Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1995Domaine public maritimeAu large de Hyères – Port-Cros, P...

1995
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Port-Cros, Palud 2

Fouille programmée (1994-1995)
Responsables d'opération : Luc Long et Giuliano Volpe

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave se situe sur une légère pente par 6 m à 8 m de fond, sur la côte nord de l’île de Port-Cros, dans l’anse de la Palud.

2Elle occupe les couches profondes situées immédiatement au-dessous de l’épave Palud 1, espacée de cette dernière par une couche de sable stérile de 30 cm à 40 cm d’épaisseur (fig. 1).

Fig. 1 – Coupe stratigraphique illustrant la superposition entre les épaves Palud 1 et 2

Fig. 1 – Coupe stratigraphique illustrant la superposition entre les épaves Palud 1 et 2

Dessin : G. Volpe.

3C’est effectivement en nettoyant les couches profondes de l’épave de l’Antiquité tardive que des cols et des fragments d’amphores massaliètes sont apparus en parfaite homogénéité. La cohérence du site, nettement séparé du gisement plus tardif et composé d’amphores de même type (fig. 2) brisées sur place dans une même couche stratigraphique, plaidait sans équivoque en faveur d’une nouvelle épave, d’époque archaïque (Long, Volpe 1996).

Fig. 2 – Cols et fragments d’amphores massaliètes répartis à même la roche

Fig. 2 – Cols et fragments d’amphores massaliètes répartis à même la roche

Cliché : P. Foliot (Drassm-CCJ).

4Les amphores appartiennent toutes au type Bertucchi 1 (fig. 3a), à lèvre à boudin de type Py 1 (fig. 3b), parfois Py 2, soulignée d’un ressaut à la base et présentant le caractéristique creux de repliement. Le col cylindrique est creusé d’une gorge au milieu de la hauteur (fig. 4).

Fig. 3 – a, col d’amphore massaliète Bertucchi 1 ; b, lèvre à boudin, à creux de repliement

Fig. 3 – a, col d’amphore massaliète Bertucchi 1 ; b, lèvre à boudin, à creux de repliement

Clichés : P. Foliot (Drassm-CCJ).

Fig. 4 – Typologie des cols d’amphores massaliètes de l’épave

Fig. 4 – Typologie des cols d’amphores massaliètes de l’épave

Dessins : J. A. Cerdà.

5La panse en forme de toupie, avec un angle à la naissance du dernier tiers, est volumineuse (diamètre maximum 45,8 cm) ; le pied est en bouton (fig. 5a). La hauteur totale restituée de ces amphores est comprise entre 55 cm et 56 cm (fig. 5b).

Fig. 5 – a, panse d’amphore avec pied en bouton ; b, reconstitution d’une amphore massaliète de l’épave

Fig. 5 – a, panse d’amphore avec pied en bouton ; b, reconstitution d’une amphore massaliète de l’épave

Cliché : P. Foliot (Drassm-CCJ) ; dessin : J. A. Cerdà.

6La pâte, qui se répartit en trois groupes distincts, présente dans tous les cas une assez forte proportion de gros nodules de mica doré.

7Ces récipients, destinés généralement au transport du vin, ont tous conservé d’abondantes traces de poix. L’un d’entre eux gardait encore en place son bouchon de liège (fig. 6).

Fig. 6 – Col d’amphore avec bouchon en liège

Fig. 6 – Col d’amphore avec bouchon en liège

Cliché : L. Long (Drassm).

8Un seul fragment de céramique a été recensé en association avec les amphores de Marseille. Il s’agit d’un bord de coupe Bats F 429, en pâte claire massaliète, daté entre 575 et 400 av. J.‑C., qu’il faut vraisemblablement rattacher au matériel de bord.

9Du point de vue chronologique, les amphores Bertucchi 1 sont généralement produites dans la deuxième moitié du vie s. et au début du ve s. (Bertucchi 1990, p. 16).

10La présence, sur nos exemplaires, d’un angle marqué sur le dernier tiers de la panse, caractéristique de la forme Bertucchi 2, et d’une forte proportion de grains de mica, sont des éléments favorables à une datation basse au sein de cette forme, peut-être vers la fin du vie s. ou plutôt dans le premier quart du ve s.

11Le chargement de cette épave, qui ne devait pas dépasser à l’origine une dizaine d’amphores, correspond à une simple barque, comme dans le cas des épaves du Dattier, de Bon Porté et de la Pointe Lequin 1B. Sur ce point, l’étude et le dénombrement des épaves massaliètes ont mis en évidence le volume relativement faible des cargaisons amphoriques (Long 1990, p. 64).

12En l’absence de toute trace de bois, on peut supposer que l’embarcation a été complètement pulvérisée contre la roche, au moment du naufrage.

Haut de page

Bibliographie

Bertucchi G. 1990 : Les amphores massaliètes à Marseille : les différentes productions, in Bats M. (dir.), Les amphores de Marseille grecque: chronologie et diffusion (vie-ier s. av. J.–C.). Actes de la table ronde de Lattes (1989). Lattes - Aix-en-Provence, ADAM éd., p. 15-20. (Études Massaliètes, 2).

Long L. 1990 : Amphores massaliètes: objets isolés et gisements sous-marins du littoral français méditerranéen, in Bats M. (dir.), Les amphores de Marseille grecque: chronologie et diffusion (vie-ier s. av. J.-C.) ; Actes de la table ronde de Lattes (1989). Lattes - Aix–en–Provence, ADAM éd., Études Massaliètes, 2, p. 27-70.

Long L., Volpe G. 1996 : Origini e declino del commercio nel Mediterraneo occidentale tra età arcaica et tarda antiquita. I relitti della Palud (Isola di Port-Cros, Francia), in L'Africa romana ; Atti dell'XI convegno di studi cartaine, p. 1235-1282.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe stratigraphique illustrant la superposition entre les épaves Palud 1 et 2
Crédits Dessin : G. Volpe.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2 – Cols et fragments d’amphores massaliètes répartis à même la roche
Crédits Cliché : P. Foliot (Drassm-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Titre Fig. 3 – a, col d’amphore massaliète Bertucchi 1 ; b, lèvre à boudin, à creux de repliement
Crédits Clichés : P. Foliot (Drassm-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Titre Fig. 4 – Typologie des cols d’amphores massaliètes de l’épave
Crédits Dessins : J. A. Cerdà.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 5 – a, panse d’amphore avec pied en bouton ; b, reconstitution d’une amphore massaliète de l’épave
Crédits Cliché : P. Foliot (Drassm-CCJ) ; dessin : J. A. Cerdà.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Fig. 6 – Col d’amphore avec bouchon en liège
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Giuliano Volpe, « Au large de Hyères – Port-Cros, Palud 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105065

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Giuliano Volpe

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Giuliano Volpe

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search