Navigation – Plan du site
1990

Bruniquel

Le Château
Responsable(s) des opérations : Dominique Allios
Notice rédigée par : Dominique Allios

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1991 (EV)
Inventeur(s) : Allios Dominique

1En liaison avec les travaux menés sur le château de Bruniquel, classé parmi les Monuments historiques, des sondages d’évaluation ont été implantés dans le secteur nord-ouest de l’enceinte entre l’ensemble monumental dit « château vieux », la « salle des chevaliers » et le « donjon » qui est une tour carrée aujourd’hui isolée au centre du dispositif fortifié. Dès le début des travaux, un ensemble de murs bien conservés est apparu sous les remblais rapportés à la fin du XVIIIe s. pour réaliser une terrasse qui témoigne de constructions ou de reprises incessantes et d’une occupation longue de ce secteur.

2La plus ancienne de ces structures, interprétée comme un mur d’enceinte primitif, est un mur large de 1 m établi perpendiculairement à la pente et qui a pu être suivi sur environ 23 m de longueur. Il est scandé, vers l’extérieur, de contreforts hémicylindriques régulièrement espacés de 6,40 m. Sur une fondation débordante, l’élévation conservée atteint une hauteur de 3 m et intègre une assise de pierres posées de biais.

3Peut-être faut-il attribuer à la même phase d’occupation les vestiges d’un possible habitat situé en contrebas et à l’extérieur de ce mur, d’après les structures rencontrées dans un sondage ponctuel réalisé sous le sol de la « salle des chevaliers » : un muret à parement unique, établi sur le rocher et conservé sur quatre assises, est associé à un lambeau de sol qui a livré des restes de faune et de la céramique du Xe s au XIIe s. : tessons d’oules à col bas et lèvre éversée, vases à liquide en pâte rouge lissée décorée de polissages.

4Dans un deuxième temps, trois murs, appuyés à l’intérieur du mur d’enceinte, déterminent une pièce rectangulaire dont la fondation intègre, mêlés au mortier, des fragments de tegulae et des tessons de céramique à décor de polissages. L’élévation de cette pièce est reprise, une première fois, d’après l’examen de la texture du mortier et les techniques de taille des moellons, peut-être au moment où est élevé, tout à côté, le « donjon » attribué au XIIe s. Une deuxième reprise correspond à la construction, à la fin du XIIIe s. ou au XIVe s., de la « salle des chevaliers » qui prolonge cette pièce en débordant largement vers l’extérieur du mur d’enceinte primitif. Un dallage de carreaux de terre cuite revêt l’intérieur de cette salle et recouvre les vestiges du possible habitat antérieur; il est lui-même surmonté d’un niveau de démolition épais de 0,60 m, intégrant des tessons de l’époque moderne, qui précède un pavement de galets. À cette dernière période correspond, par ailleurs, une réfection du conduit d’alimentation de la citerne qui sépare le « donjon » de la « salle des chevaliers ».

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Allios, « Bruniquel », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10655

Haut de page

Responsable d'opération

Dominique Allios

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals