Navigation – Plan du site
1991

Séverac-le-Château

Roumagnac
Responsable(s) des opérations : Claude Dubois et Philippe Gruat

Entrées d’index

Chronologique :

âge du Fer
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1992 (SU) ; 1991 (DF)
Inventeur(s) : Dubois Claude ; Gruat Philippe

1La découverte inattendue d'une épée en fer du type de Gündlingen qui reste exceptionnelle pour notre région (Salles-la-Source, Noguiès et Viala-du-Pas-de-Jaux), ainsi que les risques de fouilles clandestines engendrés par les résultats de cette opération d'évaluation, ont conduit le service régional de l'Archéologie à réaliser une recherche extensive sur ce tertre de configuration insolite et à une réévaluation de son contexte environnemental puisque nous sommes en présence d'une petite nécropole matérialisée par trois groupes de tumulus. Le premier s'organise, d'après le fouilleur, autour d'un enclos quadrangulaire de chronologie incertaine alors que les deux autres (deux tumulus pour chacun, dont un douteux) sont implantés plus à l'est.

2À l'origine des travaux, le tumulus se présentait comme un tertre allongé aux contours difficilement déterminables de 12 m de long sur l'axe nord-sud et d'une largeur est-ouest de 4 m, pour une hauteur maximale de 0,70 m. En fait, l'examen précis de la structure constituée de pierrailles permet de distinguer deux tas d'épierrement constitués l'un contre la couronne nord du tumulus, l'autre sur son extrémité sud. Ils recouvrent chacun une surface de ± 10 m2 avec des hauteurs variables comprises entre  0,10 m à 0,40 m et 0,05 m à 0,65 m au travers desquelles ont été recueillies des céramiques d'époque protohistorique (Premier et Deuxième Âge du fer), gallo-romaine (tegulae, céramiques communes), mais aussi du Haut Moyen Âge, ce qui permet de supposer la proximité d'un habitat de longue durée.

3Le tumulus (Fig. n°1 : Vue d’ensemble du tumulus en cours de fouille. Au second plan, la butte de Séverac) a été implanté sur un léger affleurement rocheux déjà anthropisé. Il s'agit d'un niveau de sédiment rougeâtre à forte densité de particules charbonneuses dans lequel on tpu être distingués des fragments de torchis et de céramiques modelées attribuables au début du Premier Âge du fer.

4Sur la bordure méridionale, un muret (4,50 m de longueur, pour une largeur d'environ 0,60 m et une hauteur conservée de 0,40 m) incurvé, formé de dallettes de calcaire, paraît correspondre au solin d'un bâtiment absidial contemporain de cette unité stratigraphique.

5Détruit sur la majeure partie de sa longueur, il a servi d'appui à la structure interne du tumulus (6 m de longueur, 4 m de largeur pour 0,50 m de hauteur) constitué d'un amoncellement de blocs de calcaire local et d'un apport de terre brun rougeâtre compacte.

6La sépulture, malheureusement détruite lors de l'évaluation et dont certains éléments ont pu être récupérés dans les déblais, était localisée sur les limites nord-ouest du tumulus ce qui, avec les quelques vestiges encore en place, permet de suggérer que l'inhumation était orientée nord-est–sud-est (tête au nord-est).

7À partir de la détermination de Henri Duday on peut donc établir qu'il s'agit d'un sujet adulte de plus de trente ans, accompagné d'offrandes encore en place au niveau des pieds: coupe hémisphérique en tôle de bronze dont des exemplaires similaires se retrouvent sur les causses et les Grands Causses, coupe céramique apode et fragments osseux (Suidés) qui étaient localisés sur le paléosol du tumulus. À cela s'ajoutent deux éléments ouverts de bracelets et une épée en fer du type de Gündlingen datée de la phase ancienne du Premier Âge du fer (milieu du VIIIe s.-fin du VIIe s. avant J.-C.).

8Cette découverte reste exceptionnelle puisqu'elle permet d'associer la présence d'une tombe à arme avec celle d'un matériel métallique qui permet au fouilleur de parler de tombe aristocratique. En l'état actuel de la recherche, ce terme nous paraît quelque peu exagéré, comme il est encore prématuré d'établir, à partir d'aussi peu de données, des rapprochements avec les bâtiments absidiaux du sud de la France.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue d’ensemble du tumulus en cours de fouille. Au second plan, la butte de Séverac

Fig. n°1 : Vue d’ensemble du tumulus en cours de fouille. Au second plan, la butte de Séverac

Auteur(s) : Gruat, Philippe. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue d’ensemble du tumulus en cours de fouille. Au second plan, la butte de Séverac
Crédits Auteur(s) : Gruat, Philippe. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1991)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Séverac-le-Château », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10646

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals