Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1992MartiniqueLe Diamant – Habitation-Sucrerie ...

1992
Martinique

Le Diamant – Habitation-Sucrerie Dizac

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Nathalie Vidal

Entrées d’index

Année de l'opération :

1992

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Centre d’études et de recherches archéologiques (CERA)

Texte intégral

1L’habitation-sucrerie de Dizac est située au sud de la ravine Dizac, à flanc de morne, à 3 km environ du bourg du Diamant, à côté de la RD 57, dite de Petite Anse. Appelée autrefois habitation « Plage du Diamant », elle fut exploitée dès la fin du xviie s. et changea plusieurs fois de propriétaire : en 1745 habitation Gadie-Beuze, en 1816 habitation Latournelle, avant d’appartenir aux Dizac en 1850. Elle fonctionna comme raffinerie et distillerie jusque vers le début du xxe s., puis comme distillerie uniquement, en produisant un excellent rhum agricole, jusqu’aux années 1940, avant d’être transportée à Trois-Rivières.

Résultats des fouilles du sauvetage urgent d’avril 1992

2Durant le mois d’avril, du fait d’aménagements prévus par les propriétaires, des fouilles ont été faites sur la structure C de l’usine-sucrerie, structure que nous n’avions pu déterminer lors de nos précédentes investigations de surface. Ceci a permis de retrouver, d’identifier et de dater tout un système de fonctionnement de cette usine.

Fig. 1 – Fonctionnement de la sucrerie Dizac

Fig. 1 – Fonctionnement de la sucrerie Dizac

Le système de chauffe de 1816 à 1886

3L’équipage actuellement dégagé daterait du début du xixe s. Orienté est-ouest, il était chauffé par un seul foyer qui se trouvait sur la grille de l’œuvage ouest. Comme pour la sucrerie de Crève-Cœur la bouche du foyer est perpendiculaire à l’axe de l’équipage. Les gaz et les fumées étaient aspirés par la cheminée ; en effet, selon le principe des « fours tunnels en ligne », la cheminée et le foyer se trouvent chacun à une extrémité de l’installation, avec un dénivelé, favorisant la circulation des gaz chauds et donc, du tirage.

La chaufferie (bâtiment E)

4Située en contrebas de la sucrerie, elle abritait deux grands foyers. D’après les dernières fouilles, nous pouvons conclure que ces deux foyers encore en place ne sont pas contemporains l’un de l’autre. Le grand foyer ouest est indiscutablement contemporain de l’équipage en cours de dégagement ; tandis que le foyer est, plus ancien, est sans rapport avec l’œuvage actuellement en place qui soutenait la chaudière appelée « la Grande ». Il doit donc être rattaché à un état antérieur de l’actuel équipage.

Les évents

5Contrairement à ceux que le Père Labat décrit et que l’or retrouve dans la sucrerie de Crève-Cœur au xviiie s., ces évents ne se situent pas sur le mur pignon dans la chaufferie, mais de l’autre côté de l’équipage sous le plancher de la sucrerie. On y accédait par une trappe pour le nettoyage et la vérification du système de chauffe, en cas de panne de l’équipage et du foyer. Ainsi, il n’était plus nécessaire de boucher ces évents lors du fonctionnement de la sucrerie.

Le conduit de fumée

6Entièrement construit en briques, il est long d’environ 5 m et curviligne. On y remarque une trappe d’obturation sans doute pour le réglage du tirage. Sur le sol du conduit nous avons dégagé un pavage de briques dont les dessins laissent supposer l’existence d’un état antérieur à ce système de chauffe.

La cheminée

7C’est la dernière étape du système de chauffe. Située au nord de l’équipage, elle est de plan carré de 2,60 m. de côté. Sa hauteur approximative compte tenu de l’épaisseur de sa base et de l’importance du tirage, devait dépasser les 6 m et avoisiner les 8 m.

Le second conduit de fumée

8Un second conduit de fumée rejoignait la cheminée. Il est actuellement obturé (côté nord) par un bouchon de maçonnerie en briques. Il implique l’existence d’un second équipage que nous situons provisoirement au sud contre le mur de la sucrerie. L’ouverture de communication avec ce dernier est grossièrement aménagée à l’aide d’un fragment de chaudière en fonte, sur lequel repose une maçonnerie de briques.

9Il se peut donc que nous ayons là les deux équipages mentionnés dans les archives historiques de 1816. Ils auraient pu fonctionner simultanément puis l’un d’eux (l’équipage est) aurait été abandonné alors que l’autre (l’équipage ouest) aurait continué de fonctionner.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fonctionnement de la sucrerie Dizac
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105704/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Vidal, « Le Diamant – Habitation-Sucrerie Dizac » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105704

Haut de page

Auteur

Nathalie Vidal

CERA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Vidal

CERA

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search