Navigation – Plan du site
1989

Cressels

Raujolles
Responsable(s) des opérations : Jean Pujol

Entrées d’index

Chronologique :

Empire romain

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU)
Inventeur(s) : Pujol Jean

1L'aménagement d'un carrefour sur la route départementale (CD 92) et la présence à cet endroit d'un établissement gallo-romain (Gallia, 1974 :455) ont été à l'origine d'une opération de fouille, limitée à l'emprise des travaux.

2Sur près de 150 m2 ont été dégagés un ensemble de structures bâties sur plan orthogonal difficilement interprétable: il semble s'agir d'un couloir à galerie, de part et d'autre duquel se développent deux pièces situées en limite de ce qui pourrait être considéré comme une cour. Parfaitement orientée, cette partie de bâtiment est construite avec soin (moellons calcaires et tuf local liés au mortier), sur une semelle de fondation débordante.

3Dans la partie sud-ouest, l'arasement partiel du mur, les reprises selon des épaisseurs différentes et le réemploi d'un chapiteau, soulignent les multiples modifications apportées à la construction. Ce secteur correspond d'ailleurs à une stratigraphie liée au traitement du fer(nombreuses scories, loupes, tuyères de four, etc.), mais aussi à un petit atelier de bronzier (déchets de tôles) dont l'activité reste comprise entre la fin du IIe s. et la fin du IIIe s. après J.‑C.

4Le mobilier retrouvé épars dans une couche de terre noire est surtout représenté par de la sigillée de type ancien (Drag. 29 et 37), mais aussi plus récent comme des Drag. 37 du IIe s., des Drag. 30 et une lagène Herm. 15. La sigillée lisse s'insère dans les mêmes critères de datation (Drag. 24/25 et Drag. 27 tibériens, Drag. 35/36 de la seconde moitié du Ier s. et de la première moitié du IIe s. après J.-C., avec des productions flaviennes comme des Curle 11, Drag. 22, Hermet 90-5, etc.).

5Les céramiques communes sont abondantes : il s'agit pour la plupart de jattes, cruches, écuelles tripodes,ovoïdes, dont une production à décor excisée du centre de la Gaule (IIIe s. après J.‑C.). De cette même région provient la partie postérieure d'une statuette en terre blanche (Cucullatus) signée PISILLV pour PIS [T] ILLV [S], statuette se rapprochant du type II Ba et III Bc de la classification de madame Rouvier‑Jeanlin. Reste encore à signaler un chapiteau de style toscan, de nombreux clous en fer,une fibule en bronze du type 14b 1b de la classification de M. Feugère et des vestiges alimentaires. Comme le remarquait M. Labrousse, aucun argument convaincant ne vient appuyer l'existence d'un atelier de potiers. Il s'agit, tout au plus, d'un habitat, sans doute important, bâti dans le début (?) du Ier s. après J.-C. et occupé jusqu'au IIIe s. après J.-C. selon des changements ponctuels de fonction (partie d'habitat réutilisée pour l'artisanat du métal).

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Cressels », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 27 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10538

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals