Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1992Domaine public maritimeAu large de Hyères – Île du Levan...

1992
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Île du Levant, Héliopolis 1

Sondage (1991) et fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Jean-Pierre Joncheray

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1Le gisement est situé par 35 à 38 m de profondeur, à 200 m au nord-ouest de la pointe des Arbousiers, sur un fond de sable, légèrement en pente, parsemé de barres rocheuses (Joncheray 1997). La configuration géographique et la météorologie évoquent un mouillage d’attente, à proximité d’une ayguade.

2Lors de leur découverte, en 1969, les amphores de la zone centrale-sud étaient les seules à dépasser du sédiment, à peine inclinées vers le nord, envasées aux deux-tiers. Lors de la reprise de la fouille, plus rien n’était visible, et une épaisse couche de débris de posidonies mortes recouvrait le site. Deux années successives de fouilles ont permis de retrouver une petite partie de la cargaison, amphores en général basculées vers le nord, bien conservées (fig. 1).

Fig. 1 – Déversement des amphores

Fig. 1 – Déversement des amphores

Cliché : J.-P. Joncheray.

3De la coque, il ne restait que la quille, très détériorée, et un ensemble de cinq membrures (fig. 2).

Fig. 2 – Vestiges de la coque très mal conservée

Fig. 2 – Vestiges de la coque très mal conservée

Cliché : J.-P. Joncheray.

4Deux raccords entre la quille et les extrémités du navire, incomplets, ont été relevés. Un fort cloutage en cuivre caractérisait l’extrémité sud.

5La cargaison de l’épave consiste uniquement en amphores. Les relevés topographiques de la zone qui les contenait permettent d’estimer leur nombre à sept cent vingt environ.

6Un seul type la constitue, cylindrique du Bas-Empire, d’origine africaine (Byzacène), et daté du début du ive s. de notre ère. On retrouve des exemplaires semblables sur les épaves Pampelonne (Lequément 1976) et Pointe de la Luque B (Liou 1973, p. 584).

7Deux variantes peuvent être différenciées, que l’on rapproche sans aucun doute des types Keay 25-1 et Keay 25-3 (fig. 3a et b). Les premières contenaient de la résine de pin, et les secondes étaient simplement enduites de résine, ce qui évoque un commerce de salsamenta, ou alors de vin. En faveur de la première hypothèse, les travaux de Michel Bonifay sur les fabriques africaines de saumure (Ben Lazreg et al. 1997) et, en faveur de la seconde, l’analyse d’un culot d’amphore de l’épave qui révèle la présence de tartrate de sodium (Formenti, Joncheray 1995).

Fig. 3 – a, amphore Keay 25-1 ; b, amphore Keay 25-3 ; c, amphore Late Roman 3

Fig. 3 – a, amphore Keay 25-1 ; b, amphore Keay 25-3 ; c, amphore Late Roman 3

Dessins : J.-P. Joncheray.

8Certaines amphores sont décorées de rouelles ou de cercles. Il n’est pas inutile de souligner la parfaite homogénéité de fabrication, la similitude des formes et des pâtes.

9L’accompagnement céramique est pauvre. Une petite amphore de type Late Roman 3, à panse cannelée, est caractérisée par une anse unique (fig. 3c).

10Un vase à rebord, ou grande urne de type « pot de chambre », tronconique, présente des tenons de préhension à l’intérieur et non des anses extérieures.

11Une marmite à anse, poterie à cuire, était de pâte grossière, granuleuse. Plus fins, un plat de sigillée claire de type Hayes 196, et une marmite de type Hayes 197 ont une pâte homogène, jaune-rouge ou rouge. Une petite casserole en cuivre complète l’inventaire (Joncheray 1997).

12La seule pièce de monnaie découverte n’était pas lisible. Son diamètre, et l’analyse du bronze, avec un taux d’argent de 5,5 %, effectuée par le laboratoire Archéolyse International, a permis à Daniel Brentchaloff de l’identifier à un follis, introduit par Dioclétien à partir de 295-296.

Haut de page

Bibliographie

Ben Lazreg N., Bonifay M., Drine A., Trousset P. 1997 : Productions et commercialisation des salsamenta de l'Afrique ancienne, in Productions et exportations africaines : actualités archéologiques en Afrique du Nord antique et médiévale. VIe colloque international de Pau, 1993. Paris, Éd. du Comité des Travaux historiques et scientifiques, p. 103-135.

Formenti F., Joncheray J.-P. 1995 : Recherche d'acide tartrique sur une amphore de type Keay XXV provenant de l'épave Héliopolis 1 à Hyères, île du Levant, in Productions et exportations africaines : actualités archéologiques en Afrique du Nord antique et médiévale. VIe colloque international de Pau, 1993. Paris, Éd. du Comité des Travaux historiques et scientifiques, p. 136-139.

Joncheray J.-P. 1997 : Deux épaves du Bas-Empire romain, deuxième partie : l'épave Héliopolis 1. Fréjus, Cahiers d'Archéologie Subaquatique, 13, p. 138–164.

Lequément R. 1976 : Une épave antique dans la baie de Pampelonne (Presqu'île de Saint–Tropez). Revue Archéologique de Narbonnaise, IX, p. 177-188.

Liou B. 1973 : Informations archéologiques : recherches sous-marines. Gallia, 31, p. 584, fig. 17.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Déversement des amphores
Crédits Cliché : J.-P. Joncheray.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105075/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 2 – Vestiges de la coque très mal conservée
Crédits Cliché : J.-P. Joncheray.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig. 3 – a, amphore Keay 25-1 ; b, amphore Keay 25-3 ; c, amphore Late Roman 3
Crédits Dessins : J.-P. Joncheray.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105075/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Joncheray, « Au large de Hyères – Île du Levant, Héliopolis 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105075

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Joncheray

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Pierre Joncheray

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search