Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201715 – CantalMauriac – Places Georges-Pompidou...

2017
15 – Cantal

Mauriac – Places Georges-Pompidou, Gambetta et du Palais, rue du Souvenir

Opération préventive de diagnostic (2017)
Responsable d’opération : Philippe Arnaud

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Arnaud P. 2017 : Mauriac (Cantal, Auvergne-Rhône-Alpes) places Georges Pompidou, Gambetta et du Palais, rue du Souvenir, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic a eu lieu en préalable à un projet municipal de réaménagement. L’emprise se situe sur un versant affecté de pentes nord-sud et est-ouest de plus de 2 %. Le prieuré Saint-Pierre, attesté au début du ixe s., aurait été élevé dans une paroisse primitive mérovingienne. L’église paroissiale Notre-Dame-des-Miracles, mentionnée au début du xiie s., en dépend. L’abbaye rayonne, jusqu’à son abandon à la Révolution.

Fig. 1 – Plan général de l’intervention

Fig. 1 – Plan général de l’intervention

Topographie et DAO : P. Combes, P. Neury, D. Parent, I. Thomson (Inrap).

2Les huit sondages, réalisés malgré des contraintes dues aux réseaux, représentent près de 7 % des 4 720 m2 de l’emprise. Ils permettent de définir les cotes d’apparition des vestiges les moins profonds et leur nature, et de disposer, dans quatre tranchées, d’un aperçu complet de la stratigraphie grâce à des sondages ponctuels.

3Deux sondages distants de 60 m, localisés l’un au nord-est de la paroissiale, l’autre en rive ouest de la place principale, mettent en évidence des couches hydromorphes au-dessus du substrat, sur 1,70 m et 0,90 m d’épaisseur.

4On déduit, dans les deux cas, l’existence de dépressions plus larges que les sondages, dont on ne peut déterminer si l’origine est naturelle ou anthropique (mares, aménagements linéaires… ?). La dépression ouest recouvre une fosse de 0,90 m de diamètre, creusée sur 0,90 m de profondeur dans le substrat, associée à une structure indéterminée composée de deux poutres horizontales. L’occupation est placée entre l’Antiquité et le xe s., dans la mesure où le remblai qui scelle le comblement de la dépression est recouvert par un niveau de sépultures hypothétiquement antérieur au xie s. La dépression nord-est est recouverte par un remblai, qui sera vraisemblablement recoupé par les fondations de la paroissiale romane, au xiie s., puis par des remblais compacts, entre le bas Moyen Âge et le xixe s.

5Trois sondages mettent en évidence des vestiges bâtis, au sud et au centre. Le sondage sud révèle l’existence, sur 21,50 m de longueur, d’un groupe de maçonneries est-ouest attribuable à l’abbatiale carolingienne et romane. À l’est, un radier, long de 5,30 m, orienté ouest-nord-ouest – est-sud-est, est identifié au prolongement de l’abside des xiie-xiiie s., dont les vestiges sont conservés dans le Musée, à 10 m au sud. Il est accolé à un ensemble de maçonneries plus classiques, qui se développe à l’ouest, sur plus de 16,50 m. Ce deuxième ensemble comprend un mur principal, probablement identifiable à un mur gouttereau, sur lequel sont bâtis, à plusieurs reprises, des murs d’importance inégale et mal datés. Une construction est-ouest indéterminée, longue de plus de 2,60 m et large de 1,20 m, hypothétiquement antérieure au viiie s., est recensée au sud-ouest de l’emprise. Sur le terre-plein de la place, des maçonneries, appartenant vraisemblablement à un îlot de constructions laïques ou religieuses, ont aussi été observées.

6Les autres découvertes relèvent de l’occupation funéraire. On constate l’existence, au sud du sondage est, d’une sépulture en réceptacle monoxyle, qui est typologiquement antérieure au viiie s., et n’est rattachée à aucun niveau. Les trois niveaux de sépultures distingués le sont sur la base de leur orientation, de leur architecture, de leur datation préliminaire et de leur place dans la stratigraphie. Ils consistent en des sépultures en coffrages composites pour le plus ancien (avant le xie s.), de sépultures employant, pour certaines, la pierre de façon plus complète (coffrages anthropomorphes ; xie-xiiie s.), et de sépultures modernes, avec indices forts d’usage du cercueil. La répartition spatiale des vestiges funéraires montre que l’étendue du cimetière a évolué au cours du temps. Des pistes d’interprétation sont envisagées.

7La profondeur d’apparition des vestiges, dans l’ensemble faible, décroît de 0,80 m à l’est, à 0,16 m à l’ouest. Cette faiblesse est attribuable à l’importance des travaux ayant succédé à la démolition d’une partie de l’abbatiale, celle des bâtiments barrant le centre de la place, et à la translation du cimetière paroissial, au xixe s.

Fig. 2 – Maçonnerie appartenant à la partie nord de l’abbatiale, détruite au début du xixe s.

Fig. 2 – Maçonnerie appartenant à la partie nord de l’abbatiale, détruite au début du xixe s.

Cliché : Inrap.

Fig. 3 – Coffrages de dalles des sépultures SP7, SP8 et SP9

Fig. 3 – Coffrages de dalles des sépultures SP7, SP8 et SP9

Cliché : I. Thomson (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’intervention
Crédits Topographie et DAO : P. Combes, P. Neury, D. Parent, I. Thomson (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107240/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fig. 2 – Maçonnerie appartenant à la partie nord de l’abbatiale, détruite au début du xixe s.
Crédits Cliché : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107240/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Titre Fig. 3 – Coffrages de dalles des sépultures SP7, SP8 et SP9
Crédits Cliché : I. Thomson (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107240/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Arnaud, « Mauriac – Places Georges-Pompidou, Gambetta et du Palais, rue du Souvenir » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 16 septembre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107240

Haut de page

Auteur

Philippe Arnaud

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Arnaud

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search