Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201703 – AllierNéris-les-Bains – 2bis rue Kléber...

2017
03 – Allier

Néris-les-Bains – 2bis rue Kléber, Péchin

Fouille programmée (2017)
Responsable d’opération : Carlotta Franceschelli

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Clermont-Auvergne

Franceschelli F. 2018 : Néris-les-Bains (Allier, 03) 2 bis rue Kléber, Péchin, rapport d’opération, fouille programmée, Clermont-Ferrand.

Texte intégral

1Le site du Péchin, 2bis rue Kléber (situé parcelle BM 315), fait l’objet de fouilles programmées depuis 2014, dans le cadre du PCR Neriomagus/Aquae Nerii, entrepris en 2011 pour une meilleure connaissance du développement urbain de l’ancien vicus de Néris, à l’époque romaine. La direction de la fouille est assurée, depuis le début, par Carlotta Franceschelli, maître de conférence en histoire et archéologie romaines à l’université Clermont-Auvergne, et membre du Centre d’histoire « Espaces et cultures » (EA 1001) de Clermont-Ferrand. Elle compte sur la collaboration d’une équipe de l’université de Bologne (Italie), pilotée par Pier Luigi Dall’Aglio, professeur de topographie antique et d’archéologie du paysage.

2Néris-les-Bains, connue à l’époque romaine sous la double dénomination de Neriomagus et Aquae Nerii, était un vicus de la cité des Bituriges Cubi, proche de ses limites méridionales, et dominant un carrefour de voies qui le connectaient aux cités arverne, lémovice et éduenne. L’agglomération occupait la partie terminale d’un vaste plateau granitique, délimité par des affluents du Cher, et creusé en son milieu par le ruisseau des Eaux Chaudes, encaissé dans un sillon longitudinal d’origine tectonique, profond d’environ 30 m. La présence, à cet endroit, d’une source jaillissant à 53°C, lui a conféré, depuis l’Antiquité, la connotation de ville thermale, avec deux complexes de bains publics connus par l’archéologie (dits « thermes nord » et « thermes sud »). Si les premières attestations d’un habitat romain à cet endroit remontent à l’époque augustéenne, l’agglomération de Néris-les-Bains connaît son floruit monumental vers le milieu du iie s. apr. J.‑C.

3Parmi les secteurs qui ont restitué les traces les plus significatives de cette présence anthropique, il y a sans doute le quartier du Péchin. Situé sur le sommet du plateau granitique qui abritait le vicus romain, il surplombait l’habitat et bénéficiait ainsi d’une position hautement scénographique. Sa richesse archéologique est reconnue depuis la deuxième moitié du xixe s., lorsque des érudits locaux réalisent de véritables fouilles. Ces activités mettent au jour une structure en hémicycle interprétée comme un « grand réservoir » de l’aqueduc, ainsi qu’un temple, dont les plans sont restitués par L. Esmonnot, architecte du département de l’Allier et de l’établissement thermal de Néris, dans son ouvrage de synthèse sur les Antiquités de Néris de 1885.

4La fouille que nous réalisons au 2bis de la rue Kléber depuis 2014, après une première année de prospections et de sondages, a mis au jour environ la moitié de la grande structure en hémicycle, et nous a permis de géolocaliser, avec un bon degré de précisions, les découvertes ce secteur. Il est ainsi apparu que le bâtiment autrefois interprété comme un temple se trouvait quelques mètres à l’est de cette parcelle, désormais cachée par la rue Kléber et ses maisons riveraines. Il a aussi été possible de démontrer qu’en réalité, le prétendu « réservoir de l’aqueduc » est le résidu d’un imposant dispositif de fondation, faisant en même temps office de terrassement. Mis en place au milieu du iie s. apr. J.‑C., il devait se poursuivre sur le côté est de la rue Kléber et entretenait donc un lien avec le temple fouillé au xixe s.

5Sur son côté opposé, en direction ouest – sud-ouest, ce même bâtiment en hémicycle se liait à deux murs parallèles, de presque un mètre d’épaisseur, définissant un « couloir » d’environ 7 m que nous avons observé jusqu’à la fin de la parcelle, sur une longueur d’environ 36 m. Si les fouilles de 2014 et 2015 ont donc permis la découverte de cette grande structure monumentale, articulée en terrasses sur les flancs du Péchin, la campagne de 2017 avait pour but principal d’éclaircir l’agencement topographique du complexe, ainsi que ses liens avec le reste de la ville. Il était donc primordial de définir l’aspect et la fonction du grand « couloir » qui prolongeait le complexe monumental jusqu’à l’extrémité ouest de la parcelle et semblait jouer un rôle de transition entre les structures situées au sommet du plateau et le reste de l’habitat. Bien que largement dégradé par de nombreuses interventions de spoliation commencées dans la première moitié du ive s., il a pu être reconstitué sous la forme d’une allée monumentale à portiques, qui devait permettre de franchir le dénivelé topographique, et permettre ainsi d’atteindre le temple situé au sommet du plateau, avec une montée douce (environ 5°). Richement décoré de stucs et enduit peints, il devait également abriter, à des endroits significatifs, des éléments monumentaux, tels des statues ou des autels, dont la trace semble persister dans des fosses de spoliation de forme quadrangulaire ouvertes au milieu de l’allée.

6La comparaison avec d’autres structures de ce type à l’échelle de la Gaule romaine permet de proposer, pour cette allée, une fonction processionnelle, en tant qu’annexe du véritable temple. Le point de départ de ce parcours devra faire l’objet d’approfondissements dans la prochaine campagne, notamment par le biais de prospections géophysiques ciblées.

7Les fouilles conduites à cet endroit ont également montré que la réalisation de ce complexe monumental (phase 2), au milieu du iie s. av. J.‑C., avait causé la destruction des structures d’une phase d’occupation antérieure du site, datée entre l’époque tibéro-claudienne et les premières décennies du iie s. apr. J.‑C. (phase 1). Observée uniquement grâce à des approfondissements restreints et profondément abîmée par les structures de phase 2, elle semble néanmoins partager avec la structure plus tardive une fonction cultuelle, comme pourraient l’attester quelques-uns de ses éléments structurels et le mobilier trouvé dans ces contextes,

8Restent en revanche plus difficiles à décrypter les traces d’une fréquentation du site encore précédente (phase 0), qui semble commencer à partir de l’époque augustéenne. Même si elle est difficile à définir sur le plan fonctionnel, avec ses épaisses couches de charbons et des traces de planchers, elle constitue à présent l’une des témoignages les plus anciens d’une présence anthropique stable à Néris, et pourrait, à terme, contribuer à éclaircir le dossier sur les origines de l’habitat romain à cet endroit.

Fig. 1 – Vue générale du site

Fig. 1 – Vue générale du site

Cliché : Cercle archéologique de Montluçon.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue générale du site
Crédits Cliché : Cercle archéologique de Montluçon.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 530k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carlotta Franceschelli, « Néris-les-Bains – 2bis rue Kléber, Péchin » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106338

Haut de page

Auteur

Carlotta Franceschelli

Université Clermont-Auvergne

Haut de page

Responsable d’opération

Carlotta Franceschelli

Université Clermont-Auvergne

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search