Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201703 – AllierVichy – Rue Neuve (école Sévigné-...

2017
03 – Allier

Vichy – Rue Neuve (école Sévigné-Lafaye) : des occupations antiques aux transformations du xixe s.

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Gabriel Rocque

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de l’Allier

Rocque G. 2017 : Vichy, Des occupations antiques aux transformations du xixe s., rue neuve (école Sévigné-Lafaye), Auvergne-Rhône-Alpes, Allier, 03310, rapport de diagnostic, Moulins, Sapda.

Texte intégral

1L’intervention s’est déroulée dans la commune de Vichy, au cœur de l’école Sévigné-Lafaye, à proximité de la gare.

2Onze sondages ont été mis en œuvre au cœur des trois cours de l’école. Ils ont permis de comprendre la topographie naturelle de ce secteur de la ville, où les alluvions de sables présentent un double pendage vers le sud et vers l’ouest, qui est presque inexistant dans la partie nord, mais très prononcé dès la cour centrale.

3Dans la partie basse, le marais des Rosières se développe. Le début de sa formation n’est pas daté, mais il est déjà en fonctionnement lors de l’époque antique et n’est comblé et asséché que dans le courant du xixe s.

4Durant l’époque antique, ce secteur est occupé, comme l’atteste la présence d’aménagements ponctuels sur le marais (drain ?). Par ailleurs, les vestiges d’un bâtiment, peut-être sur cave, ont été mis au jour dans la partie nord. Daté de la fin du ier s. apr. J.‑C., sa fonction ne peut pas être définie. Cependant, la présence de murs confirme l’existence d’édifices construits dans cette partie de la ville antique, qui n’était connue que par des découvertes ponctuelles de mobilier. Ce bâtiment s’implante sur la partie horizontale du terrain. Dans la cour centrale de l’école, une stratigraphie complexe reflète l’usage de ce secteur comme dépotoir, qui s’implante sur la pente du terrain. Ces niveaux se développent sur une hauteur de plus d’1,50 m, mais ils présentent une grande homogénéité chronologique. Le dépotoir semble donc en fonctionnement durant quelques générations vers la fin du ier s. apr. J.‑C. Cependant, il est certain qu’une partie de la stratigraphie a été détruite par les aménagements du xixe s. Malgré une proximité chronologique et spatiale, il n’est pas possible d’affirmer qu’il existe un lien entre ce dépotoir et l’édifice mis au jour 20 m plus au nord.

5D’importants travaux sont mis en œuvre dans le courant du xixe s. Il s’agit, d’une part, de l’asséchement du marais des Rosières, qui est comblé par 1,70 m de remblais. D’autre part, au début des années 1880, une horizontalité artificielle est créée, pour permettre la construction de l’école sur deux niveaux distincts. Lors de ces travaux, un important décaissement de la zone a, sans doute, contribué à la destruction de certains vestiges plus anciens. Les remblais ont été mis en œuvre sur une épaisseur de 2 à plus de 3 m pour créer cette horizontalité.

6La parcelle n’a, par la suite, connu que peu de modifications.

7Ce diagnostic apporte ainsi un éclairage nouveau sur l’occupation de la ville d’Aquis Calidis durant le Haut-Empire. La présence d’un bâtiment maçonné, probablement sur cave, suppose l’existence d’édifices construits dans cette partie de l’agglomération, jusqu’ici principalement connue par des découvertes de mobilier. Par ailleurs, la présence d’un dépotoir d’habitat suggère que la fonction artisanale identifiée grâce aux ateliers de potiers de la gare n’est pas unique, et que des occupations à la nature variée ont pu se côtoyer au sein de ce quartier.

8Enfin, ce diagnostic permet de compléter les observations déjà réalisées dans les années 1990 sur le marais des Rosières et sur son extension.

Fig. 1 – Coupe réalisée au sein du marais des Rosières

Fig. 1 – Coupe réalisée au sein du marais des Rosières

Cliché : G. Rocque (Sapda).

Fig. 2 – Fondations des murs d’une possible cave

Fig. 2 – Fondations des murs d’une possible cave

Cliché : G. Rocque (Sapda).

Fig. 3 – Niveau dépotoir riche en céramiques

Fig. 3 – Niveau dépotoir riche en céramiques

Cliché : P. Picq (Sapda).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Coupe réalisée au sein du marais des Rosières
Crédits Cliché : G. Rocque (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 2 – Fondations des murs d’une possible cave
Crédits Cliché : G. Rocque (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 – Niveau dépotoir riche en céramiques
Crédits Cliché : P. Picq (Sapda).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/106383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Rocque, « Vichy – Rue Neuve (école Sévigné-Lafaye) : des occupations antiques aux transformations du xixe s. » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 21 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106383

Haut de page

Auteur

Gabriel Rocque

Sapda

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gabriel Rocque

Sapda

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search