Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201703 – AllierFleuriel – Église Notre-Dame : év...

2017
03 – Allier

Fleuriel – Église Notre-Dame : évolution d’une éminence rocheuse du ve au xxs.

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Franck Chaléat

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Chaléat F. 2018 : Évolution d’une éminence rocheuse du ve au xxe s., Fleuriel, église Notre-Dame, Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03115, rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1Entre le 6 et le 23 novembre 2017, les abords de l’église paroissiale Notre-Dame (fig. 1) et la place de la mairie ont fait l’objet d’un diagnostic anticipé, en vue d’une requalification de ces espaces. Huit sondages, d’emprises variables, ont été implantés dans l’ancien cimetière, au sud de l’église, sur le parvis ouest et le long de la rue du Prieuré, au nord de l’église, ainsi que sur le parc de stationnement de la place de la mairie, au nord-ouest de l’église.

Fig. 1 – Vue générale de l’église Notre-Dame, depuis l’espace du monument aux morts

Fig. 1 – Vue générale de l’église Notre-Dame, depuis l’espace du monument aux morts

Au premier plan, on distingue la sacristie.

Cliché : Sapda.

2L’histoire connue est peu fournie, et elle s’articule essentiellement sur la coexistence, au Moyen Âge central, de l’église paroissiale des xie-xiiis. et d’un prieuré-cure immédiatement voisin, au nord, qui tient la paroisse jusqu’au xvs. Le cimetière est censé avoir occupé, sur le temps long, l’emplacement qu’on lui connaît jusqu’au début du xxs., à savoir l’actuel jardin du monument aux morts, en face sud du lieu de culte. Cet emplacement a été purgé d’une partie de ses tombes entre 1909 et 1915, suite à la décision de déplacer le cimetière vers un emplacement plus éloigné.

3Les résultats permettent de replacer, sous tous ces espaces, un substrat rocheux hétérogène, qui présente un sommet relativement plan, sommet qui est recreusé très tôt pour aménager des tombes dont une a pu être datée des ve-vis. : au vu du nombre de sépultures usant de la même technique et placées dans la même position stratigraphique, il est probable que l’on soit en présence d’une zone de nécropole, repérée seulement au nord-ouest de l’église médiévale. On observe que plusieurs inhumations sont marquées par des pierres exogènes fichées verticalement dans le comblement des cavités.

4La construction de l’église du xis., limitée au chœur et au transept actuel d’après les études antérieures, nécessite un décaissement du substrat rocheux en partie est, afin d’asseoir les murs de l’époque romane. La connaissance de l’évolution de la zone durant le Moyen Âge central reste très nébuleuse : aucune des sépultures découvertes n’est véritablement datable de l’époque médiévale, et un paléosol de plusieurs dizaines de centimètres se constitue au-dessus des sépultures alto-médiévales creusées dans le rocher. Dans l’emprise de l’actuelle place de la mairie, le niveau rougeâtre recouvrant les tombes alto-médiévales est percé à nouveau de supposés trous de poteaux, qui peuvent trahir l’érection de bâtiments voisins de l’église.

5Une seconde utilisation funéraire est inaugurée, peut-être dès le deuxième tiers du xvs., et prend une véritable ampleur durant l’époque moderne, datation qui peut être appliquée, grâce au mobilier monétaire et céramique, aux sépultures les plus hautes visibles partout autour de l’église : durant cette période, le cimetière occupe l’ensemble des zones sondées (parc sud, parvis, accotements de la rue du Prieuré), à l’exception de l’actuelle place de la mairie. En 1836, le plan du cadastre ancien figure un cimetière réduit à la seule parcelle située au sud de l’église (actuel parc du monument aux morts), emplacement qui restera effectif jusqu’en 1909. Au fur et à mesure de l’abandon des parties ouest et sud du cimetière moderne, les anciennes sépultures sont scellées par un remblai épais, comportant une proportion importante d’os fragmentés en vrac, qui trahissent une purge, au moins partielle, des niveaux d’inhumation. En partie nord, en revanche, les inhumations sont directement recouvertes par un premier niveau de voirie (du xixs. ?), ce qui explique leur niveau d’apparition très haut sous les accotements actuels. Au nord-ouest, l’actuelle place de la mairie ne semble avoir accueilli aucune sépulture moderne, mais elle comprend, en partie haute, un remblai épais, ayant visiblement servi à poser les revêtements de l’époque industrielle.

Fig. 2 – Vue générale du positionnement de la sépulture SP 60 par rapport à la maçonnerie

Fig. 2 – Vue générale du positionnement de la sépulture SP 60 par rapport à la maçonnerie

À droite, on constate qu’une des pierres entourant le crâne est prise dans le ressaut de fondation.

Cliché : Sapda.

Fig. 3 – Plan des structures archéologiques du sondage 8

Fig. 3 – Plan des structures archéologiques du sondage 8

DAO : Sapda.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale de l’église Notre-Dame, depuis l’espace du monument aux morts
Légende Au premier plan, on distingue la sacristie.
Crédits Cliché : Sapda.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106288/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Fig. 2 – Vue générale du positionnement de la sépulture SP 60 par rapport à la maçonnerie
Légende À droite, on constate qu’une des pierres entourant le crâne est prise dans le ressaut de fondation.
Crédits Cliché : Sapda.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106288/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 3 – Plan des structures archéologiques du sondage 8
Crédits DAO : Sapda.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106288/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Chaléat, « Fleuriel – Église Notre-Dame : évolution d’une éminence rocheuse du ve au xxs. » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106288

Haut de page

Auteur

Franck Chaléat

Sapda

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Franck Chaléat

Sapda

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search