Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1992MartiniqueLe Diamant – Dizac Plage

1992
Martinique

Le Diamant – Dizac Plage

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Nathalie Vidal

Entrées d’index

Année de l'opération :

1992

Chronologie :

époque moderne

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Centre d’études et de recherches archéologiques (CERA)

Texte intégral

1La dernière tranche des fouilles effectuées sur la plage de Dizac, commune du Diamant, c’est achevée au mois d’août 1992. Le sol stérile composé de sable blanc et de concrétions calcaires a été trouvé à 1,70 m. du niveau du sol. Au total, 17 décapages ont été nécessaires pour trouver la fin des niveaux d’occupation. Le matériel recueilli, identique à celui des précédentes années, est actuellement en cours de comptage et de classement. Des échantillonnages vont être effectués, notamment sur les divers ossements afin d’être envoyés pour identification au Muséum national d’histoire naturelle. Cependant quelques résultats intéressants ont pu être obtenus à partir des vestiges conchyliens.

2Depuis le lancement du projet de fouilles programmées en 1990, nous avons porté notre attention sur le nombre important des espèces de coquillages de provenance diverses retrouvées en fouilles sur le site en relation étroite avec son occupation. Aussi avons-nous commencé par déterminer les espèces susceptibles d’avoir été une ressource alimentaire pour ces populations, en les séparant des autres coquillages endémiques des zones littorales. Au fil des décapages successifs, nous avons pu nous rendre compte de certaines variations numériques notamment sur les espèces consommables ; ceci nous donnait donc plusieurs hypothèses exploitables : un choix délibéré des anciennes populations en faveur de la récolte d’une espèce à telle ou telle époque ou bien, une variation climatique ou géographique ayant modifié l’environnement côtier et subaquatique entraînant une diminution de certaines espèces au profit des autres. Une trentaine d’espèces environ a été dénombrée (outre une espèce d’escargot terrestre) parmi lesquelles, nous avons extrait cinq à six espèces que nous pensons avoir été exploitées plus systématiquement par les Amérindiens.

3La famille des Lucinidae avec le Lucina pectinata, ce coquillage est consommé et connu sous le nom vernaculaire de « Palourde ».

4La famille des Ostreidae, « l’huître des palétuviers » : Crassostrea rhizophora.

5La famille des Strombidae : le Strombus costatus (Strombe laiteux), et le Strombus gigas (Strombe géant ou lambi).

6Dans la famille des Trochidae nous retrouvons le Cittarum pica ou burgau, consommé encore actuellement ; on le retrouve aussi sous le synonyme de Livona pica. C’est l’un des coquillages les plus courants des Antilles.

7Ajoutons également dans la famille de Cardiidae les Anomalocardia brasiliana, coquillages bivalves. Nous avons constaté que seul ce genre de coquilles étaient abrasée à l’extrémité postérieure des valves (umbo) afin d’être perforées. Les Anadara notabilis ne sont apparues que dans le troisième décapage.

Le coquillage dans la couche « superficielle » de 20 cm

8Sur l’ensemble de la couche, 4 557 coquillages ont été récoltés. Sur le total général du nombre des coquilles, le burgau est l’un des premiers représentants de cette sélection avec 853 unités ; vient ensuite le lambi avec 576 unités, puis les huîtres des palétuviers avec 327 unités ; enfin les palourdes avec 202 unités et les Anomalocardia brasiliana avec 201 unités.

9Le pourcentage du total de ces cinq espèces occupe presque la moitié des coquillages recueillis, soit 47,38 % contre 52,62 % de coquillages divers et indéterminés, preuve supplémentaire d’une activité humaine de pêche et de consommation de mollusques dans ce secteur (fig. 1).

Le coquillage dans les niveaux naturels

Décapages 1 et 2

10Dans le matériel retrouvé dans les décapages 1 et 2, 1 170 coquillages ont été récoltés. Le burgau est toujours le plus représenté (220 unités), puis le lambi (137 unités) retrouvé principalement sous forme de fragments, les huîtres que nous avons retrouvées surtout concentrées dans les unités G1 et J2 (97 unités), puis les palourdes (47 unités) et l’Anomalocardia (44 unités) (fig. 2).

Décapage 3

11Sur l’ensemble de ce décapage, 2 164 coquillages ont été récoltées dont 319 unités de Strombus, 566 de Cittarium pica, 103 d’Anomalocardia brasiliana, 127 de Lucina pectinata, 106 de Crassostrea rhizophorae, et enfin 48 d’Anadara notabilis. Une concentration d’huîtres (Crassostrea rhizophorae) est à signaler dans l’unité J3.

12Dans ce décapage, le Cittarium pica est encore le plus fréquemment retrouvé, avant les Strombus (fig. 3).

Décapage 4

13Un total de 1 847 coquilles a été recueilli, dont 268 unités de Strombus, 110 d’Anomalocardia brasiliana, 453 de Cittarium pica, 99 de Lucina pectinata, 79 de Crassostrea rhizophorae, enfin 42 unités d’Anadara notabilis.

14La répartition des coquilles du décapage 4 (fig. 4) ne présente que peu de différence avec le décapage précédent. Notons cependant une légère augmentation des coquillages divers, et une baisse de pourcentage pour l’espèce Cittarium pica.

Décapage 5

15Un total 1 945 coquilles a été retrouvé dans ce décapage dont 396 unités de Strombus, 90 d’Anomalocardia brasiliana, 361 de Cittarium pica, 104 de Lucina pectinata, 31 de Crassostrea rhizophorae, enfin 53 d’Anadara notabilis. Remarquons l’augmentation du pourcentage des Strombus, la baisse de celui du Cittarium pica, et l’augmentation des coquillages divers (fig. 5).

Décapage 6

16Sur un total de 2 770 coquilles retrouvées, nous avons pu déterminer 564 unités de Strombus, 111 d’Anomalocardia brasiliana, 309 de Cittarium pica, 169 de Lucina pectinata, 23 de Crassostrea rhizophorae, enfin 92 d’Anadara notabilis.

17Le pourcentage de Strombus augmente, cette espèce devient prépondérante dans les vestiges au détriment du Cittarium pica. L’espèce Crassostrea rhizophorae disparaît (fig. 6).

Décapage 7

18Un total 1 518 coquilles a été récolté dont 320 unités de Strombus, 93 d’Anomalocardia brasiliana, 150 de Cittarium pica, 116 de Lucina pectinata, 7 de Crassostrea rhizophorae, et 51 d’Anadara notabilis. L’augmentation du pourcentage des Strombus se poursuit, ainsi que la diminution de celui des Cittarium pica. L’espèce Crassostrea rhizophorae disparaît (fig. 7).

19Ainsi, dans l’ensemble nous pouvons constater que l’espèce Strombus s’accroît sensiblement au détriment du Cittarium pica, espèce prépondérante dans les premiers décapages : le nombre de Strombus entiers ne cesse d’augmenter graduellement jusqu’au dernier décapage. La seconde espèce qui semble disparaître de façon régulière au fil des décapages est l’huître de Palétuvier, Crassostrea rhizophorae.

20Ces variations sont-elles les conséquences d’une évolution culturelle et/ou climatique, saisonnière, liée aux modifications d’un environnement fragile ? Dans l’état actuel des recherches nous ne pouvons pas nous permettre d’affirmer ou de négliger une seule de ces solutions.

21L’étude du matériel en cours, des derniers décapages effectués en 1992, fourniront les dernières données qui permettront enfin d’apporter des réponses à ce phénomène.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Vidal, « Le Diamant – Dizac Plage » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 08 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105699

Haut de page

Auteur

Nathalie Vidal

CERA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Vidal

CERA

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search