Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie1992Domaine public maritimeAu large d’Aigues-Mortes – De l’E...

1992
Domaine public maritime

Au large d’Aigues-Mortes – De l’Espiguette au Petit Rhône

Prospection inventaire (1992)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Les problèmes de météorologie et la mauvaise visibilité des eaux à l’embouchure du Rhône vif et du petit Rhône, ont sérieusement pénalisé cette opération de carte des épaves, reportée par force majeure en fin d’année. Au total, exceptés les gisements qui avaient complètement disparu sous le sable (épaves nos 1, 2, 3 et 4) et ceux sans aucune visibilité (épaves nos 10, 11, 12 et 13), notre expertise a porté sur les gisements situés à hauteur d’Aigues-Mortes, par une profondeur moyenne de 7 m (épaves nos 5, 6, 7, 8 et 9).

2L’épave 5, à proximité du mas de Terreneuve revêt l’aspect d’un tumulus de pierres (lest ?) d’environ 16 m de long. Le navire laisse apparaître quelques structures axiales, notamment une carlingue et un puisard de pompe de cale, sur l’arrière. Cette zone a notamment livré de la vaisselle datée du milieu du xixe s.

3L’épave 6, située non loin de la précédente, a beaucoup souffert du pillage et de l’action des chaluts. Long de 25 m, le gisement, était, à l’origine, chargé de noix de coco et de sacs de blé très bien conservés. Les plongeurs clandestins l’ont récemment dépossédé de ses ancres et de ses pièces d’artillerie en fer. Le petit matériel (éléments d’armes à feu, étui de sabre, objets de bord et de navigation), autorisent à dater le naufrage de la fin du xixe s.

4L’épave 7 correspond, en fait, à une portion de muraille (7 m x 3 m), désolidarisée du reste du navire. La partie principale du gisement est sans doute à proximité, encore très ensablée. Aucun élément particulier ne permet de dater ces vestiges qui sont sans doute contemporains, selon nous, des épaves précédentes.

5L’épave 8, sur laquelle nous avons concentré nos efforts, correspond a priori à un brigantin suédois connu des archives et naufragé vers 1770. Son chargement de cordages en jonc, partiellement récupéré après le naufrage, est aujourd’hui très bien conservé sous les vases argileuses du Rhône. Sur l’avant du navire, une pièce massive assez rare, sans doute récemment arrachée de l’épave par un chalut, a été prélevée pour étude et afin d’être traitée. Il s’agit d’un bouclier d’étrave, plus connu sous le nom de fourche de massanne. Le gisement, qui mesure au total une quinzaine de mètres de long, a livré pour seul objet de bord un poids de balance en plomb recouvert de cuivre.

6Les vestiges de l’épave 9, à l’ouest du petit Rhône, près du mas de Raynaud, ont été repérés à la surface du sédiment sur une quinzaine de mètres de long. Le navire, visiblement chargé d’agrès et d’apparaux pour la construction ou la réparation navale (chaîne, ancres, brai, vergues et cerclages de mât, cabestans) est relativement pauvre en petits objets. Une écumoire en cuivre, une boucle en étain, un poids de balance et un plomb de sonde, paraissent désigner là aussi la deuxième moitié du xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large d’Aigues-Mortes – De l’Espiguette au Petit Rhône » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 13 septembre 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105455

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drasm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drasm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search