Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201703 – AllierNéris-les-Bains – Villa et quarti...

2017
03 – Allier

Néris-les-Bains – Villa et quartier suburbain de Cheberne

Prospection thématique (2017)
Responsable d’opération : Simon Girond

Texte intégral

1Le site de Cheberne est sis sur un versant du massif de Néris exposé à l’est et marqué par des sols peu épais surmontant le substrat granitique. L’établissement antique est implanté dans ce que l’on considère, dans l’état actuel des connaissances, comme un secteur suburbain de l’agglomération antique de Neriomagus/Aquae Nerii. La « villa » de Cheberne se situe à seulement 200 m des quartiers d’habitations des Villattes et du Péchin, mais elle en est séparée par deux voies antiques probables ainsi que par un espace funéraire observé au xixe s.

Fig. 1 – Plan général des vestiges antiques

Fig. 1 – Plan général des vestiges antiques

DAO : S. Girond.

2Le site a fait l’objet de plusieurs recherches : conduites par Eugène Moreau de Néris en 1857-1858, Michel Desnoyers de 1980 à 1984, par Daniel Parent (Afan) en 1984, par Philippe Arnaud (Afan) en 1999 et, enfin, par Jérôme Hénique (Hadès) de 2007 à 2009, puis en 2011, 2012, 2015 et 2016. Les vestiges de la partie résidentielle d’une riche demeure du Haut-Empire ont fait l’objet d’une attention soutenue : repérée dès le xixe s., elle était au centre des recherches menées au début des années 1980 et entre 2007 et 2016. Elle est organisée autour d’une cour à portique et dotée d’une partie thermale. Les fouilles menées par M. Desnoyers sur quinze zones distinctes, puis les observations en suivi des travaux de drainage de P. Arnaud, ont mis en évidence l’étendu et la richesse du site se développant autour de cette « villa » : elles ont donné à voir la présence d’une voie, d’autres bâtiments, dont des habitats plus modestes, mais aussi de structures et déchets liés à des activités artisanales pour la production de céramiques, de verre et d’objet en fer.

3Néanmoins, ces diverses recherches n’ont pas permis de comprendre l’organisation de ce quartier suburbain, notamment en raison de l’absence de continuité spatiale entre les différentes fenêtres d’observation. Les ensembles bâtis sont rarement circonscrits, leurs extensions n’ayant pas toujours été observées. Enfin, une seule voie est connue et on ne sait pas si elle a joué un rôle structurant vis-à-vis des différents ensembles architecturaux. Par ailleurs, le plan de la « villa » demeure incomplet : l’aile septentrionale et une partie du corps occidental de la demeure n’ont fait l’objet que de reconnaissances limitées et leurs agencements précis sont méconnus.

4Aussi, pour tenter de remédier à certaines de ses lacunes, nous avons mené en 2017 une campagne de prospection géophysique, sur l’ensemble du site. Elle a été réalisée par la société Géocarta qui a cartographié le sol en résistivité électrique (méthode ARP : fig. 2) ainsi que par le gradient magnétique (méthode AMP : fig. 3). L’acquisition des données sur le terrain s’est déroulée les 19 et 20 juin 2017, au cours de journées très chaudes et sur un terrain sec : ces conditions ont probablement influé sur les résultats. La prospection a concerné une surface de 3,1 ha pour le méthode ARP et 3,5 ha pour la méthode AMP. Cette différence s’explique pour l’impossibilité de passer dans certaines zones avec le matériel plus encombrant nécessaire aux mesures de résistivité. Par ailleurs, le passage des engins étaient contraints par divers obstacles sur le terrain (arbres ou bosquets, sondages non rebouchés des fouilles anciennes, clôture), qui ont quelque peu limité la couverture de la prospection. La présence de la clôture en fil de fer, le long du chemin d’accès à la mise en valeur du site, ainsi que les vestiges enfouis d’une probable ancienne clôture (piquets en fer) ont perturbé localement les données magnétiques. Par ailleurs, les éléments linéaires les plus visibles sur la prospection électrique et magnétique correspondent au réseau de drainage récent de la parcelle.

Fig. 2 – Carte des variations locales de résistivité électrique (voie 2)

Fig. 2 – Carte des variations locales de résistivité électrique (voie 2)

Relevé et DAO : Géocarta.

Fig. 3 – Carte du gradient magnétique

Fig. 3 – Carte du gradient magnétique

Relevé et DAO : Géocarta.

5Les cartes réalisées ne permettent pas d’avoir une vision claire de l’organisation du site antique comme escomptée, car les résultats sont imprécis. Mais ils fournissent plusieurs indications autour des vestiges déjà repérés. Autour de la « villa », plusieurs anomalies résistantes au sein des données de résistivité dessinent des linéaires qui semblent s’apparenter à des maçonneries aux contours diffus. Elles présentent en effet les mêmes orientations que les différents espaces dégagés. Ces potentiels murs se trouvent au sud-ouest de l’aire occidentale et au sein d’une vaste cour située au sud-ouest de l’aile thermale. Plusieurs anomalies linéaires s’alignant en limite de prospection pourraient marquer une même maçonnerie unissant les différents espaces. D’autres anomalies linéaires de grande ampleur pourraient témoigner d’une prolongation de l’ensemble architectural au sud et à l’ouest de la cour précédemment citée. Une anomalie magnétique linéaire pourrait désigner trois murs d’un espace situé dans le prolongement nord de l’aile occidentale. En revanche, au nord des zones explorées de la demeure, à l’emplacement supposé de l’aile nord du bâtiment résidentiel, la prospection ne livre pas d’information : la seule anomalie clairement visible, une bande résistante d’axe sud-est – nord-ouest, correspond sans doute à un sondage réalisé en 2007. Celui-ci avait donné à voir des murs d’axe est-ouest interprétés comme ceux d’un portique, qui ne sont visibles sur aucune des cartes géophysiques.

6Des anomalies linéaires d’axe sud-ouest – nord-est apparaissent parmi les résultats des deux méthodes dans la continuité de la voie identifiée lors des recherches précédentes. Elles forment un prolongement vers le nord-est, en direction de l’actuelle route de Commentry et de l’agglomération antique. Mais aucune anomalie similaire n’est visible au sud de la zone fouillée par M. Desnoyers. La voie pourrait donc s’arrêter au niveau des bâtiments antiques détectés dans cette dernière.

7Au niveau de la zone d’atelier de potier repérée par M. Desnoyers, la signature magnétique donne à voir de vastes espaces, probablement en lien avec cette activité artisanale (rebuts de production, nombreux fours ?). Un peu plus à l’écart de ces zones, deux anomalies en anneaux pourraient signaler la présence des chambres de chauffe de deux fours de potiers qui n’avaient jamais été repérés.

8Un petit groupe d’anomalies conductrices ponctuelles a été repéré à proximité de la limite sud-ouest de la zone prospectée, au nord-ouest du grand bâtiment à piliers internes et au sud de la « villa ». Il pourrait s’agir des traces des trous de poteaux d’un bâtiment construit en matériaux périssables. Ces négatifs seraient rendus visibles par la proximité du rocher naturel, signé par une résistivité plus forte que sur le reste du terrain prospecté.

9Enfin, d’autres résultats sont plus difficiles à interpréter. Certaines anomalies, présentes en limite sud-est de la zone, sont probablement d’origine géologique, comme le pensent les géophysiciens. Trois anomalies de résistivités observées le long de la limite nord-ouest de la zone intriguent : leurs formes curvilignes ne correspondent à aucune structure répertoriée. Elles apparaissent sur des zones déjà sondées et où aucun vestige n’a été observé, mais il y a un doute sur la précision de la localisation des sondages.

10L’opération de prospection géophysique menée en 2017 a obtenu, somme toute, des résultats mitigés, mais elle apporte des compléments non négligeables aux résultats des fouilles menées sur le site de Cheberne. Ces résultats permettront de cibler de nouvelles zones de recherche. Ils donnent notamment à voir le fort potentiel de l’atelier de potier qui s’étend sur une plus vaste zone qui ce qui était supposé jusque-là. Il faut en outre rappeler que les vestiges mis au jour lors des recherches de M. Desnoyers dans cette zone n’avaient fait l’objet que d’un simple nettoyage : il s’agit donc d’un espace vierge et disponible pour l’étude des productions artisanales aux marges de l’agglomération.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges antiques
Crédits DAO : S. Girond.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Fig. 2 – Carte des variations locales de résistivité électrique (voie 2)
Crédits Relevé et DAO : Géocarta.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Titre Fig. 3 – Carte du gradient magnétique
Crédits Relevé et DAO : Géocarta.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Girond, « Néris-les-Bains – Villa et quartier suburbain de Cheberne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106333

Haut de page

Auteur

Simon Girond

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Girond

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search