Navigation – Plan du site

AccueilRégionsEspace Caraïbes1992Domaine public maritimeAu large du Marin (Martinique) – ...

1992
Domaine public maritime

Au large du Marin (Martinique) – Pointe Marée

Sondage (1992)
Responsable d’opération : Marc Guillaume

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Groupe de recherche en archéologie navale

Texte intégral

1Le site 97 217 007/AH nous était connu depuis la fin de 1990. Il avait été inventé par des plongeurs de la Fédération française d’études et de sports sous-marins. Fin 1991, des plongeurs isolés ont remonté divers matériels. Leurs voisins ont alerté la gendarmerie qui a procédé à la saisie des objets et les à confiés à la garde du Service régional de l’archéologie.

2La situation de cette épave, au vent d’une caye très exposée à la mer, rend difficile l’investigation de ce site et explique qu’aucune expertise n’avait encore pu en être tentée auparavant.

3Parmi le matériel saisi figuraient, un plomb de sonde de 45 kg portant en inscription XXXXV, des fragments de plaques de doublage en cuivre et une cloche.

4Cette cloche porte l’inscription « Mater Pietatis Ora Pro Nobis » et la date de 1632. En dehors de cette inscription, aucune dédicace ou marque de fondeur ne vient fournir d’éléments relatifs à son identification. D’après les dires des inventeurs, cette cloche a été découverte sur le site non loin de la penture de gouvernail (voir infra).

5Malgré le mauvais emploi de la numérotation romaine sur le plomb de sonde, le fait que l’inscription corresponde au poids exprimé en kilogrammes, indiquait plutôt un bâtiment français postérieur à la Révolution. Son poids, très élevé, reste étonnant, quel que soit le type de navire, et bien supérieur à celui des plombs de sonde classiques.

Expertise du site

6Un plan du site a été dressé par triangulation de points fixes remarquables (canons, ancre, gueuses de lest). Deux séries de mesures ont permis d’obtenir un précision acceptable même dans les zones très agitées par le ressac.

Les canons

7Au total douze canons ont été observés dans la zone de travail. Six ont pu être triangulés et positionnés par rapport à des vestiges de carène découverts au pied de la caye. Six autres, situés sur le sommet de la caye, n’ont pu qu’être observés en apnée. Leur position, dans les déferlantes, les rend pratiquement inaccessibles en scaphandre en dehors de moments de calme exceptionnels. Il a cependant été possible de noter leur orientation (E-W). Leur taille est comparable à celle des autres canons observés.

Les ancres

8Une ancre à jas de bois a été localisée sur le haut de la caye à côté de trois canons. Les mouvements de houle rendent délicat le travail dans cette zone, il a été cependant possible de prendre des mesures de triangulation.

9Deux autres ancres ont été localisées, dans le sud-est du site, à une distance d’à peu près 300 m. Elles reposent sur un fond corallien de moins 7 m. Elles mesurent 4,90 m de long et la patte de l’une d’elles est cassée.

Autres éléments

10Une penture de gouvernail, avec aiguillot, a été localisée dans la zone de sable qui se situe dans la partie nord du site au pied de la caye. C’est non loin de cette penture que la cloche aurait été découverte.

Les fonds de carène

11Un travail de défrichage des algues situées au pied de la caye a permis de repérer des accumulations de lests de fer et de boulets. Les espaces compris entre ces zones de lest correspondent à la place qu’occupaient les éléments de charpente, couples, carlingue et porques. Ils donnent une image « en creux » de la structure des fonds. Les objets métalliques, lest et boulets, ont été soudés par l’oxydation alors que les matières organiques (bois de charpente) étaient détruites par l’action mécanique de la houle et par les vers marins. Du doublage de cuivre affleure sous la concrétion de lest.

12Un espace réservé, dans lequel ne se trouvait pas de concrétion métallique, a été identifié comme l’emplanture du Grand mât avec la zone libre de l’archipompe. L’empreinte des porques, qui viennent renforcer la structure du navire dans cette zone particulièrement sollicitée par la poussée du mât, est très nette. Au nord l’on distingue parfaitement le puits à boulets qui est matérialisé par une importante masse de concrétion formée de boulets soudés. Par ces diverses observations, et notamment par la position du parc à boulets, il a été possible de déterminer les positions respectives de l’avant et de l’arrière du navire.

Identification

13L’hypothèse la plus plausible était que nous avions affaire à l’épave de la Corvette la Caravane, perdue pendant le cyclone de 1817.

14Un article de La France Maritime et la publication de la lettre du Lieutenant de vaisseau Le Normant de Kergristt, commandant La Caravane, donnent des indications précises quant aux circonstances du naufrage.

15La Caravane venant d’Anapolis, où elle avait conduit des Frères des Écoles Chrétiennes qui allaient fonder une mission, rentrait en Martinique où elle reconduisant quelques créoles revenant de Louisiane. Ils arrivent à une vingtaine de milles au large du Vauclin quand le vent se lève qui les oblige à s’éloigner de la côte pour éviter le danger des récifs. Toute la toile se trouve arrachée et le navire démâté. Il dérive toute la nuit et au matin, les vents ayant tourné, ils se trouve au vent de récifs dans la zone du cap Ferré. Le capitaine fait mouiller trois ancres, à une encablure et demie des récifs, sur neuf brasses d’eau. Les ancres tiennent quelques instants puis les câbles cassent. À minuit, ils sont sur les récifs et la houle brise le navire en trois tronçons. La proue est emportée, le centre du bâtiment va se poser sur le récif. Le capitaine, les passagers et la plus grande partie de l’équipage restent sur la poupe où ils passent la nuit sous les déferlantes.

16Le jour venu ils réussissent, avec des radeaux de fortune, à gagner la côte avec des pertes minimes.

17Ce cyclone est passé au sud de l’île et les vents ont donc tourné du nord au sud en passant par l’est. La Caravane s’est échouée en fin de cyclone par vent de sud-est, après rupture des câbles d’ancre. Sachant que les vents qui règnent d’une manière constante en Martinique, les alizés, soufflent d’est ou de nord-est, la découverte des deux ancres décrites plus haut, à une distance d’environ 300 m dans le sud-est du site, a apporté un élément décisif dans l’identification du site. La présence de canons, lest de fer et puits à boulets confirment qu’il s’agit bien d’un bâtiment de guerre. L’inscription du plomb de sonde et le doublage de cuivre correspondent à un navire français du xixe s. ou de l’extrême fin du xviiie s. Du matériel céramique et des éléments des éléments de charpente en cuivre ont été retrouvés sur le site. L’analyse des fragments de bois a montré qu’il s’agissait de chêne.

18Tous ces éléments concordent avec l’hypothèse des restes de la Caravane. Un seul élément ne peut pour l’instant être expliqué, la présence de la cloche. Faisait-elle partie de la cargaison du navire, ou s’agit-il des restes d’un naufrage bien antérieur qui aurait laissé peu de traces ? Il n’est pas pour l’instant possible de trancher entre ces hypothèses.

Fig. 1 – Épave de la Caravane, vue générale en plan

Fig. 1 – Épave de la Caravane, vue générale en plan
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Épave de la Caravane, vue générale en plan
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/105779/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Guillaume, « Au large du Marin (Martinique) – Pointe Marée » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Espace Caraïbes, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/105779

Haut de page

Auteur

Marc Guillaume

Gran

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marc Guillaume

Gran

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search