Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large d’Antibes – Cap Gros C

1993
Domaine public maritime

Au large d’Antibes – Cap Gros C

Sondage (1991-1993)
Responsable d’opération : Bernard Gauthier
Notice rédigée avec Marie-Brigitte Carre

Notes de la rédaction

Notice publiée dans Gallia Informations 1998-1999 [CD-Rom], Paris, CNRS Éditions. ISBN : 2-271-05782-5.

Texte intégral

1En 1991 a été déclaré, au Cap Gros, un gisement sous-marin, fouillé au printemps et pendant l’hiver de la même année, et rapidement publié (Gauthier, Joncheray 1993).

2Outre quelques ancres et apparaux, une vingtaine d’amphores ont été relevées en superficie. La poursuite des prospections de la part de l’inventeur n’a pas permis de retrouver l’épave.

3Une dernière expertise, négative, a été réalisée par Marie-Pierre Jézégou du Drassm, en 1995. Faute de pouvoir procéder à une étude exhaustive qui aurait peut-être pu permettre de préciser l’origine de cette cargaison, on se contentera de reprendre ici les principales données de l’enquête sur les amphores.

4Les seize objets étudiés se répartissent en quatre groupes.

Les amphores espagnoles

5Un haut de panse peut être rangé parmi les amphores à saumure de Bétique Dr. 10 (Gauthier, Joncheray 1993, p. 182, no 7) ; un fragment de lèvre verticale en bandeau, avec une pâte orange à gros grains de dégraissants, présentant une épaisse couche de résine à l’intérieur, se rattache au type des amphores à vin de Tarraconaise Pascual 1. Une amphore entière, dont on ne connaît qu’un dessin (Gauthier, Joncheray 1993, p. 179, en bas à gauche), pourrait être rapprochée des Dr. 7-11.

Les Dressel 2/4

6De la première, il ne reste que l’épaulement et la panse ; il s’agit d’une amphore de petites dimensions, pourvue d’anses bifides. La seconde n’est représentée que par des fragments de panse.

7Elles possèdent toutes deux une pâte beige très fine sans dégraissant, peut-être d’origine orientale (Gauthier, Joncheray 1993, p. 179, en bas à droite).

Production non identifiée

8Un fragment de lèvre verticale en bandeau (7 cm de hauteur et d’un diamètre extérieur de 14 cm), couverte d’une épaisse couche de résine présente une pâte marron avec des particules de mica doré en surface.

Les amphores ovoïdes (fig. 1a et b)

9Au moins dix amphores d’un même type ont été récupérées. Il s’agit d’amphores à corps ovoïde avec une lèvre en bourrelet arrondi munie, parfois, d’un ressaut à sa jonction avec le col, des anses à section circulaire et un pied court en bouton ou cylindrique (Gauthier, Joncheray 1993, p. 180 ; les quatre amphores du haut, les détails des dessins des pieds p. 179 sont exagérés). L’argile est beige rosée, sans aucune trace de dégraissant. Ces amphores étaient encore munies, au moment du naufrage, de leurs opercules de terre cuite (Gauthier, Joncheray 1993, p. 180, no 2).

10Les caractéristiques morphologiques et l’argile des amphores du gisement Cap Gros C permettent de les rapprocher des productions de la façade adriatique de l’Italie. Les amphores d’Altino, en Vénétie, offrent les meilleures comparaisons (Toniolo 1991). Il est difficile d’établir leur date car il s’agit de découvertes anciennes mais le contexte permet de situer certaines d’entre elles dans le ier s. avant notre ère. Dans un drain contenant des amphores ovoïdes, on a trouvé, en outre, une Maña C1 et une amphore Lamb. 2/Dr. 6A (Toniolo 1991 : 56 sv.). D’autres amphores ovoïdes trouvées Via Gattamelata à Padoue (Cipriano 1991), sont plus petites que celles de Cap Gros C ; la différence tient surtout en ce que le diamètre maximum est situé vers le haut de la panse. La faible proportion de ces amphores dans un dépôt daté du ier s. de notre ère incite l’auteur à penser qu’il s’agit d’exemplaires résiduels et à les dater de l’époque républicaine. Le nom générique que l’on donne aux amphores ovoïdes italiennes de l’époque républicaine illustre bien les imprécisions dans leur identification (Empereur, Hesnard 1987).

11Des ateliers ont été repérés dans le Latium (Hesnard et al. 1989), mais la catégorie la plus connue est celle des amphores de Brindes, sous laquelle on a longtemps rangé des productions différentes que l’on a récemment proposé de distinguer sous le nom d’amphores ovoïdes adriatiques. Cependant, cette appellation recouvre des réalités géographiques et chronologiques différentes, qui sont loin d’être résolues, et qu’il convient d’évoquer rapidement.

12Outre l’Apulie, on connaît des ateliers à Brindes (Palazzo 1989), (Manacorda 1994) et Felline (Pagliara 1968), une partie de la côte adriatique, située plus au nord, a été intéressée par la fabrication d’amphores ovoïdes dans les ateliers de Lamb. 2 : des timbres identiques se trouvent sur les deux types, dont on a trouvé des fragments dans un même atelier du Picenum (Cipriano, Carre 1989). Les Lamb. 2 étant les amphores à vin de la côte adriatique durant le ier s. avant notre ère, c’est à cette même fourchette chronologique que l’on attribuera les amphores ovoïdes. Ces amphores sont connues pour l’instant à l’état de fragments ; il est donc difficile de les confronter avec nos exemplaires. En revanche, les amphores entières trouvées en Vénétie, sur lesquelles se fonde notre identification, ne sont pas sans évoquer aussi les Dr. 6B. On a donné ce nom à un type originaire principalement d’Istrie (Carre 1985) et connu à partir de l’époque augustéenne, mais l’hypothèse d’une fabrication plus précoce en Cisalpine (en particulier dans les zones de Padoue, Vérone et Côme) ne peut être écartée (Pesavento 1992). La question du contenu est fondamentale dans la définition de ce groupe : les amphores de Brindes d’une part et les Dr. 6B d’autre part transportaient de l’huile. Leur voisinage morphologique avec les autres amphores ovoïdes adriatiques est l’un des arguments en faveur d’une similitude de contenu, d’autant plus que l’on connaît les amphores à vin. On a pu en outre vérifier que les amphores ovoïdes de l’épave Cap Gros C n’étaient pas poissées, à la différence des amphores vinaires espagnoles retrouvées sur le site (supra).

13L’absence d’une typologie bien établie (à l’exception des amphores de Brindes) qui permettrait de distinguer les amphores ovoïdes issues des diverses zones de production de la côte adriatique, engage donc, pour l’instant, à regrouper les exemplaires connus dans une même catégorie provisoire qui désigne les conteneurs à huile de la fin de la République produits sur la côte adriatique et dans les zones de la Cisalpine admettant la culture de l’olivier.

Fig. 1 – Amphores ovoïdes de l’Adriatique

Fig. 1 – Amphores ovoïdes de l’Adriatique

a, amphore inv. 91010, hauteur : 74 cm, diamètre de la lèvre : 17 cm ; b, amphore inv. 91007, hauteur : 84 cm, diamètre de la lèvre : 18 cm.

Clichés : M.-B. Carre (CNRS-CCJ).

Date et origine du dernier voyage

14Malgré l’absence de mobilier céramique autre que les amphores, qui ne permet pas une date précise, l’association entre les différents types incite à situer le naufrage dans les dernières décennies du ier s. avant notre ère. Le plus important lot, retrouvé ici, provient de l’Adriatique mais nous n’avons pas assez d’éléments pour proposer l’origine du dernier voyage ; il peut s’agir d’un port de la côte adriatique ou d’un port de redistribution situé n’importe où en Méditerranée occidentale.

Haut de page

Bibliographie

Carre M.-B. 1985 : Les amphores de la Cisalpine et de l'Adriatique au début de l'Empire. Mélanges de l’École Française de Rome et d’Athènes, Antiquité classique, 97, p. 207-245.

Cipriano S. 1991 : Quaderni di Archeologia del Veneto, VII, p. 164-166.

Cipriano S., Carre M.-B. 1989 : Production et typologie des amphores adriatiques, in Amphores romaines et Histoire économique; Actes du colloque de Sienne, 22 au 24 mai 1986, Rome, École Française de Rome, p. 77-80 (Collection de l'École Française de Rome, 114).

Empereur J.-Y., Hesnard A. 1987 : Les amphores hellénistiques, in Céramiques hellénistiques et romaines, 2. Paris, Les Belles Lettres, p. 34-35.

Gauthier B., Joncheray J.-C. 1993 : Le gisement C du Cap Gros. Cahiers d'Archéologie subaquatique, XI, p. 167-182.

Hesnard A. et al. 1989 : Aires de production des gréco-italiques et des Dressel 1, in Amphores romaines et histoire économique. Rome, École française de Rome, 114, p. 24.

Manacorda D. 1994 : Produzione agricola, produzione ceramica e proprietà della terra nella Calabria romana tra Repubblica e Impero, in Epigrafia della produzione e della distribuzione. Rome, diff. de Boccard, École française de Rome 193, p. 3-59 avec bibliographie.

Pagliara C. 1968 : Bolli anforari inediti da Felline. SCO, XVII, p. 227-231.

Palazzo P. 1989 : Le anfore di Apani, in Amphores romaines et histoire économique. Rome, École française de Rome, 114, p. 548-553.

Pesavento S. (dir.) 1992 : Anfore romane a Padova. Modène, éd. Panini, bibliographie p. 45.

Toniolo A. 1991 : Le anfore di Altino. Padoue, Archeologia Veneta, p. 21-23 (« ante 6B »).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Amphores ovoïdes de l’Adriatique
Légende a, amphore inv. 91010, hauteur : 74 cm, diamètre de la lèvre : 17 cm ; b, amphore inv. 91007, hauteur : 84 cm, diamètre de la lèvre : 18 cm.
Crédits Clichés : M.-B. Carre (CNRS-CCJ).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105190/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gauthier, Marie-Brigitte Carre, « Au large d’Antibes – Cap Gros C » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 09 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105190

Haut de page

Auteur

Marie-Brigitte Carre

CNRS-CCJ

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bernard Gauthier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search