Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1991Domaine public maritimeAu large de Cannes – Saint-Honorat 1

1991
Domaine public maritime

Au large de Cannes – Saint-Honorat 1

Sondage (1991)
Responsable d’opération : Michel L’Hour

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1L’épave dite Saint-Honorat 1 repose par 4 m à 6 m de fond au centre du chenal naturel qui sépare les îles Saint-Honorat et Sainte-Marguerite, dans l’archipel des îles de Lérins, au sud de la baie de Cannes. Au jour de sa découverte, ce gisement se signalait essentiellement par la présence d’un canon en fonte concrétionné et quelques fragiles vestiges de carène au nord-ouest du site.

2Expertisé en janvier 1991, le site s’est révélé suffisamment intéressant pour justifier, dès le mois de mai suivant, l’organisation d’un rapide sondage (L’Hour, Richez 1993).

3Baignée dans une eau cristalline, l’épave Saint-Honorat 1 se particularise au premier regard comme un talus sous-marin aux contours incertains émergeant de 1 m à 1,50 m du sol. Long de 25 m à 28 m, ce tumulus, couvert de posidonies, est grossièrement orienté est-ouest.

4Au nord, il se démarque nettement du fond de sable environnant cependant qu’au sud et à l’est d’autres talus, d’aspect similaire, viennent rompre la monotonie des fonds. Le mobilier prélevé et les structures observées au cours de la fouille se trouvaient habituellement recouverts par une couche homogène de 40 cm à 70 cm de posidonies mortes. L’examen de cette couche végétale morte suggère un processus d’enfouissement lent et régulier du site qui explique partiellement le mauvais état de conservation des vestiges.

5Trois zones de sondage ont été successivement investiguées au cours de l’opération. Leur étude n’a révélé que peu de mobilier, ce qui était prévisible, eu égard à la faible profondeur du site. On peut, en effet, supposer que tout le matériel de bord susceptible d’être récupéré l’a été immédiatement après le naufrage. À cet égard, si l’on s’en rapporte aux pièces de construction observées dont l’échantillonnage évoque un assez gros bâtiment, de l’ordre sans doute de 25 m à 30 m pour un tirant d’eau de 4 m à 5 m, on ne peut pas totalement écarter l’hypothèse d’un échouage plutôt que d’un naufrage.

6Le mobilier inventorié est en grande partie constitué de tessons de céramique majoritairement trouvés dans le carré II du sondage 1. La céramique recueillie au contact du vaigrage est composée pour l’essentiel de faïence à pâte claire.

7Dans ce lot, on reconnaît en particulier un fond d’assiette et quelques fragments de bord à décor bleu de palmettes, caractéristiques de la production ligure de la fin du xvie s. et du début du xviie s. (Manacorda 1985).

8La prospection méthodique des abords immédiats du sondage 1 a également livré une assiette pisane graffita tarda, de la première moitié du xviie s. et un haut de marmite à quatre anses, qu’il faut sans doute identifier comme une production des ateliers de Vallauris ou de Biot (Alpes-Maritimes) dans la première moitié du xviie s. (Porteur 1976) (fig. 1).

Fig. 1 – Ensemble de céramiques recueillies sur l’épave

Fig. 1 – Ensemble de céramiques recueillies sur l’épave

Plat incisé de Pise ; faïence ligure monochrome ou à décors de palmettes ; marmites de Vallauris.

Cliché : C. Durand (CNRS-CCJ).

9Dix-sept fragments osseux qui sont à mettre en relation avec les pratiques de consommation du bord, un petit lot d’éléments de tonnellerie et un groupe de concrétions métalliques, dont l’étude a révélé un « modèle » de clou de 26,5 cm de long, muni d’une tête octogonale de 2,5 cm de côté, complètent l’inventaire du mobilier ramené au jour lors du sondage.

10Le bois de la carène paraît excessivement fragile et même les pièces les plus massives sont mal conservées. Hors la responsabilité du mode d’enfouissement déjà signalé, on est à même d’avancer une autre explication propre à justifier le mauvais état de conservation de l’ensemble. On a observé, en effet, sur le flanc sud de l’épave la présence de nombreuses traces d’incendie. Si l’on s’en rapporte à la carbonisation avancée de certaines pièces de forte section, on peut même augurer que celui-ci, d’une rare violence, fut probablement la cause d’une destruction partielle du bâtiment dès avant son échouage.

11Le dégagement dans le sondage 1 d’un élément de quille a mis en évidence l’axe longitudinal du bâtiment (fig. 2).

12La présence de cette quille a permis de vérifier qu’un seul et même flanc du bâtiment était encore partiellement conservé, la demi-carène symétrique au nord ayant été totalement désagrégée.

Fig. 2 – La quille et le flanc conservés du navire

Fig. 2 – La quille et le flanc conservés du navire

Cliché : M. L’Hour (Drassm).

13La position de la quille, inclinée à près de 45° vers le sud, semble indiquer que le bâtiment s’est fortement infléchi sur un flanc au moment de son échouage ou de son naufrage (fig. 3).

Fig. 3 – Restitution axonométrique de la cloison

Fig. 3 – Restitution axonométrique de la cloison

Relevé : É. Veyrat ; mise au net : P. Mille.

14Dans l’axe de la quille, quoique largement décentrée en planimétrie par l’effet d’inclinaison de la carène, une pièce de forte section, très érodée, a partiellement été dégagée sur le bord est du carré III. Encastrée sur la membrure, cette pièce, qui est sans doute une carlingue, est conservée sur 1,70 m (fig. 4). Elle se prolonge dans l’est du sondage 1.

Fig. 4 – La carlingue encastrée sur la membrure

Fig. 4 – La carlingue encastrée sur la membrure

Cliché : M. L’Hour (Drassm).

15Au sud de la carlingue, une autre pièce massive, de section 15 cm x 15 cm, est encastrée sur la membrure et joue sans doute le rôle d’une serre d’empâture ou d’un carlingot. Une autre serre est nettement visible au centre du carré III où elle participe à la tenue du vaigrage et contribue à l’appui d’une épontille de cloison.

16On note la présence dans le nord du carré I d’une autre pièce massive de renfort, encastrée sur la membrure. Son implantation et sa structure incitent à lui attribuer la fonction d’une serre-bauquière.

17Au niveau de la quille, la membrure, dont l’assemblage au massif axial recourt systématiquement à des talonniers de varangues, laisse paraître une maille relativement importante, de 20 cm à 30 cm, qui permettait sans doute l’insertion de genoux plus haut sur la carène.

18Enfin, en bordure est des carrés II à III, engagées sous le sédiment, deux grandes porques ont été mises en évidence. Elles venaient au nord contrebuter la face latérale de la carlingue.

19Dissimulé par le vaigrage en place, le bordé sud n’a pas pu être étudié. Seul le galbord, fixé sur la face nord de la quille, a donc donné lieu à quelques relevés. Ce galbord est généreusement traité, près de 10 cm d’épaisseur. Les vaigres, de section 26 cm à 28 cm sur 5 cm à 6 cm d’épaisseur sont fixées aux membrures par un double assemblage de gournables et de clous métalliques.

20L’exploration du sondage 3, ouvert au sud-est du talus, sur une aire de 2 m x 1,50 m, a par ailleurs permis la découverte de quelques planches de bois assemblées longitudinalement selon un axe sud-est/nord-ouest mais ce nouvel ensemble ne s’harmonise guère avec l’axe général du site. Ce qui amène à s’interroger sur la nature réelle de ces pièces. Leur échantillonnage, voire leur essence – un bois blanc différent de celui dont est construit le bâtiment – donnent à penser qu’il pourrait s’agir des éléments de bordé d’un autre bateau ou d’une embarcation, celle-ci se singularisant de l’épave étudiée par une taille plus réduite.

21Réalisées par Frédéric Guibal, l’analyse des essences utilisées dans la construction a révélé quatre espèces, à savoir, Quercus ilex, le chêne-vert, Quercus suber, le chêne-liège, Quercus sp., le chêne à feuillage caduc, et Ulmus campestris, l’orme.

22La confrontation des données de la fouille avec celles des archives a conduit à rapprocher l’épave Saint-Honorat 1 avec l’incendie par un brûlot français puis le naufrage en 1637, dans le Frioul, qui sépare les îles Sainte-Marguerite et Saint-Honorat, d’un gros vaisseau espagnol de cinquante canons.

23L’événement se situe au cours du blocus naval instauré par les troupes françaises pour interdire tout approvisionnement aux garnisons hispano-génoises qui occupaient les îles de Lérins depuis 1635 (Antier 1975). Aujourd’hui réensablée, l’épave Saint-Honorat 1 constitue à coup sûr un important jalon pour l’étude de la construction navale européenne dans la première moitié du xviie s.

24Si une nouvelle expertise a permis, en 1996, de vérifier que l’épave n’avait pas subi de dommage depuis le sondage de 1991 et qu’elle n’était guère menacée, il reste qu’il serait souhaitable d’y conduire un jour prochain l’étude scientifique exhaustive qu’un tel site mérite.

Haut de page

Bibliographie

Antier J.-J. 1975 : Les grandes heures des îles de Lérins. Cannes, éd. du May, p. 131-182.

L’Hour M., Richez F. 1993 : Sondage sur un site sous-marin en baie de Cannes, Saint–Honorat 1 : l'épave d'un galion espagnol incendié en 1637 ? Cahiers d'Archéologie Subaquatique, 11, p. 125-140.

Manacorda D. 1985 : Archeologia urbana a Roma : il progetto della Crypta Balbi 3. Florence, Ed. All'Insegna del Giglio, p. 407-408.

Porteur J.-C. 1976 : Typologie et évolution des marmites produites en Provence orientale du xvie au xviie siècle, in Atti del IX convegno internazionale de la ceramica, p. 423-435.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Ensemble de céramiques recueillies sur l’épave
Légende Plat incisé de Pise ; faïence ligure monochrome ou à décors de palmettes ; marmites de Vallauris.
Crédits Cliché : C. Durand (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 2 – La quille et le flanc conservés du navire
Crédits Cliché : M. L’Hour (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 490k
Titre Fig. 3 – Restitution axonométrique de la cloison
Crédits Relevé : É. Veyrat ; mise au net : P. Mille.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Fig. 4 – La carlingue encastrée sur la membrure
Crédits Cliché : M. L’Hour (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 337k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel L’Hour, « Au large de Cannes – Saint-Honorat 1 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105180

Haut de page

Auteur

Michel L’Hour

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel L’Hour

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search