Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine2018Projets collectifs de rechercheHabitat antique de la moyenne mon...

2018
Projets collectifs de recherche

Habitat antique de la moyenne montagne corrézienne

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : Blaise Pichon

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Clermont-Auvergne

Texte intégral

1Depuis 2012, les archéologues travaillant sur des sites des plateaux corréziens ont décidé de travailler au sein d’un projet collectif, d’abord centré sur l’habitat rural antique de Saint-Rémy « Les Fonts ». Cette collaboration s’est ensuite structurée sous la forme d’un Programme Collectif de Recherche depuis 2014. Ce PCR a été renouvelé en 2018, pour une période s’étendant jusqu’à la fin de l’année 2020.

2Le cadre géographique retenu est celui des plateaux corréziens, soit le nord et l’est du département de la Corrèze dans ses limites administratives actuelles. Le caractère administratif de cette délimitation ne correspond pas au découpage territorial antique connu ou supposé, l’étude revêt donc un caractère « microrégional ». Ce secteur géographique s’avère toutefois suffisamment vaste - près de 1 900 km2 (soit un tiers de la superficie du département de la Corrèze qui est de 5 857 km2) - et pertinent pour livrer des résultats significatifs permettant d’identifier les différentes formes de l’habitat antique et d’appréhender leur répartition sur le territoire.

3Ce projet collectif de recherche part du constat que, globalement, l’habitat antique de la moyenne montagne reste méconnu. Ce milieu géographique spécifique n’est pas complètement inexploré, mais il n’a pu bénéficier de l’essor récent de l’archéologie préventive, particulièrement en milieu rural. L’archéologie préventive s’est en effet traduite en France par une accumulation de données concentrées principalement dans les grandes vallées alluviales et les grands bassins sédimentaires propices à l’artificialisation des sols. La moyenne montagne est malgré tout le cadre de recherches universitaires, notamment pour le territoire des cités des Arvernes et des Vellaves et, depuis le démarrage du PCR, pour la partie corrézienne du territoire de la cité des Lémovices. La moyenne montagne fait aussi occasionnellement l’objet de fouilles d’archéologie préventive, notamment lors de grands travaux linéaires ou en relation avec l’étalement urbain. Ajoutée aux travaux anciens, la documentation récemment acquise démontre que le potentiel archéologique de la moyenne montagne n’est pas moins important qu’ailleurs. Mais l’archéologie programmée a, quant à elle, longtemps délaissé ce champ d’investigation, davantage par manque d’acteurs que par désintérêt du sujet.

4En outre, ce PCR permet aussi d’associer ce territoire à la réflexion engagée à propos de l’ouest du Massif central durant l’Antiquité, en multipliant les comparaisons et en mettant en perspective les données spécifiques au milieu de la moyenne montagne. Cela nécessite une corrélation des connaissances acquises concernant l’Antiquité, à l’échelle interrégionale, autour des réseaux viaires, des occupations, de leurs formes, de leurs implantations et de leurs dynamiques, des échanges, des techniques, etc.

5Le programme s’articule autour de quatre grands axes :

  • Axe 1 – La répartition des habitats et leurs interactions : un modèle d’occupation de la moyenne montagne corrézienne sur le temps long de l’Antiquité ;
  • Axe 2 – La structuration des établissements ruraux et des autres formes d’habitat présentes sur les plateaux corréziens ;
  • Axe 3 – Les formes de l’habitat : classification morphologique et fonctionnelle des bâtiments ;
  • Axe 4 – Les dynamiques chronologiques et morphologiques des habitats.

6Trois échelles d’analyse spatiale sont considérées, allant du plus large (le contexte général des plateaux corréziens et son influence sur les formes de l’occupation) au plus spécifique (reconnaissance des plans de bâtiments, des activités, distribution spatiale à l’intérieur du site, relation spatiale entre activités) en passant par un état intermédiaire lié à l’exploitation du milieu au sens large (l’environnement immédiat du site, ses grands éléments structurants, la surface de l’établissement).

7L’année 2018 a été consacrée au lancement d’une série d’études paléoenvironnementales des zones humides très proches des sites antiques. Celles-ci comporteront des prélèvements palynologiques sur site (Saint-Merd-les-Oussines « Les Cars » ; Faux-la-Montagne « Chatain » et Saint-Rémy « Les Fonts »), couplés à des datations 14C, ceci afin de mieux appréhender les dynamiques paysagères et de caractériser l’impact des occupations antiques sur leur environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blaise Pichon, « Habitat antique de la moyenne montagne corrézienne » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/106879

Haut de page

Auteur

Blaise Pichon

Université Clermont-Auvergne

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Blaise Pichon

Université Clermont-Auvergne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search