Navigation – Plan du site
1991

Cahors « Divona » puis « Cadurci »

Cathédrale : portail nord
Responsable(s) des opérations : Jean-Charles Arramond

Entrées d’index

Géographique :

Midi-Pyrénées, Lot (46), Cahors

Nature des opérations :

Sauvetage programmé (SP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SP)
Inventeur(s) : Arramond Jean-Charles

1Un sondage dans le porche nord de la cathédrale a révélé un indice de l'occupation urbaine antique de ce secteur de Divona, sous la forme d'un mur d'orientation nord-sud formé de deux parements à blocage central bâtis en petits moellons de calcaire disposés en opus quadratrum, enfoui à 3 m sous le sol actuel. À noter la présence sur sa face est d'un mortier de chaux rose, les remblais qui le cantonnent ont livré un matériel datable du Ier s. et du début du IIe s. après J.-C.

2La tranchée de fondation du mur nord de la cathédrale a partiellement détruit ce mur antique, certains moellons étant réutilisés dans les premières assises du mur de fondation (Fig. n°1 : Mur antique sectionné par les fondations de la cathédrale). Ce dernier présente dans sa partie est des fissures qui se sont répercutées sur le célèbre tympan.

3De nombreuses sépultures ont été implantées au nord de la cathédrale, y compris à l'intérieur du porche. Leur typologie est tout à fait comparable à l'inhumation trouvée au portail sud : coffres maçonnés à logette céphalique carrée à l'exception d'une d'entre elles pourtant contemporaine des autres (XIIe s.-XIIIe s.), qui renferme, dans un coffre de pierre, un sarcophage de plomb. Ce mode d'inhumation a permis de conserver des fragments de textile et une coiffe de résille maintenue par une barrette en bois. Le mobilier funéraire est rare, seuls deux anneaux de bronze et quelques fragments de coquille de pèlerin ont pu être recueillis.

4De puissants remblais qui datent du XIVe s. recouvrent ces sépultures et pourraient correspondre à la phase de construction du massif ouest de la cathédrale.À l'est du chantier, à la limite de la place Clément-Marot, les vestiges de l'angle sud-ouest de l'église Saint-Jean et du mur ouest de clôture de son cimetière ont pu être repérés sur quelques mètres, à 2,50 m environ sous le sol actuel. L'angle de l'édifice cultuel présente à sa base une pierre d'angle ornée d'un motif d'entrelacs et de grenades de style roman. Le document le plus ancien que nous connaissons sur cet édifice date de 1261, sa destruction, elle,est mentionnée en 1701.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Mur antique sectionné par les fondations de la cathédrale

Fig. n°1 : Mur antique sectionné par les fondations de la cathédrale

Auteur(s) : Arramond, Jean-Charles. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Mur antique sectionné par les fondations de la cathédrale
Crédits Auteur(s) : Arramond, Jean-Charles. Crédits : Gi 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Cahors « Divona » puis « Cadurci » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10545

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals