Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine2018Projets collectifs de rechercheCassinomagus, l’agglomération et ...

2018
Projets collectifs de recherche

Cassinomagus, l’agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation et technique

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Sandra Sicard
Notice rédigée avec Christelle Belingard, Isabelle Bertrand, Sophie Bujard, Arnaud Coutelas, Cécile Doulan, Chloé Geniès, Morgan Grall, Jean-François Guéguen, Joachim Le Bomin, Christophe Loiseau, Sylvie Soulas, Graziella Tendron et Carole Vissac

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

206869

Nature de l'opération :

projet collectif de recherche
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Département de la Charente

Sicard S. (coord.), avec la collab. de Belingard C., Bertrand I., Bujard S., Coutelas A., Doulan C., Geniès C., Grall M., Guéguen J.-F., Le Bomin J., Loiseau C., Soulas S., Tendron G., Vissac C. 2018 : Projet Collectif de Recherche Cassinomagus, 2015-2017. L’agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation et techniques. Rapport de l’année complémentaire 2018 et Rapport de synthèse triennale 2015-2017, Angoulême, Département de la Charente, Poitiers, SRA, 311 p.

Texte intégral

1Ce projet collectif de recherche fédère la recherche scientifique sur le site de Chassenon autour de trois thématiques qui constituent les points d’ancrage des 9 axes développés :

  • chronologie : le site est appréhendé sur le temps long, de ses origines à l’époque contemporaine, ce qui permet de mettre en perspective l’agglomération antique par l’étude des occupations antérieures et de l’évolution post-antique du site ;
  • organisation : les processus de mise en œuvre, les formes et les rythmes de l’organisation de Cassinomagus font l’objet d’une analyse globale ;
  • techniques : les monuments antiques sont étudiés par le biais de l’archéologie et de l’économie de la construction afin d’établir un phasage des différents chantiers de l’agglomération et de mettre en évidence l’existence d’ateliers.

2Cette recherche, menée par une équipe de quatorze archéologues et spécialistes, s’appuie sur diverses approches méthodologiques : l’archéologie de terrain par le biais de campagnes de fouilles (lieu de culte des Chenevières et quartier du Grand Villard), l’étude de documents d’archives, les études de mobiliers, de matériaux et les analyses paléo environnementales. Les principaux résultats de l’année 2018 sont présentés ci-dessous.

3Aucune fouille de terrain n’a été réalisée en 2018. Cette année complémentaire a été principalement consacrée à la rédaction des rapports de synthèse des fouilles triennales (2015-2017) dans le sanctuaire des Chenevières et le quartier du Grand Villard et à la synthèse triennale du PCR. Elle a permis la saisie des dernières données de terrain qui n’avaient pas encore été enregistrées dans le Système d’Information Archéologique (SIA) mis en place par le Conseil Départemental de la Charente à Chassenon.

4L’évolution de la zone du Grand Villard est désormais très bien appréhendée, depuis le ier s. a.C. jusqu’à nos jours. Le point d’orgue de cette occupation est constitué par un bâtiment interprété comme une domus, qui succède à la fin du ier s. p.C. ou au début du iie s. à des baraquements pouvant être en lien avec le chantier de construction de l’ensemble monumental tout proche. Le plan de cet édifice n’est certes connu que partiellement, mais les 1 400 m2 étudiés depuis 2011 laissent deviner, à travers son plan à enfilade de cours ou la qualité des différents sols et seuils observés, la richesse de cette demeure appartenant probablement à un membre de l’élite locale.

5L’abandon de celle-ci au iiie ou ive s. se conjugue avec la mise en place d’un chantier de récupération des matériaux raisonné : l’aire de tri des matériaux a été localisée dans une des cours, les portiques ont servi d’abris aux collecteurs tandis que certains espaces semblent avoir été occupés comme l’indiquerait le vaisselier céramique et métallique découvert en certains endroits.

6Aux Chenevières, des occupations sporadiques datées du ier s. a.C. ont été mises en évidence. Dans le courant du ier s. p.C., une activité artisanale dense a été observée sur plusieurs hectares, accompagnée de différentes structures (four, puits, niveaux de circulation formé d’épandages de tessons d’amphores, fosses...). Une activité de forge a été également été relevée. À partir de la fin du ier s. p.C., le sanctuaire est aménagé. Son fonctionnement va perdurer jusque dans le courant du iiie s.

7Les études de mobiliers, de matériaux (mortier et TCA, instrumentum, enduits peints...) et les analyses paléoenvironnementales ont aussi été menées à leur terme.

8Les mortiers de maçonnerie et de toiture employés au Grand Villard et dans le sanctuaire sont distincts.

9Concernant les terres cuites, différentes productions ont pu être utilisées en même temps pour les couvertures. Ces produits sont d’origine locale et il est possible que certaines spécialisations existent (quarts de rond de colonnes, corbeaux).

10L’étude des céramiques et des amphores s’est poursuivie ponctuellement durant cette année 2018. Elle a permis d’une part de compléter, en incluant le mobilier découvert lors des campagnes de fouille 2017, le tessonnier des amphores, de la Terra-Nigra et des céramiques fines tardives (DSP, sigillée d’Argonne, céramique à l’éponge, céramique Grise Fine lustrée) et d’autre part d’approfondir le travail entrepris sur les productions de sigillées, de céramiques campaniennes, de céramiques plombifères et de céramiques à parois fines. Par ailleurs, le travail d’étude des céramiques associées à la phase de réoccupation tardive du site a concerné le matériel recueilli lors des campagnes de fouille de 1995 à 1998. Une synthèse est en cours de rédaction.

11L’étude de l’instrumentum durant ces trois années permet de proposer que la position de Cassinomagus au croisement de grandes voies de commercialisation a permis les échanges et la découverte d’objets tels que bulla, quenouille en bois ou éléments d’harnachement. Enfin, les études paléoenvironnementales ont permis de mettre en avant des zones de piétinement au Grand Villard, préalablement à la construction de la demeure du iie s. p.C. et lors du fonctionnement de celle-ci. Dans le futur sanctuaire, antérieurement à la construction du lieu de culte, des aires de piétinement ont été observées, en lien avec des activités de type artisanal. Par endroits, il pourrait s’agir d’aires de rejet d’activités spécialisées (forgeage).

12Cette année sans intervention de terrain a été mise à profit afin de réaliser des prospections Lidar et géoradar (G. Caraire, Archéo Géophysique Conseil).

13La couverture Lidar approche 0,500 km2 et englobe l’essentiel de l’ensemble monumental et de ses abords. La zone de l’édifice de spectacles nord a fait l’objet d’une approche plus fine, afin de mieux appréhender la micro topographie. Les résultats doivent permettre la réalisation d’un MNT à l’échelle du quartier sud-est de l’agglomération antique. Au moment de la rédaction de cette notice, les données acquises sont en cours de traitement.

14La prospection au géoradar a concerné le plateau sud de Longeas (5,6 ha) et l’extrémité ouest supposée du sanctuaire des Chenevières (3,5 ha). À Longeas, les objectifs étaient de mettre en évidence les limites et les abords de la demeure du Grand Villard, ainsi que le réseau de voirie et les anomalies suspectés par les photographies aériennes des années 1980 (J.-R. Perrin). Aux Chenevières, les résultats attendus devraient permettre de localiser le mur d’enceinte ouest du lieu de culte. Les données, toujours en cours de traitement, ne permettent pas pour l’instant d’être affirmatif sur son emplacement. En revanche, les premières images ont fourni un nouvel édifice, déjà soupçonné par les photographies aériennes, dont la nature reste à déterminer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Sicard, Christelle Belingard, Isabelle Bertrand, Sophie Bujard, Arnaud Coutelas, Cécile Doulan, Chloé Geniès, Morgan Grall, Jean-François Guéguen, Joachim Le Bomin, Christophe Loiseau, Sylvie Soulas, Graziella Tendron et Carole Vissac, « Cassinomagus, l’agglomération et son ensemble monumental : chronologie, organisation et technique » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 21 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106759

Haut de page

Auteurs

Sandra Sicard

Département de la Charente

Articles du même auteur

Christelle Belingard

Université de Limoges, GEOLAB

Isabelle Bertrand

Université de Poitiers, HeRMA

Sophie Bujard

Arnaud Coutelas

Arkemine

Articles du même auteur

Cécile Doulan

Département de la Mayenne, Ausonius (UMR 5607)

Articles du même auteur

Chloé Geniès

Éveha

Morgan Grall

Éveha

Articles du même auteur

Jean-François Guéguen

Joachim Le Bomin

Christophe Loiseau

Éveha

Sylvie Soulas

Graziella Tendron

Éveha

Articles du même auteur

Carole Vissac

GeoArchEon

Haut de page

Responsable d’opération

Sandra Sicard

Département de la Charente

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search