Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Bormes-les-Mimosas – ...

1993
Domaine public maritime

Au large de Bormes-les-Mimosas – Bénat 2

Sondage (1992) et fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Jean-Pierre Joncheray

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave Bénat 2 se présentait, lors de sa découverte, comme une association de deux dolia et de quelques amphores Dr. 1C, seuls vestiges visibles, par 48 m de profondeur, à 600 m au sud-est de l’îlot Christaou, au cap Bénat.

2L’un d’eux fut partiellement remonté par les inventeurs, et exposé au musée de la Mer du Lavandou. Les travaux de ces deux années de fouilles permirent de reconstituer deux dolia en entier, et d’en découvrir un troisième, en mauvais état (fig. 1).

Fig. 1 – Vue du site en cours de fouille

Fig. 1 – Vue du site en cours de fouille

Cliché : J.-P. Joncheray.

3Le site correspond à une zone où les conditions météorologiques changent, au large d’un cap, et l’on peut penser que le navire s’est abîmé en voulant quitter une baie abritée et se diriger vers le large. Il n’y a aucun écueil à proximité.

4L’étude minutieuse des emplacements respectifs des trois dolia incite à conclure qu’un dolium (fig. 2 : D3 sur le plan) s’est brisé avant les autres, et que son bris est peut-être à l’origine du déséquilibre du bâtiment, et de son chavirage (Joncheray 1997).

Fig. 2 – Plan du site

Fig. 2 – Plan du site

Dessin : J.-P. Joncheray.

5La coque est mal conservée, et ne subsiste plus que sur une longueur de 4 m, pour une largeur maximale dépassant de peu 1 m.

6Ont été observés seize restes de membrures, huit virures de bordé, et, nettement visible, un vaigrage transversal, constitué de payols non cloutés, simplement posé sur des supports parallèles au vaigrage latéral et à la quille. Un lit de branches de vignes était inséré entre coque et vaigrage.

7L’échantillonnage des pièces de charpente et l’étendue des vestiges résiduels sont ceux d’une barque de 8 m environ. Le lest est assez curieux, car il s’agit d’un mélange de calcaires blanc et bleuté, roches inconnues dans la région, de schistes et micaschistes, de grès, et de fragments de dolia et d’amphores d’époques les plus diverses, puisque l’on y retrouve même des débris d’amphores massaliètes.

8Le dolium type mesure 1,41 m de hauteur, pour un diamètre maximum de 1,11 m, ce qui correspond à un volume de 820 l. L’ouverture mesure 43 cm de diamètre interne, la lèvre est légèrement biseautée vers l’intérieur, et on note la présence d’un petit col tronconique. Le socle est plat, décoré à 5 cm de la base par un bourrelet annulaire (fig. 3a).

9La pâte est caractéristique, brun-rouge en coupe, franchement marron en surface, avec, parfois, un engobe jaunâtre. Elle est peignée extérieurement, et sa composition est hétérogène, fortement micacée, avec un dégraissant grossier.

10Les deux autres dolia sont peu différents, et l’un d’eux présente un orifice d’écoulement de 8 mm de diamètre, qui traverse le rebord du socle (fig. 3b). Cet orifice, et aussi la présence d’ossements de bœufs présentant des traces nettes de sciage évoquent un transport de salaison. En revanche, un autre dolium était intérieurement enduit de résine.

Fig. 3 – Deux dolia

Fig. 3 – Deux dolia

Dessins : J.-P. Joncheray.

11Aucune amphore n’a été découverte lors des deux campagnes de fouilles citées.

12Une lèvre et le bas de la panse d’une amphore Dr. 1A avaient été déposées au Drassm antérieurement.

13Plusieurs amphores Dr. 1C semblaient accompagner à l’origine le chargement de dolia.

14Deux fragments de céramique campanienne appartiennent à des vases différents : un rebord de coupe de pâte B, avec un engobe noir de belle qualité, et un socle de plat de type Lamb. C7, de pâte C.

15De la céramique commune complète l’inventaire. Les dolia, les amphores Dr. 1C et la céramique campanienne datent le naufrage de la fin du iie s., ou de la première moitié du ier s. av. J.‑C.

16Le navire, de dimensions modestes, transportait trois dolia alignés de 800 l à 900 l chacun, ce qui est très peu en comparaison des autres navires à dolia connus et plus récents (Corsi, Liou 1985, p. 26-43 ; Hesnard et al. 1988).

Haut de page

Bibliographie

Corsi M., Liou B. 1985 : Les épaves de Tarraconaise à chargement d'amphores Dressel 2/4. Paris, Éd. du CNRS, 178 p. (Archaeonautica, 5).

Hesnard A., Carre M.-B., Rival M., Dangréaux B. 1988 : L'épave romaine Grand Ribaud D (Hyères, Var). Paris, Éd. du CNRS, 180 p. (Archaeonautica, 8).

Joncheray J.-P. 1997 : Bénat 2, une épave à dolia du ier siècle avant J.-C. Fréjus, Cahiers d'Archéologie Subaquatique, 13, p. 98-119.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue du site en cours de fouille
Crédits Cliché : J.-P. Joncheray.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Fig. 2 – Plan du site
Crédits Dessin : J.-P. Joncheray.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Fig. 3 – Deux dolia
Crédits Dessins : J.-P. Joncheray.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Joncheray, « Au large de Bormes-les-Mimosas – Bénat 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105080

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Joncheray

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Pierre Joncheray

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search