Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1992MartiniqueRivière-Pilote – Anse Figuier

1992
Martinique

Rivière-Pilote – Anse Figuier

Sauvetage urgent (1992)
Responsable d’opération : Nathalie Vidal

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Centre d’études et de recherches archéologiques (CERA)

Texte intégral

1Suite à la découverte fortuite d’un site à l’Anse Figuier dans la commune de Rivière Pilote à l’occasion du dragage d’un petit cours d’eau, au mois de mai dernier, il a été décidé de procéder à un sauvetage urgent permettant d’évaluer le potentiel archéologique du site. Pour cette intervention, deux ouvriers municipaux ont été mis à notre disposition ainsi, qu’un ouvrier de fouilles. Nous avons également reçu l’aide de plusieurs bénévoles, notamment des étudiants en histoire de l’université des Antilles-Guyane

Présentation du site

  • 1 Rapport de fouilles « le site précolombien de la plage du Diamant », 1990, Direction des Antiquités (...)

2Le site de l’Anse Figuier se trouve sur la côte littorale au sud de la Martinique et s’insère géographiquement dans le prolongement naturel des sites précolombiens des communes du Diamant (Plage Dizac), et de Sainte-Luce (Anse Corps de Garde). Il se trouve sur la partie littorale d’une petite vallée étroite qui présente à première vue et en superficie les caractéristiques pédologiques que nous avions rencontrées au Diamant1 : côte à cordon sableux provenant de récifs coralliens, sol de colluvions et d’alluvions quaternaires provenant des mornes environnants et drainés par le marigot qui est caractérisé quant à lui par ses niveaux tourbeux.

3L’environnement d’origine de cette vallée (du moins sur le littoral) a été manifestement modifié à l’époque historique : une importante épaisseur de remblai (environ 1 m à 1,40 m.) composé de terre et de bombes volcaniques a servi à assainir et à exhausser le niveau du sol sur les parcelles environnantes derrière l’usine, afin de permettre la culture des cannes nécessaires à la fabrication du sucre. Les abords du marigot ont ainsi été entièrement assainis et aménagés, sans doute depuis l’établissement de l’usine-sucrerie. Les berges, côté sucrerie, sont surélevées par plus d’un mètre de remblai provenant des dragages antérieurs de la rivière, ce qui explique l’abondance du matériel visible en surface.

Organisation du sauvetage urgent

4La campagne a commencé par des sondages en différents endroits de l’Anse, avec bien des difficultés dues à la saison des pluies. Aussi avons-nous décidé de suspendre ces investigations, pour les reprendre à la saison sèche (février-mars). Nous avons cependant commencé le nettoyage et le ramassage systématique du matériel contenu dans les déblais du dragage du marigot effectué au mois de mai précédant la découverte du site. Une quantité très importante de matériel archéologique a pu être récupérée et nettoyée. En effet, plus de 6 000 tessons de céramique ont été récoltés dans les déblais du curage. Compte tenu de l’abondance de ce matériel, et malgré les importants aménagements apportés à l’époque historique par l’établissement de l’usine-sucrerie, il est indéniable que nous sommes en présence d’un établissement précolombien de type néolithique de grande ampleur. Cependant quelques indices comme la grande variété du matériel lithique, ainsi que deux fragments d’os fossilisés de gros mammifères, nous amènent à penser que ce gisement pourrait contenir plusieurs périodes d’occupation humaine ainsi que des niveaux paléontologiques (un fragment d’os fossilisé avait déjà été retrouvé sur la plage de cette anse, en 1989 par F. Rodriguez-Loubet).

5Lors de nos prochaines interventions, nous devrons nous concentrer sur l’établissement d’une stratigraphie fiable du site afin de pouvoir retrouver ces éventuels niveaux) culturels et naturels. Nous tenterons également de déterminer l’emplacement réel de l’occupation agricole, les très gros fragments de céramique retrouvés dans le marigot semblent en effet témoigner d’une zone dépotoir importante. Enfin une étude comparative avec le matériel céramique du site du Diamant typologiquement et stylistiquement très proche permettra de situer sa chronologie. Notons également que compte tenu de l’omniprésence de l’eau dans le sol de ce site, il n’est pas impossible que nous puissions retrouver pour la première fois en Martinique des vestiges biologiques bien conservés, tels que des bois et des ossements en bon état.

Haut de page

Notes

1 Rapport de fouilles « le site précolombien de la plage du Diamant », 1990, Direction des Antiquités de Martinique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Vidal, « Rivière-Pilote – Anse Figuier » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105759

Haut de page

Auteur

Nathalie Vidal

CERA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nathalie Vidal

CERA

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search