Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201715 – CantalChaudes-Aigues – Place du Marché

2017
15 – Cantal

Chaudes-Aigues – Place du Marché

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Philippe Arnaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Arnaud P. 2017 : Chaudes-Aigues (Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes) place du marché, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic a permis de réaliser cinq sondages, dans un contexte rendu compliqué par la densité des réseaux et de fortes arrivées d’eau. Le substrat n’a pas été atteint. Orientée ouest-est, la place présente un pendage de 9 % (fig. 1). La plus importante source communale jaillit à proximité, en amont.

Fig. 1 – La place vue vers l’ouest

Fig. 1 – La place vue vers l’ouest

Cliché : P. Arnaud (Inrap).

2L’essentiel des découvertes concerne les époques moderne et contemporaine. Cependant, au centre-est, une occupation antique est matérialisée par un mur nord-sud, appartenant à un bâtiment excavé et perpendiculaire à la pente (fig. 2 et 3). Le parement apparent porte un enduit blanc. Sa base n’a pas été atteinte. Aucun sol n’a été mis en évidence. Dans l’état, l’élévation est conservée sur 0,84 m de hauteur. La datation repose à la fois sur des débris d’hypocauste issus du remblai qui comble le bâtiment, sur les caractéristiques du mur, mais pas sur la céramique : absence de tesson de poterie. Si l’on additionne la proximité de la source et la présence de ce bâtiment, potentiellement équipé d’un hypocauste, on peut envisager l’existence d’une activité thermale dans l’Antiquité.

Fig. 2 – Vue générale vers le nord-ouest du mur gallo-romain (M52) et de la coupe nord

Fig. 2 – Vue générale vers le nord-ouest du mur gallo-romain (M52) et de la coupe nord

Clichés : P. Arnaud (Inrap).

Fig. 3 – Vue générale vers le nord-ouest du mur gallo-romain (M52) et de l’enduit au point le plus bas du sondage

Fig. 3 – Vue générale vers le nord-ouest du mur gallo-romain (M52) et de l’enduit au point le plus bas du sondage

Cliché : P. Arnaud (Inrap).

3La période médiévale est mal représentée ou mal identifiée. Ainsi, l’arase du mur antique est-elle directement recouverte par une couche de circulation moderne.

4Au nord-est, un sondage montre l’existence de deux niveaux de sol empierrés. Le plus ancien, à -1,20 m de profondeur, pourrait reposer sur un remblai médiéval. Le second, à -0,30 m, est un pavement bien plus régulier, moderne ou contemporain.

5Au centre-ouest, une tranchée met en évidence une dépression comblée par une couche hydromorphe, à partir de -0,40 m et jusqu’à au moins -2 m. Elle est limitée à l’est par une aire pavée associée à un cailloutis. Ce pavement perpendiculaire à la pente comprend deux parties, dont l’altitude croît à l’inverse de la pente générale, de sorte que ces parties sont conservées à partir de -0,58 m à l’ouest, et de -0,20 m, à peine, à l’est. La limite avec la zone humide est soulignée par trois grandes dalles planes reposant sur un mur. Ces éléments permettent d’identifier un bassin, certainement destiné à l’utilisation des eaux thermales à des fins curatives, voire domestiques. La céramique de la couche humide indique que le bassin, et au moins la moitié ouest de l’aire dallée, ont été abandonnés au xviie s. L’origine de l’aménagement, imprécise, paraît raisonnablement se placer entre le bas Moyen Âge et ce terminus.

6Excepté dans le sondage livrant les deux sols empierrés, les dernières formations modernes et celles du début de la période contemporaine sont constituées de sédiments argileux, mêlés de pierrailles. À -0,50 m de profondeur moyenne, dans quatre sondages, ces niveaux sont recoupés par de petits conduits en pierres sèches, destinés à la gestion de l’eau chaude par gravité.

7Pour l’heure, la relative variété des surfaces observées ne permet pas de déterminer si la place a évolué comme un tout présentant une surface unie, marquée par un pendage constant, ou si des ruptures de niveaux affirmées ont défini des paliers, éventuellement soulignés par des murets et ou des escaliers.

8On note, enfin, la découverte d’un conduit maçonné au mortier de la fin du xixe s., qui pourrait s’apparenter aux conduits voûtés recensés avant l’intervention sur la place.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La place vue vers l’ouest
Crédits Cliché : P. Arnaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107149/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 2 – Vue générale vers le nord-ouest du mur gallo-romain (M52) et de la coupe nord
Crédits Clichés : P. Arnaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107149/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 3 – Vue générale vers le nord-ouest du mur gallo-romain (M52) et de l’enduit au point le plus bas du sondage
Crédits Cliché : P. Arnaud (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107149/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Arnaud, « Chaudes-Aigues – Place du Marché » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 16 septembre 2021, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107149

Haut de page

Auteur

Philippe Arnaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Arnaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search