Navigation – Plan du site
1989

Millau « Condatomagus »

Quartier du Rajol
Responsable(s) des opérations : Thierry Martin

Entrées d’index

Anthroponymes :

Caligula, Tibère

Chronologique :

âge du Fer, Empire romain

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1989 (SU)
Inventeur(s) : Martin Thierry

1Le projet de la déviation sud de Millau a amené la réalisation de plusieurs sondages d'évaluation afin de préciser les contraintes archéologiques dans un secteur de l'agglomération de Condatomagus, connu pour avoir livré, jusque dans la première moitié du XXe s.,de nombreux vestiges antiques.

2En 1972-1973 (Gallia, 1974 : 457), puis plus récemment en 1982, des recherches sont venues confirmer cet état de fait ; nous sommes en présence d'un quartier d'habitation (Fig. n°1 : Plan d’ensemble) établi sur la rive gauche du Tarn et qui ses uperpose à des niveaux d'occupation gaulois.

3Dans un premier temps, trois sondages ont été effectués afin de repositionner le plan des structures antiques dégagées en 1972 (puis en 1982), et dont les points de calage avaient disparu à la suite de l'aménagement d'un carrefour. Ceci a permis de préciser la nature et l'importance des unités stratigraphiques mises au jour à cette occasion et d'établir des points de concordance topochronologique avec les futurs travaux. Des épaisseurs continues de remblais ont pu ainsi être reconnues, de même que les structures d'une vaste domus construite au début du IIe s. après J.-C. Comme partout ailleurs, et en dehors de nombreux fragments de sigillées de La Graufesenque (Drag. 24/25 estampillé du nom d'un potier peu connu Volturius), un niveau gaulois reposant sur le substrat alluvionnaire a livré les éléments dispersés d'un mobilier (amphores Dr. 1A,céramiques indigènes) du Ier s. avant J.-C.

4Plus à l'ouest, cinq sondages (dont deux se sont avérés négatifs) implantés sur l'emprise des travaux ont révélé la présence de constructions s'insérant dans la trame urbaine de la ville antique. Sous deux couches de forte épaisseur (0,50 m de terre végétale et 0,50 m à 0,75 m de limon stérile) sont apparus les vestiges d'un petit édifice cultuel de plan rectangulaire (4,90 m x 3,90 m) orienté nord-est–sud-est. Les murs épais de 0,50 m sont parementés par assises régulières et reposent sur une fondation à semelle débordante constituée de dalles calcaires placées verticalement sur le socle rocheux. L'horizontabilité du sol de la cella a été rétabli par l'apport d'une mince couche argilo-sableuse sur laquelle ont été placées des tegulae (face extérieure contre terre).

5Au centre, d'après le fouilleur, un blocage de pierrailles marquait, l'emplacement du socle supportant la statue de la divinité. Au travers d'une couche qui recouvrait le sol de la cella ont été recueillis outre, un as de Germanicus frappé sous Caligula et des fragments de sigillées du IIe s. après J.-C., trois microcéramiques et trois figurines en terre cuite blanche (deux noix et un pigeon). Un petit dépotoir d'ossements d'animaux (reliquat d'offrandes ?) s'appuyait dans un des angles ; il était recouvert par un remblai plus tardif (IIIe s. après J.-C.) composé de matériaux de construction et de céramiques.

6La chronologie s'insère dans le contexte suivant : construction du sanctuaire vers le milieu du Ier s. après J.-C. (denier républicain de Lucius Flaminius Cilo, 106-105 avant J.-C. ; denier de Tibère frappé en 15 après J.-C. et sigillées produites entre 40 et 60) avec un sol en terre battue et podium central. Postérieurement, le sol de la cella est aménagé avec des tegulae (avant les années 60 après J.-C.), puis le sanctuaire est abandonné jusqu'à la fin du Ier s. après J.-C., à la suite d'une crue du Tarn. Le podium est réaffecté dans le début du IIe s. après J.-C. puis détruit dans la seconde moitié du IIIe s.

7Dans le même alignement, à une dizaine de mètres plus au nord et en dessous de niveaux alluvionnaires et d'une couche d'occupation de la seconde moitié du IIe s. après J.‑C., apparaissait (1,70 m de profondeur) un mur bordé par un sol horizontal, dallé de grandes plaques de calcaire, dans lequel avait été aménagé une fosse rectangulaire (1,20 m x 0,80 m x 0,10 m). Dans sa partie supérieure, ont été trouvés in situ (pierres de calage encore en place), trois autels votifs dont l'un porte une dédicace au dieu topique gaulois VRAC/CELLO (URACCELLUS) (Fig. n°2 : Socle de la divinité VRAC/CELO).

8La distinction faite à partir des matériaux utilisés et de leur morphologie permet à l'auteur d'avancer une hypothèse séduisante. Les deux premiers en grés fin gris vert (0,52 m et 0,56 m de haut) sont anépigraphes et comportent en plus d'une base et d'un couronnement mouluré, un coussin à double volute. Ce sont bien des autels votifs. Par contre, celui en grés rouge (0,56 m de haut) à dédicace, dont le couronnement est plat, peut correspondre au socle de la divinité. La stratigraphie qui s'adapte à ce dépôt religieux, dont la majeure partie est concentrée aux abords des autels, s'intègre à celle provenant du sanctuaire bâti tout proche, entre 45 et 60 après J.-C. (Drag. 29B, 4/22, 18, 24/25, 27 avec des estampilles de Silvanus et de Verecundus) ce qui justifie une relation de cause à effet. La cella et ses offrandes, les autels votifs et la divinité VRAC/CELLO sont indissociables et font partie d'un même ensemble cultuel.

9Le dernier sondage, situé encore plus au nord a permis de dégager à 1,70 m environ de profondeur les structures d'un mur et d'un collecteur d'époque claudienne qui a servi de dépotoir entre 40 et 90 après J.-C. De nombreux vestiges alimentaires en proviennent, de même que de la sigillée du Ier s. (Ritt. 8,9 et 12, Drag. 15/17, 18, 24/25, 27,29B, 30, etc.) avec des estampilles de Calvus, Fuscus, Memo, Patricius, Silvanus, Vitalis. Plusieurs de ces vases sont des rebuts de cuisson, ce qui laisse entrevoir, à l'intérieur même de l'agglomération, la présence d'ateliers de potiers du Ier s. après J.-C.

10Il n'est pas sans intérêt de replacer ces découvertes dans un contexte chronologique continu qui viendra s'ajouter à celui déjà bien connu de La Graufesenque. Il permettra ainsi de mieux appréhender les conditions d'implantation de la trame urbaine au-delà de la limite que forme le Tarn sur sa rive gauche :

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan d’ensemble

Fig. n°1 : Plan d’ensemble

Auteur(s) : Martin, Thierry. Crédits : GI-1997 ; CNRS Éditions 1998 (1989)

Fig. n°2 : Socle de la divinité VRAC/CELO

Fig. n°2 : Socle de la divinité VRAC/CELO

Auteur(s) : Martin, Thierry. Crédits : GI-1997 ; CNRS Éditions 1998 (1989)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan d’ensemble
Crédits Auteur(s) : Martin, Thierry. Crédits : GI-1997 ; CNRS Éditions 1998 (1989)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10702/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Fig. n°2 : Socle de la divinité VRAC/CELO
Crédits Auteur(s) : Martin, Thierry. Crédits : GI-1997 ; CNRS Éditions 1998 (1989)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10702/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Millau « Condatomagus » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10702

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals