Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1992Domaine public maritimeAu large du Vauclin (Martinique) ...

1992
Domaine public maritime

Au large du Vauclin (Martinique) – Cayes de Macabou

Sondage (1992)
Responsable d’opération : Marc Guillaume

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Groupe de recherche en archéologie navale

Texte intégral

1Monsieur Emmanuel Célimène, marin pêcheur du Vauclin, nous a indiqué ce site d’épave.

Le site

2Quelques éléments métalliques (guindeau, ancre et câbles) se trouvent pris, au nord, dans la concrétion. Une vaste zone couverte de blocs de charbon s’étend sur plus de 25 m vers le sud. Aucune trace de système de propulsion mécanique n’étant visibles sur l’épave (hélices, tubulures, chaudières, condenseurs, etc.), il faut conclure que nous avons affaire à un voilier. Le charbon constitue la cargaison du navire.

3Une investigation plus précise a permis de localiser, à une trentaine de mètres au sud des éléments métalliques, des fragments de charpente avec du doublage de cuivre. La forme pincée, qui indiquait une des extrémités du bateau, a été identifiée, grâce à l’observation du sens de recouvrement des plaques de doublage, comme étant l’arrière. La présence d’une ancre parmi les concrétions métalliques au nord, confirme cette orientation.

4Un plan de site a été dressé par triangulation de quelques points remarquables. L’épave se trouve posée au pied d’une caye qui s’élève verticalement de moins 11 m jusqu’à 1,50 m de la surface. Des coupes transversales ont été réalisées qui ont permis d’évaluer l’épaisseur du chargement. Il représente plusieurs dizaines de tonnes de charbon. Il est probable qu’une partie importante de la carène soit conservée sous la cargaison.

Fig. 1 – Épave sur les cayes du Macabou

Fig. 1 – Épave sur les cayes du Macabou

Vue en plan le 8 août 1992.

Le sondage

5Un sondage est-ouest de 150 cm par 90 cm, a été réalisé. Situé transversalement à l’axe du navire, il devait nous permettre la mise au jour d’éventuels restes de charpente. Une poutre de bois de section importante a été en partie dégagée. Cet élément de charpente n’a pu être dégagé sur toutes ses faces dans le cadre de ce sondage très limité. La poutre est formée de cinq éléments de pin empilés. Son orientation, nord-sud, est parallèle à l’axe du navire.

6La pièce a été dégagée sur une longueur de 90 cm et sur toute sa hauteur qui est de 60 cm. 70 cm de sa largeur ont été dégagés sans qu’il soit possible d’atteindre l’autre bord.

7La pièce ne porte aucune trace d’assemblage sur les 90 cm dégagés. On voit, en revanche, à la limite nord du sondage une pièce transversale qui vient s’assembler sur la poutre. Cette pièce est, elle, en chêne.

Particularités de construction

8Ces éléments ne nous permettent pas, pour l’instant, de nous prononcer sur la nature de cet élément.

9Bien que son orientation soit parallèle à l’axe du navire, ses dimensions et son caractère composite interdisent de penser à une quille.

10Autre particularité intéressante, cette épave possède une double coque. Celle-ci a pu être observée dans la zone dégagée au sud. Les deux bordés, ainsi que le vaigrage, sont réalisés en pin. Le bordé extérieur a une épaisseur de 4 cm et le bordé intérieur de 10 cm. Le vaigrage mesure également 10 cm d’épaisseur. Le rôle d’une telle double coque est de protéger la vraie coque de l’attaque des vers marins. Mais ici il y a ici un luxe de précautions étonnant puisque la double coque est recouverte de plaques de cuivre dont le rôle est également de protéger les bordages.

11Quelques extrémités de membrures ont été observées dans la zone sud où affleurent des restes de fond de carène. L’analyse a montré qu’il s’agissait de chêne (Quercus sp.). Plusieurs bossoirs sont encore apparents sur le site.

Matériel métallique et céramique

12Quelques objets, ou fragments d’objets, ont été remontés de l’épave. Certains fournissent des éléments de datation. Il s’agit de deux éléments de lampe à pétrole : mécanisme de réglage de mèche et molette. Ils renforcent la datation xixe qui semble la plus plausible (doublage de cuivre, guindeau, abondance de câbles métalliques, etc.). Un fragment de porcelaine fine qui a été découvert dans le sondage, portant une inscription en alphabet cyrillique ainsi qu’un motif d’aigle bicéphale, aide également à la datation. Cette marque de fabrique a pu être identifiée et correspond à une production de la fabrique Kouznetsov, dans la province de Tver, qui détenait le monopole de l’industrie céramique en Russie à la fin du xixe s. Ils fabriquaient tous les genres de céramique, tant décorative qu’industrielle.

13Une marque très proche de la nôtre dans son graphisme est datée d’entre 1883 et 1900. Concernant notre motif, un complément d’information attendu permettra d’obtenir une datation plus précise.

14La quantité de charbon présente sur le site peut-être estimée, comme nous l’avons vu, à plusieurs dizaines de tonnes. La question reste pour l’instant ouverte de savoir si ce navire charbonnier avait pour destination un port de Martinique ou si il s’est perdu sur nos côtes lors d’un transit. S’il s’agit d’un bâtiment ayant la Martinique pour destination, il pourrait s’agir, non pas d’un des longs courriers qui amenaient le charbon d’Europe ou d’Amérique, mais d’un caboteur qui redistribuait, dans les différentes exploitations de l’île, le charbon stocké dans les entrepôts de Fort-de-France.

15L’importation de telles quantités de charbon de terre est liée à l’utilisation de grosses machines à vapeur. Il faudrait donc relier cette épave à la période de développement des usines centrales qui seules étaient à même de consommer de grandes quantités de houille.

16On sait que la première usine centrale construite en Martinique fut celle de Monsieur Thorp à la Pointe Simon à Fort-de-France. Une usine centrale était en particulier installée au Vauclin et une autre au Robert. Le naufrage de ce charbonnier pourrait être lié à l’exploitation de ces usines. Pour l’instant les recherches d’archivé ne nous ont pas livré d’autres précisions.

17Un sondage plus poussé mérite donc d’être effectué sur cette épave.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Épave sur les cayes du Macabou
Légende Vue en plan le 8 août 1992.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 423k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guillaume, « Au large du Vauclin (Martinique) – Cayes de Macabou » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105774

Haut de page

Auteur

Marc Guillaume

Gran

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Guillaume

Gran

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search