Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie1992Domaine public maritimeAu large de Port-Vendres – La Mir...

1992
Domaine public maritime

Au large de Port-Vendres – La Mirande, Port-Vendres 5

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Cyr Descamps
Notice rédigée avec Marie-Pierre Jézégou

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université de Perpignan

Texte intégral

1Déclarée en 1984, l’épave Port-Vendres 5 - La Mirande est la dernière en date des épaves antiques découvertes sur la Côte Vermeille. Située par 16 m de profondeur à l’entrée de la rade, face au balcon de la Mirande qui lui a donné son nom, elle fait l’objet de fouilles programmées depuis 1987, et en 1992 s’est terminée une opération triannuelle codirigée par Cyr Descamps et Marie-Pierre Jézégou (Descamps 1992 ; Pomey et al. 1987-1988 ; à paraître).

2Il s’agit d’un petit navire marchand, chargé principalement d’amphores vinaires de type Pascual 1 (environ 150 exemplaires sont attestés sur l’épave). Un petit lot de Dressel 2-4 ibériques (moins d’une dizaine d’exemplaires) et quelques amphores à identification probable (Haltern 70, Dressel 10) ou douteuse (Obéraden 74) complètent la cargaison céramique. On note également la présence de cinq plaques brutes de marbre de Carrare. Du navire lui-même subsistent des fragments épars et incomplets, et deux éléments structurés, l’un interprétable (selon Jean-Marie Gassend) comme l’aile de protection de l’appareil de gouverne et l’autre, découvert et étudié lors des deux dernières campagnes, formé de 12 virures de bordé, dont la rambarde, et de 15 membrures chevillées par des gournables externes selon la technique classique. Différents éléments de l’accastillage ont été retrouvés, impliquant en particulier l’existence d’une pompe de cale. Un objet composite en bois tourné, d’abord rapporté à l’accastillage, s’avère être un outil de charpenterie de marine de type foret.

3L’aire archéologique explorée est d’environ 70 m2. Des sondages périphériques ont permis de préciser les limites de la zone d’épandage des débris ; mais plusieurs observations prouvent que le site a été assez profondément bouleversé à l’époque moderne, vraisemblablement en rapport avec les aménagements portuaires des trois derniers siècles. L’ensemble des données disponibles à ce jour suggère un commerce de cabotage sud-nord, limité au littoral de la Tarraconaise, le naufrage ayant eu lieu à la fin du ier s. avant notre ère ou au tout début de celle-ci.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyr Descamps, Marie-Pierre Jézégou, « Au large de Port-Vendres – La Mirande, Port-Vendres 5 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 13 septembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105389

Haut de page

Auteurs

Cyr Descamps

Université de Perpignan

Articles du même auteur

Marie-Pierre Jézégou

Drasm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyr Descamps

Université de Perpignan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search