Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1992Domaine public maritimeAu large de Cannes – Île Sainte-M...

1992
Domaine public maritime

Au large de Cannes – Île Sainte-Marguerite, Pointe de la Croisette

Sondage (1992)
Responsable d’opération : Michel Goury
Notice rédigée avec Louis Lacoupelle

Texte intégral

1Afin de traiter dans son usine les eaux usées de l’île Sainte-Marguerite la ville de Cannes fait creuser une tranchée à -7 m entre l’île et la pointe de la Croisette. Une excavation de 1 525 m de long pour 2 m de large est ainsi pratiquée dans des zones profondes de 3,9 m à 6,5 m, à proximité de l’épave des lampes Sainte-Marguerite 2 déclarée par MM. Isaac, Lacoupelle et Lattard (Pomey et al. à paraître). C’est le long de cette tranchée qu’a porté l’opération archéologique.

2Le secteur exploré est divisé en quatre zones. (fig. 1).

Fig. 1 – Localisation de la tranchée et des zones prospectées

Fig. 1 – Localisation de la tranchée et des zones prospectées

3La zone Z1 (comprise entre le Fort, les étangs du Bataiguier et la première balise) est la plus riche en mobilier archéologique antique et post-médiéval. La céramique campanienne est représentée par des fonds de coupe dont certains à palmettes ; la céramique sigillée dont quatre coupes sont estampillées (ROGATUS, L.RASINIUS PISANUS, SEX.M.F., C ARMARIUS) et une porte un graffita en grec HLIO, est représentée par les formes Dragendorf 15, 15/17, 17 et 29. Par ailleurs, 23 types différents d’amphores de treize origines diverses sont répertoriés, parmi lesquelles deux petites amphores intactes et un col d’origine rhodienne avec une estampille TAMITIOY. Une grande quantité de matériel moderne rappelle celui des fouilles dirigées par Michel Goury dans le port de la quarantaine à Marseille (Goury 1991). Il s’agit de couvercles, bols à oreilles, assiettes, plats, pots, pichets de barque, huiliers, taupins, pots à raisin, pots de chambre. Ils sont à décors d’engobes divers, graffita a stecca, graffita tarda, à barrolet espagnoles, et provençales (Saint-Quentin, vallée de l’Hérault et de l’Huveaune, Vallauris). Quelques tuyaux et quatre fourneaux de pipes en terre témoignent des relations commerciales de l’époque des xviiie et xixe s. (Gouda en Hollande, Chiggia en Italie).

4La zone Z2 est très pauvre en vestiges.

5La zone Z3 (à proximité du site des lampes à huile) ne contient que du matériel amphorique datant du iiie au xiie s.

6Il faut noter la découverte, durant cette prospection, d’un gisement homogène de carrelage (feuillets) près de la pointe de la Croisette, dans la zone 4.

7Cette opération archéologique confirme la grande fréquentation de cette zone depuis l’Antiquité ; il ne s’agit pas d’un port mais d’un lieu de mouillage naturel abrité des vents dominants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation de la tranchée et des zones prospectées
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105618/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Goury, Louis Lacoupelle, « Au large de Cannes – Île Sainte-Marguerite, Pointe de la Croisette » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 13 septembre 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105618

Haut de page

Auteurs

Michel Goury

Louis Lacoupelle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Goury

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search