Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine201833 – GirondeSaint-Émilion – La Madeleine

2018
33 – Gironde

Saint-Émilion – La Madeleine

Fouille programmée (2018)
Responsable d’opération : Natacha Sauvaitre

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

027492

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1Le bilan de cette cinquième campagne de fouille programmée est plus que convaincant. Vingt-deux nouvelles sépultures ont été mises au jour portant dorénavant à 191 le nombre de tombes référencées sur le site (fig. 1). On y dénombre une vingtaine de caveaux-pourrissoirs.

Fig. 1 – Vue aérienne du site

Fig. 1 – Vue aérienne du site

Fin de campagne 2018.

Cliché : N. Sauvaitre, (Hadès).

2En parallèle à la fouille entreprise sur les pourrissoirs, une étude globale sur ce type de sépulture a été entreprise. Trois grandes familles ont été distinguées : les pourrissoirs rupestres, les maçonnés et les mixtes (mi-rupestre/mi-bâti) (fig. 2). L’élaboration d’une typologie est possible en combinant le module des traverses et la morphologie de la logette céphalique. La méthodologie conçue pour fouiller ce type de sépulture est en train de porter ses fruits. Leur étude est totalement dépendante du degré d’avancement du travail de terrain, les résultats et leur interprétation étant conditionnés par l’exhaustivité de la fouille. Ainsi, la sépulture 126 a fait l’objet de trois décapages supplémentaires, tandis qu’un seul décapage a pu être réalisé dans la tombe 98.

Fig. 2 – Plan de répartition des caveaux-pourrissoirs

Fig. 2 – Plan de répartition des caveaux-pourrissoirs

DAO : N. Sauvaitre (Hadès) ; levé topographique : S. Malpelat.

3Dans la mesure où il apparaissait important d’amorcer les analyses du contenu des pourrissoirs, seuls les dépôts primaires des 24 sépultures fouillées ont été analysés en post-fouille.

4Les données accumulées, combinées à la stratigraphie, permettent de distinguer quatre niveaux d’occupation funéraire. Le premier se caractérise par des tombes creusées dans le rocher, contemporaines de l’aménagement de l’église entre le deuxième quart du xie s. et la première moitié du xiie s. Depuis 2012, 84 sépultures rupestres ont ainsi été référencées. Les fosses présentent un contour en plan anthropomorphe, doté d’une logette céphalique quadrangulaire. Pour cette phase de l’occupation funéraire, la distribution observée tend à suggérer que le recrutement s’est exercé indépendamment de l’âge et du genre. La réutilisation des fosses sépulcrales au cours du temps, ainsi que l’absence de véritable recoupement entre les diverses tombes, suggèrent la présence initiale d’un dispositif de signalisation des tombes en surface. Les dépôts secondaires mettent naturellement en exergue la pratique de la réduction de corps, soit en vue d’un gain de place, soit dans la perspective d’un regroupement familial.

5Les tombes en coffres bâtis anthropomorphes maçonnés constituent le deuxième niveau de l’occupation funéraire établies dans le courant des xiie et xiiie s. Il s’agit de quatre tombes individuelles d’enfants de moins de 4 ans qui s’organisent autour d’une sépulture de jeune adulte dont le genre n’a pu être déterminé. Au sein de ce groupe, deux dépôts ont été opérés en pleine terre, dans un contenant périssable de type linceul ou cercueil. La datation radiocarbone effectuée sur l’individu inhumé avec un orcel dans le coffre bâti de la sépulture 152 permet de situer l’occupation entre les années 1151-1220. L’analyse chimique effectuée sur le contenu de ce flacon a mis en évidence l’utilisation d’huiles végétales et animales préalablement chauffées associées à des plantes à fleurs sans qu’il ne soit possible de les identifier. Le troisième niveau d’occupation funéraire se caractérise également par l’emploi de coffres maçonnés et par l’installation de caveaux-pourrissoirs. La datation radiocarbone obtenue sur le dernier individu inhumé dans le pourrissoir SEP 126 tend à situer l’installation de ce type de tombe entre le dernier quart du xiiie s. et la fin du xive s. Le référencement que nous avons entrepris permet d’identifier une mise en œuvre similaire entre plusieurs exemplaires laissant supposer une contemporanéité entre eux. Dix-sept sépultures, référencées sur la parcelle communale AO 87, composent à l’heure actuelle ce troisième niveau funéraire. Quatre d’entre elles correspondent à des caveaux pourrissoirs. La majeure partie des vestiges attribués à cette période sont soit en cours de fouille, soit inexplorés. Toutes sépultures confondues, les données anthropologiques recueillies - pour la période courant du xive au xve s. – sont encore insuffisantes car la plupart des informations d’ordre biologique proviennent des pourrissoirs. On dénombre 3 immatures (2 de la classe 1-9 ans et 1 de 10-14 ans), 1 adulte et 2 sub-adultes. En outre, le caveau 126 livre pour l’heure 12 individus au moins : 6 sujets de plus de 20 ans, 2 sujets sub-adulte et 4 immatures. Le caveau 98 quant à lui recèle déjà 4 immatures et 2 sub-adultes. À l’issue de la campagne 2018, l’effectif total se porte à 24 individus au moins pour la période médiévale, parmi lesquels 11 immatures, 7 adultes et 6 sub-adultes. Le quotient de mortalité avant 20 ans est alors compatible avec une mortalité naturelle.

6La dernière occupation funéraire se démarque par des sépultures soit en pleine terre, soit en cercueils, caractéristiques des inhumations de la période moderne (xvie-xviie s.). La concentration excessive de ce dernier niveau de sépultures provoque le recoupement et la destruction d’inhumations antérieures. À ce jour, nous comptabilisons 59 sépultures modernes parmi lesquelles 6 n’ont pas été explorées. Dans huit cas (douze individus), la mise en place de la tombe réutilise un emplacement préexistant pouvant correspondre à un caveau maçonné de type pourrissoir. Dans ces derniers, le nouveau dépôt est préférentiellement réalisé en cercueil. D’après les données d’âge au décès, on constate que la période moderne est sur-représentée par des individus immatures. Néanmoins, les investigations se limitant aux abords immédiats de l’église, l’hypothèse en faveur d’un espace réservé aux plus petits reste délicate à proposer.

7Par ailleurs, ce dernier niveau d’occupation funéraire se caractérise par la présence régulière d’un dépôt monétaire accompagnant le défunt. On décompte à présent 17 monnaies réparties dans quatorze sépultures. Elles sont généralement déposées dans la main droite.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue aérienne du site
Légende Fin de campagne 2018.
Crédits Cliché : N. Sauvaitre, (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 2 – Plan de répartition des caveaux-pourrissoirs
Crédits DAO : N. Sauvaitre (Hadès) ; levé topographique : S. Malpelat.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Sauvaitre, « Saint-Émilion – La Madeleine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 14 septembre 2021, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106090

Haut de page

Auteur

Natacha Sauvaitre

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Natacha Sauvaitre

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search