Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine2018Projets collectifs de rechercheRéseau de lithothèques en Nouvell...

2018
Projets collectifs de recherche

Réseau de lithothèques en Nouvelle-Aquitaine

Projet collectif de recherche (2018)
Responsable d’opération : André Morala
Notice rédigée avec Paul Fernandes, Alain Turq, Vincent Delvigne et Solène Caux

Entrées d’index

Année de l'opération :

2018

Numéro d’opération :

027443

Chronologie :

époque médiévale

Nature de l'opération :

projet collectif de recherche
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Le programme collectif de recherche, « Réseau de lithothèques en Nouvelle-Aquitaine » existe depuis trois ans. Il joue un rôle important dans la consolidation d’une structure coopérative de recherche à l’échelle régionale et nationale.

2Le présent rapport expose un état des activités menées à bien en 2018 pour participer de façon efficace à la mise en place d’un projet de grande envergure : proposer aux préhistoriens des référentiels opérationnels (lithothèques accessibles, échantillons classés et caractérisés, localisation des gîtes par système de géoréférencement) ainsi qu’une méthode de détermination pluridisciplinaire et évolutive.

3Ce puissant outil, une fois couplé à la technologie lithique, permet une meilleure connaissance de la provenance et de la circulation des silex au sein des réseaux préhistoriques.

4Cette année, le PCR a été financé par le ministère de la Culture et la Sarl Paléotime dans le cadre des opérations programmées. En outre, il a bénéficié d’un soutien constant du Musée national de Préhistoire des Eyzies et des laboratoires Pacea et CRP2A de Bordeaux. Grâce à ces financements, ces partenariats et les contributions des membres du programme, nous pouvons présenter un bilan encourageant qui devrait permettre en 2019 de mettre à la disposition des personnes concernées une base de données actualisées et harmonisées sur les matières premières lithiques d’une partie du Bassin d’Aquitaine (entre Charente et Lot). Cette opération a été menée pour répondre aux attentes des membres de la CTRA après l’avis du rapporteur au début de l’année 2018.

Rapport d’activité 2018

5La synergie au sein du groupe a permis de mettre en place un réseau régional plus efficient. On peut déjà avancer les points positifs suivants :

  • la formation des membres du PCR aux méthodes de diagnoses reconnues à l’échelle nationale ;
  • la réunion en un même lieu de deux collections de référence au niveau des matières premières lithiques ;
  • la décision de mettre à jour la lithothèque de Pacea et la constitution de bases de données harmonisées ;
  • la poursuite de l’état des lieux des fonds lithothèques ;
  • l’intégration de nouveaux membres ;
  • une série d’applications aux objets archéologiques ;
  • un retour sur le terrain et un meilleur partage des informations ;
  • la valorisation de certains résultats.

6En outre, la qualité des publications interdisciplinaires témoigne du dynamisme de l’activité.

7Pour l’année 2019 les membres du bureau ont décidé de travailler sur les axes suivants :

  • Axe 1 : formation à la caractérisation des silex, utilisation des nouvelles fiches ;
  • Axe 2 : développement de l’outil lithothèque, poursuivre le travail sur les lithothèques du Musée national de Préhistoire des Eyzies et de Pacea ;
  • Axe 3 : mise en place d’un niveau d’activité en équilibre dans chacun des douze départements de la grande région en commençant le même type de récolement sur les autres lithothèques ;
  • Axe 4 : normalisation des critères descriptifs ;
  • Axe 5 : applications au mobilier archéologique ;
  • Axe 6 : exploration des méthodes et des outils pour faire évoluer la caractérisation des silex ;
  • Axe 7 : progression de la mutualisation des bases de données et de la valorisation des résultats, afin d’enrichir un pôle de compétences pluridisciplinaires régional intégrable au projet national.

8Les différents axes sélectionnés sont à la fois didactiques, patrimoniaux, sans oublier leur lien avec la recherche, le développement et la valorisation-diffusion. Ils témoignent du dynamisme d’une équipe en construction, de plus en plus interactive au fil des ans. Ces axes recentrés sur les méthodes et les outils nécessaires aux récolements des lithothèques et des référentiels régionaux sont complémentaires. Ils doivent permettre de poser les bases d’une structure offrant la possibilité à toutes les personnes concernées de bénéficier de données solides et harmonisées.

9Même si ce programme n’a pas encore atteint un niveau suffisant pour prendre en compte de façon efficiente la totalité des géoressources en présence, il mérite d’être poursuivi pour plusieurs raisons.

10Il réunit chaque année un groupe de participants convaincus de l’importance d’une telle démarche collective à l’échelle de la région. Il est déjà partie prenante d’un projet national, le GDR SILEX coordonné par C. Bressy-Léandri. Il fait progresser les connaissances sur la question des comportements des Hommes préhistoriques en Nouvelle-Aquitaine mais aussi dans les régions environnantes. Il a permis de créer de nouveaux liens au sein de la communauté des préhistoriens. Cette synergie en construction va faciliter les contacts et les échanges d’informations. C’est sans doute la meilleure solution pour résoudre les problèmes posés par certains silex d’origine lointaine. La mise aux normes nationales des lithothèques, la formation aux nouvelles méthodes d’inventaire et de caractérisation, la normalisation des critères descriptifs, la recherche fondamentale sur la caractérisation des silex, la mutualisation des données, doivent permettre à toutes les personnes concernées d’utiliser un langage et un bagage commun et en cela participer au développement de la pétroarchéologie, de la tracéologie, de la taphonomie et de la géoarchéologie tout en améliorant le dialogue entre les acteurs de ces différentes disciplines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Morala, Paul Fernandes, Alain Turq, Vincent Delvigne et Solène Caux, « Réseau de lithothèques en Nouvelle-Aquitaine » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 15 septembre 2021, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107039

Haut de page

Auteurs

André Morala

Ministère de la Culture

Articles du même auteur

Paul Fernandes

Articles du même auteur

Alain Turq

Articles du même auteur

Vincent Delvigne

Articles du même auteur

Solène Caux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

André Morala

Ministère de la Culture

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search