Navigation – Plan du site
1989

Léobard

L'Abbaye Nouvelle
Responsable(s) des opérations : Frédéric Pecout

Entrées d’index

Chronologique :

bas Moyen Âge

Géographique :

Midi-Pyrénées, Lot (46), Léobard

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SD)
Inventeur(s) : Pecout Frédéric

1L'Abbaye Nouvelle, dernière fille d'Obazine, est une fondation cistercienne tardive (seconde moitié du XIIIe s.) qui présente des caractères exceptionnels dans son implantation comme dans l'économie des bâtiments qui la composent. Élevés sur un rocher calcaire et non en fond de vallée, ils dessinent un trapèze irrégulier commandé par le contour du socle ; l'extension de la surface initialement disponible a conduit à plaquer contre le rocher un ensemble de salles basses, sur lesquelles ont été élevées la partie septentrionale des bâtiments des convers ainsi que l'église abbatiale, en une superposition de niveaux très inhabituelle. On a vue dans l'église elle-même, à nef unique comptant quatre ou peut-être cinq travées, dépourvue de transept et d'absidioles, un « chaînon manquant » entre l'architecture cistercienne et celles des ordres mendiants.

2Elle est sécularisée à la fin du XVIIe s. : un portail est alors percé dans sa façade occidentale et un mur sépare en deux la nef dont seules les deux premières travées occidentales seront réutilisées.

3Un sondage de 2 m x 2 m a été implanté dans la partie ruinée de l'église, contre l'emplacement présumé du mur du chevet : à l'arasement de celui-ci, découvert à plus de 1 m de profondeur, correspond un niveau de sol et des murets réutilisant les matériaux de construction de l'abbatiale ,cloisonnant l'espace du chœur en une réoccupation tardive qui ne peut être précisément datée. Ils surmontent une très épaisse couche de destruction contenant notamment, concentrés à l'aplomb du mur du chevet, des fragments de vitraux brûlés et d'enduits peints du bas Moyen Âge. Un retrait d'assise correspond à l'altitude du dallage des premières travées de l'église, mais aucun niveau de sol construit n'a pu être mis en évidence (Pecout, 1990).

4L'ensemble de l'abbaye a été, à l'initiative du service régional de l'Archéologie, inscrit à l'Inventaire supplémentaire en 1990 et proposé au classement parmi les Monuments historiques.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Léobard », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10605

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals