Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large de Hyères – Port-Cros, P...

1995
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Port-Cros, Palud 1

Sondage (1993) et fouille programmée (1993-1995)
Responsables d'opération : Luc Long et Giuliano Volpe

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave se situe dans l’anse de la Palud, sur la côte nord de l’île de Port-Cros, à proximité de l’îlot du Rascas, dans une cuvette rocheuse, par 6 m à 8 m de profondeur (fig. 1).

Fig. 1 – Vue générale de l’anse de la Palud avec à gauche, l’îlot du Rascas

Fig. 1 – Vue générale de l’anse de la Palud avec à gauche, l’îlot du Rascas

Cliché : J. Delafosse.

2Expertisée rapidement en 1980 par le Drassm (Gallia Informations, 1987-1988, p. 36), l’épave était recouverte d’un herbier dégradé, au pied d’une barrière rocheuse affleurant sous la surface de l’eau. Cet écueil très dangereux est sans nul doute la cause du naufrage. La fouille complète du gisement, qui décelait également dans les couches profondes une épave archaïque, s’est déroulée de 1993 à 1995 (Long, Volpe 1998) (fig. 2).

Fig. 2 – Installation du carroyage dans la cuvette rocheuse

Fig. 2 – Installation du carroyage dans la cuvette rocheuse

Cliché : D. Metzger (Drassm).

3Le site, qui occupait une superficie d’environ 80 m2, se signalait par une grande quantité de tessons d’amphores relatifs, en majorité, à des conteneurs cylindriques africains de dimensions importantes (fig. 3). Il s’agit d’amphores Keay LV et Keay LXII ou de type apparenté dont le nombre minimum, fixé à cent trente au vu du comptage des lèvres et des opercules en terre cuite, devait approcher à l’origine cent cinquante ou deux cents exemplaires (fig. 4 et 5). Ces amphores sont vraisemblablement d’origine tunisienne comme le laisse présumer la découverte d’ateliers ayant produit ce type de récipient dans la région du Sahel.

Fig. 3 – Amphore africaine brisée in situ

Fig. 3 – Amphore africaine brisée in situ

Cliché : L. Long (Drassm).

Fig. 4 – Partie supérieure d’une amphore Keay IV

Fig. 4 – Partie supérieure d’une amphore Keay IV

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 5 – Amphore Keay LXII

Fig. 5 – Amphore Keay LXII

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

4Compte tenu de l’absence systématique de poix, habituellement utilisée au revêtement interne des récipients pour le stockage du vin ou des sauces de poisson, on peut supposer que les amphores en présence étaient destinées au conditionnement de l’huile. Sur ce point, les opercules de terre cuite, taillés dans des panses d’amphores réutilisées pour la circonstance, avaient gardé pour leur part des traces de résine (fig. 6).

Fig. 6 – Opercules de terre cuite utilisés pour obturer les amphores africaines

Fig. 6 – Opercules de terre cuite utilisés pour obturer les amphores africaines

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

5Parmi les amphores Keay LXII, qui sont majoritaires, il faut signaler d’intéressants graffiti paléochrétiens incisés sur le col avant cuisson (fig. 7). Le plus fréquent d’entre eux, attesté à près d’une dizaine d’exemplaires, est constitué d’une croix monogrammatique potencée, à la droite de laquelle est gravée la lettre b (fig. 7).

Fig. 7 – Graffito incisés avant cuisson sur les amphores Keay LXII ; christogramme associé à la lettre b

Fig. 7 – Graffito incisés avant cuisson sur les amphores Keay LXII ; christogramme associé à la lettre b

Dessins : J. A. Cerdà ; cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

6Il est difficile d’interpréter ce signe, peut-être est-ce un signe d’atelier. Toutefois la présence d’un christogramme, même s’il s’agit d’un motif décoratif très répandu sur la vaisselle à cette époque, pourrait précisément désigner ici un four dépendant d’un domaine ecclésiastique.

7De fait, il n’est pas totalement déraisonnable d’imaginer qu’une partie relativement réduite de cette cargaison était destinée à une ou plusieurs autres communautés chrétiennes. Les amphores orientales de ce chargement, dont le vin était habituellement réservé à une élite laïque et surtout religieuse (Pieri 1998, p. 105), renforce cette idée.

8Il s’agit d’un fret en provenance de Méditerranée orientale comprenant environ une vingtaine d’exemplaires : des Late Roman Amphora 1, 2, 4 et 5/6 ou Bag-shaped amphora (fig. 8 et 9).

Fig. 8 – a, col d’amphore LRA2, in situ dans le chargement ; b, amphore LRA5-6 parmi les fragments d’amphores africaines

Fig. 8 – a, col d’amphore LRA2, in situ dans le chargement ; b, amphore LRA5-6 parmi les fragments d’amphores africaines

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

Fig. 9 – Profil d’amphores africaines

Fig. 9 – Profil d’amphores africaines

Dessins : J. A. Cerdà.

9L’absence notable d’amphore LRA 3, qui est rare dans la deuxième moitié du vie s. et n’est plus du tout importée à la fin du siècle, plaide peut-être ici pour un naufrage à une époque plus haute.

10La présence à Port-Cros de cette épave, aux amphores incisées de marques chrétiennes, est peut-être aussi à mettre en relation avec les « saints des îles Stœchades » installés dans les îles d’Hyères, depuis le ve s. (Cassien, XI-XVIII), (Guyon 1999).

11La vaisselle de bord, pour sa part, se répartit en plusieurs groupes : assiettes et plats en céramique sigillée africaine D de type Hayes 78, 88, 99, 103 B et 104 A (fig. 10a), sigillée microasiatique (Late Roman C Ware, type Hayes 3 E) et un fragment de lampe.

Fig. 10 – a, plat du type Hayes 104 A ; b, briques réfractaires

Fig. 10 – a, plat du type Hayes 104 A ; b, briques réfractaires

Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).

12Elle confirme la datation qui se dégage de l’étude des amphores, vers le milieu ou dans le troisième quart du vie s. apr. J.‑C.

13Parmi cette vaisselle, la céramique commune est attestée par sept fragments très fracturés et peu significatifs. Il s’agit notamment d’un couvercle, de quelques lèvres et de fonds de marmites, peut-être égéennes.

14Parmi le matériel annexe, on recense des fragments de tuiles et de briques, ces dernières de grandes dimensions (fig. 10b), ainsi que de minuscules éclats de bois et des concrétions de clous relatifs à la coque du navire.

15Mais l’une des découvertes majeures, en 1994, fut celle d’un coffret à trébuchet, en bois (19 cm x 7 cm x 3 cm), contenant encore en place une balance de précision, du type à index, et divers petits poids et pesons de bronze aux formes diverses (fig. 11). Une fois retiré le couvercle principal puis le couvercle à tiroir, tous deux verrouillés par une serrure, apparaissent dans des logements spécifiques le corps de la balance, avec ses deux plateaux, et un peson en bronze estampillé.

Fig. 11 – Coffret à trébuchet en bois avec sa balance de précision

Fig. 11 – Coffret à trébuchet en bois avec sa balance de précision

Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).

16Ce poids (4,8 g), de forme circulaire, livre apparemment l’effigie très stylisée de deux empereurs (fig. 12) et présente des analogies avec les émissions monétaires de Justin Ier et Justinien (527 apr. J.‑C.) et de Justin II et Sophie (565 à 578 apr. J.‑C.).

Fig. 12 – Éffigie stylisée de deux empereurs

Fig. 12 – Éffigie stylisée de deux empereurs

Cliché : L. Long (Drassm).

17D’autres rapprochements très intéressants du point de vue stylistique avec des monnaies d’or d’Héraclius et Constantin adolescent (635 à 641 apr. J.‑C.) nous conduiraient cependant vers une datation visiblement trop basse.

18Divers autres poids de précision prenaient place dans le fond interne du coffret. Certains d’entre eux, de forme quadrangulaire, pèsent respectivement : 2,3 g, 1,5 g et 0,2 g.

19Si, en conclusion, nous n’avons pas de certitude quant à la destination finale du chargement, on peut penser que Marseille constituait une étape importante, voire l’étape ultime de ce long voyage dont la route, qui longe la côte occidentale de la Sicile, nous est connue par d’autres épaves.

20À Marseille, on note cependant une prépondérance des amphores africaines poissées, réservées au vin et aux conserves de poissons, qui plaident, en conséquence, en faveur du rôle ambivalent de ces grands conteneurs cylindriques.

21Les sources littéraires confirment néanmoins, durant le vie s., l’arrivée dans la cité marseillaise d’amphores à huile provenant d’Afrique et d’autres centres méditerranéens (Grégoire de Tours, V, IV, 43 ; IX, 22,).

Haut de page

Bibliographie

Grégoire de Tours (1999) : Histoire des Francs, V, IV, 43 ; IX, 22, Latouche R. (trad.). Paris, Les Belles Lettres, 326 p. + 362 p. (Classiques de l’histoire de France au Moyen Âge).

Guyon J. 1999 : Frères des îles et de la côte. Le dossier littéraire des premiers établissements monastiques sur le littoral provençal et ligure, in Pasqualini M. (dir.), Les îles du littoral provençal et de la côte ligure. Suppl. au Bulletin Archéologique de Provence, 1, p. 43-46.

Long L., Volpe G. 1998 : Le chargement de l'épave 1 de la Palud (vie s.) à Port–Cros (Var), in Bonifay M., Carre M.-B., Rigoir Y. (dir.), Fouilles à Marseille, les mobiliers (ier-viie siècles ap. J.-C.). Paris, Errance ; Lattes, ADAM, Études massaliètes, 5, p. 317-342 (Travaux du Centre Camille Jullian, 22).

Pieri D. 1998 : Les importations d'amphores orientales en Gaule méridionale durant l'Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge (ive-viie siècles après J.-C.) : typologie, chronologie et contenu, in Actes du congrès d'Istres, 21–24 mai 1998. Marseille, Société française d’étude de la céramique antique en Gaule, p. 97-106.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale de l’anse de la Palud avec à gauche, l’îlot du Rascas
Crédits Cliché : J. Delafosse.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Titre Fig. 2 – Installation du carroyage dans la cuvette rocheuse
Crédits Cliché : D. Metzger (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 3 – Amphore africaine brisée in situ
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Titre Fig. 4 – Partie supérieure d’une amphore Keay IV
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 5 – Amphore Keay LXII
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Fig. 6 – Opercules de terre cuite utilisés pour obturer les amphores africaines
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Fig. 7 – Graffito incisés avant cuisson sur les amphores Keay LXII ; christogramme associé à la lettre b
Crédits Dessins : J. A. Cerdà ; cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 8 – a, col d’amphore LRA2, in situ dans le chargement ; b, amphore LRA5-6 parmi les fragments d’amphores africaines
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Fig. 9 – Profil d’amphores africaines
Crédits Dessins : J. A. Cerdà.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Fig. 10 – a, plat du type Hayes 104 A ; b, briques réfractaires
Crédits Clichés : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Titre Fig. 11 – Coffret à trébuchet en bois avec sa balance de précision
Crédits Cliché : P. Foliot (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 12 – Éffigie stylisée de deux empereurs
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105055/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Giuliano Volpe, « Au large de Hyères – Port-Cros, Palud 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105055

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Giuliano Volpe

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Giuliano Volpe

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search