
Crédits Cliché : P. Mouton.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig. 2 – Fragments de vaisselle campanienne extrêmement denses
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 3 – a, col d’amphore gréco-italique ; b, fragment du col d’amphore gréco-italique : épaule et départ de l’anse ; c, timbre de M. ANTESTIO sur anse d’amphore gréco-italique
Crédits a et b, clichés : L. Long (Drassm) ; c, cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 4 – Fond de bol Lamb. 31-33 à décor de feuillages
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 5 – a, coupe Lamb. 42Bb ; b, décor de palmettes en fond de vasque sur coupe Lamb. 42
Crédits a, cliché : L. Long (Drassm) ; b, cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 327k
Titre Fig. 6 – a, skyphos à paroi convexe et pied mouluré ; b, décor interne du skyphos
Crédits Clichés : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Fig. 7 – Olpé à anse
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 8 – a, petite pépite en pâte de verre bleu ; b, pépite en pâte de verre bleu, de taille moyenne
Crédits Clichés : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Giuliano Volpe, « Au large de Hyères – Porquerolles, Pointe Lequin 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105050

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Giuliano Volpe

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Giuliano Volpe

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search