Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie198912 – AveyronRodez – Autour de l'église Saint-...

1989
12 – Aveyron

Rodez – Autour de l'église Saint-Amans (rue Villaret, place des Toiles, rue Cassagnes, rue de la Madeleine, rue Lebon)

Sauvetage urgent (1989)
Responsable d’opération : Lucien Dausse

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU)
Inventeur(s) : Dausse Lucien

1La réfection des réseaux souterrains d'eau et d'égouts, préalables à la réhabilitation de la voirie, autour de l'église Saint-Amans, a nécessité une intervention d'importance liée à la potentialité archéologique d'un quartier de Segodunum connu pour être le lieu privilégié de la christianisation du Rouergue. Il convenait donc d'en établir avec précision les grandes étapes chronologiques, afin de vérifier les données historiques basées en grande partie sur des sources textuelles difficilement vérifiables [ (Fig. n°1 : Plan général), plan général, site k].

2Au cours de l'Antiquité tardive ce quartier d'habitation devient extra muros et se transforme peu à peu en zone funéraire, mais sans que l'on puisse juger de son état partiel ou total d'abandon. L'évêque saint Amans est inhumé dans cette nécropole dans le courant du IVe s. après J.-C., puis son corps est transféré vers la fin du Ve s. dans une basilique cimétériale, agrandie au début du VIe s. par l'évêque Quintianus qui déplace une fois encore le tombeau de saint Amans. À la fin du VIe s., Sidoine Apollinaire dédicace le baptistère de Rodez, suivi au XIe s. par la construction d'une nouvelle église dédiée à saint Pierre, saint Paul et saint Amans avec nouveau transfert de la sépulture. Nous savons également que les sarcophages sont encore visibles autour de l'église en 1495 et qu'en 1764 l'église romane est détruite pour faire place à l'église actuelle, construite sur un même plan.

3L'histoire de ce secteur de la ville antique est donc très riche d'autant plus que les découvertes furent de tous temps nombreuses dans les environs:structures d'habitats gallo-romains, mais surtout sépultures à incinération, fûts de colonnes, chapiteau en bronze d'inspiration corinthienne, stèle funéraire d'Alcovindus et sarcophages de marbre décorés de l'école d'Aquitaine et du type d'Arles, etc.

4Les travaux destructeurs (tranchée de 1,20 m de largeur et de 2,50 m de profondeur pour une longueur de 200 m), n'ont jamais atteint le substrat naturel ce qui restitue une vision tronquée de cet espace, du moins pour les niveaux et structures bâties les plus anciennes. Cette opération extrêmement difficile à mener, a bénéficié de la collaboration des services techniques municipaux qui n'ont pas hésité, sur les recommandations de Lucien Causse, architecte des Bâtiments de France, à modifier leur projet afin de préserver au mieux le patrimoine archéologique encore enfoui.

5Au travers de multiples couches stratigraphiques perturbées par la réaffectation du site et par de nombreux travaux modernes, se dégage tout un ensemble de données.

6En premier lieu, tout une série de murs orientés ouest-nord-ouest–est-sud-est et nord-nord-est–sud-sud-ouest (épaisseur comprise entre 0,50 m à 0,60 m et 1,25 m) pour une hauteur conservée de 2,20 m (sud de la rue de la Madeleine) à la base desquels se développe un dallage constitué de dalles de fort volume, ou qui correspondent (pour ceux situés plus au nord), à des hauteurs atteignant 1,60 m à 2 m. L'ensemble de ces constructions, d'époque gallo-romaine, paraissent contemporaines, sans doute de la basse Antiquité ou tout au moins ont-elles été utilisées jusqu'à cette même période. Elles s'insèrent dans une trame urbaine antérieure dont elles semblent avoir gardé les directions orthogonales dans lesquelles s'inscrit d'ailleurs l'église actuelle.

7La mise au jour de telles structures n'offre rien d'exceptionnel en milieu urbain, mais il convient de les rattacher à deux constructions originales implantées selon le même schéma directionnel qui, pour l'une du moins, offre des caractéristiques monumentales et de situation qui en font un édifice majeur à caractère religieux.

8Le long de la face sud de l'église a ainsi été découvert, à 0,80 m de profondeur, ce que le fouilleur interprète comme une clôture, faite de grandes dalles équarries posées verticalement (3,63 m de longueur, 0,13 m d'épaisseur, pour une hauteur de plus de 0,50 m) et fixées entre elles par des agrafes en fer scellées au plomb. Le retrait (2,40 m) de cette structure énigmatique, mais aussi son parallélisme par rapport au mur sud de l'église, suggèrent sa mise en relation avec les édifices cultuels antérieurs.

9Mais l'apport essentiel de cette opération est surtout le dégagement partiel d'une construction de faible ampleur (3,15 m de largeur intérieure), au sol constitué de grandes dalles irrégulières, limité sur trois de ses côtés par des murs de 1,70 m d'épaisseur entre lesquels venaient s'appuyer des remblais pratiquement vierges de tout vestige.

10Construit de façon soignée (gneiss et grès), avec des réemplois antiques, parfaitement orienté dans l'axe de l'église Saint-Amans sous laquelle il se prolonge vers l'est, cet édifice est associé, contre sa face sud, à un alignement perpendiculaire de fûts de colonnes antiques (diamètre : 0,60 m à 0,71 m, hauteur de 0,50 m à 0,65 m). Ces colonnes sont juxtaposées en deux groupes et posées sur un sol vaguement égalisé à 1,50 m de profondeur. Compte tenu de la forte épaisseur des murs qui est disproportionnée avec la largeur de l'édifice, il est tentant de restituer une partie supérieure voûtée correspondant comme le suggère Lucien Dausse à un mausolée ou à une chapelle funéraire qui aurait pu abriter un des tombeaux provisoires de saint Amans ; l’alignement des blocs antiques pouvant alors être interprété comme la limite symbolique de l’espace religieux.

11Tout au long de la rue de la Madeleine et essentiellement dans sa partie ouest, bien que nous ayons une vision partielle de l'emprise de la nécropole vers le nord, ont été découverts trente-cinq sépultures qui se répartissaient en vingt-sept sarcophages à couvercle plat, cinq coffres et deux inhumations en terre libre auxquelles il convient d'ajouter un certain nombre d'autres, détruites trop rapidement dans les secteurs sud et ouest.

12Sur les treize sarcophages, dix ont une cuve trapézoïdale, trois sont rectangulaires et, sur dix cuves, neuf sont à logette céphalique. Plusieurs ont été taillés dans des blocs antiques, d'autres dans des grès gris de provenance locale et sont composés majoritairement de deux éléments raccordés par un joint de mortier plus ou moins large, avec des réutilisations successives (cas d'une sépulture en deux blocs à doubles logettes céphaliques opposées). Les déplacements ont donc été nombreux, mais toujours ordonnés selon une orientation ouest-est (tête à l'ouest-nord-ouest) parallèle à l'axe des édifices religieux antérieurs, mis à part quelques sépultures situées dans le secteur est et de la rue Lebon et qui sont orientées franchement vers le sud. Les inhumations sont en décubitus dorsal et plusieurs cas de réductions ont été observés alors que le mobilier strictement funéraire est rare : boucle massive en bronze argenté à ardillon scutiforme, associée à trois rivets en bronze scutiforme, un rivet rond (provenant d'une plaque-boucle ?) et à une boucle en fer (VIe s. après J.-C.) ; quelques épingles dont une à tête cubique aux angles biseautés, silex, etc.

13À partir d'aussi peu d'éléments, il paraît difficile d'établir une typochronologie précise que l'on peut toutefois approcher en utilisant la présence avérée de logettes céphaliques qui sont postérieures au VIIIe s. avec un usage compris entre le IXe s. et le XIIe s. Ces tombes ont été établies au travers d'épaisses couches de remblais antiques qui ont livré du matériel céramique du IIe s. après J.-C., mais aussi du Ier s. après J.-C. (sigillées de La Graufesenque, céramiques communes, parois fines, verrerie, etc.) ainsi que des productions tardives (imitations locales de sigillées claires, coupes à décor guilloché, jattes, assiettes, etc.), des céramiques à vernis plombifère, peintes du type de Roanne, amphores Dr. 20 avec quelques éléments dispersés de Dr. 1, tegulae, fragments de statuette de l'Allier, etc.

14Parmi le mobilier immédiatement contemporain ou postérieur à ces inhumations, il convient de signaler des céramiques médiévales (oules, pégaus, vases à bec tubulaire) et modernes (coupes et bols vernissés). En outre, dans les terres de remblais provenant du creusement des tranchées ont pu être recueillis quelques éléments lapidaires intéressants (bases ou chapiteaux de grès de 0,28 m à 0,29 m de diamètre et surtout un chapiteau de style ionique en grès rose).

15Les résultats acquis à l'issue de cette opération qui correspond plus à un suivi de travaux qu'à une fouille, sont considérables. Ils attestent l'importance archéologique de ce secteur du bourg de Rodez (Segodunum) et confirment un élément important puisqu'il se rapporte à l'histoire des premiers édifices chrétiens de la ville et à leur continuité dans un même lieu, au-delà de l'Antiquité, jusqu'au XVIIIe s.

16De tels « documents » sont rares et des pistes de recherches pourront être initiées lors de travaux ultérieurs, puisqu'il s'avère également que nous nous trouvons à proximité immédiate d'un édifice bâti en gros appareil (Gallia, 1974 : 463), reconnu il y a une vingtaine d'années, rue Villaret.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général

Fig. n°1 : Plan général

GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général
Crédits GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Dausse, « Rodez – Autour de l'église Saint-Amans (rue Villaret, place des Toiles, rue Cassagnes, rue de la Madeleine, rue Lebon) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10669

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search