Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201715 – CantalMourjou – Le souterrain médiéval

2017
15 – Cantal

Mourjou – Le souterrain médiéval

Sondage (2017)
Responsable d’opération : Frédéric Surmely

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Surmely F. 2017 : Le souterrain médiéval de Mourjou (Cantal), rapport de sondage, Clermont-Ferrand, SRA.

Texte intégral

1La commune de Mourjou, située dans la Châtaigneraie cantalienne, à l’extrême sud de ce département, abrite plusieurs ouvrages souterrains. Ceux qui nous intéressent ici sont situés en périphérie du bourg, à proximité immédiate d’une bâtisse ancienne, abritant aujourd’hui la Maison de la Châtaigne. Les souterrains ont été découverts fortuitement, en 1998, à l’occasion de travaux ayant entraîné des effondrements de terrain. Deux galeries souterraines, distantes d’une trentaine de mètres, ont été trouvées et topographiées avec les outils et techniques de l’époque (boussole, clinomètre et topofil : Usse 1998).

2La galerie A est un long couloir coudé, d’environ 22 m de longueur, coupé aux deux extrémités par des effondrements. Celui du sud-est, circonscrit par une buse en béton, sert actuellement d’entrée. L’autre correspond à un rétrécissement, obstrué par un colmatage sédimentaire. Le boyau se compose de deux sections, reliées par un coude marqué. Le premier tronçon, à partir de l’accès fortuit est étroit, bas, tortueux et fortement pentu. La seconde section, longue d’environ 15 m, est de section beaucoup plus large, haute et linéaire. Elle présente aussi des aménagements et des diverticules de nature et de dimensions diverses : petite salle adjacente, niche, silo, niche à lampe, probables trous d’ancrage de fermeture, évents d’aération.

3La seconde galerie (B) n’est plus accessible aujourd’hui, car jugée dangereuse par le propriétaire, et occultée. La partie explorée et topographiée lors de la découverte, simple tronçon d’un ouvrage plus conséquent, fait une douzaine de mètres de long, avec plusieurs petites salles et un conduit vertical.

4En 2014, l’équipe de la Maison de la Châtaigne a souhaité que les recherches soient reprises sur ces galeries souterraines, afin d’en préciser l’organisation, la fonction, l’âge et la nature des liens éventuels entre les deux galeries souterraines, dans la perspective d’une présentation au public.

5En 2016, nous avons effectué un relevé intégral de la galerie A au laser/scanner 3D. Cela a permis de progresser dans la connaissance de la galerie A, du point de vue de sa morphologie, de son orientation, mais aussi de sa relation avec l’environnement extérieur. Nous avons ainsi pu calculer la profondeur d’enfouissement de chaque partie de la galerie et les situer à l’extérieur. Il est apparu que le plan d’origine était mal orienté, et que l’effondrement terminal de la galerie A était en fait localisé dans la pente descendante menant à la rivière qui coule en contrebas.

6En 2017, nous avons ouvert quatre larges zones de sondages dans la galerie A. Les dépôts sédimentaires ont une épaisseur très réduite dans l’ensemble de l’ouvrage. Aucun artefact n’a été découvert dans les sondages. Les seuls vestiges d’origine anthropique mis au jour consistent en des charbons de bois de petite taille. Des prélèvements de sédiments ont été réalisés dans tous les sondages, en vue de tests palynologiques et anthraco-carpologiques.

7Les sondages ont permis de préciser l’architecture initiale de l’ouvrage :

8L’effondrement terminal correspond à la fin de la partie véritablement souterraine de l’ouvrage, et au départ d’une tranchée, qui abritait un drain ayant pour fonction d’évacuer les eaux d’infiltration hors du souterrain. Cette ouverture a eu très probablement un rôle secondaire d’accès de chantier (évacuation des déblais). Le large sondage 4 a concerné la portion de la galerie allant du silo jusqu’à l’accès actuel. Le sol est en forte pente et a été creusé de part en part : on constate la présence de légères dépressions destinées à caler les pieds et éviter de déraper, tout en permettant de faire glisser aisément une charge lourde, telle qu’un sac de grains. Au pied de l’effondrement qui sert d’entrée actuelle, nous avons pu dégager une feuillure, qui servait d’ancrage au sol à une porte.

9L’ensemble des caractéristiques de l’ouvrage va dans le sens d’un aménagement destiné au stockage sécurisé de biens périssables, probablement des récoltes locales. Deux charbons de bois, provenant du fond du drain, ont été sélectionnés pour faire l’objet de datation 14C. La plage commune aux deux mesures est donc de 1193-1223, soit l’extrême fin du xiie s. et le tout début du xiiie s.

10Ce type architectural bien particulier est connu sous le nom de « souterrain de type Ségala », depuis l’étude réalisée dans cette région géographique par L. Malet (1990). Les éléments significatifs sont un accès supérieur, suivi d’une galerie étroite, sinueuse et fortement inclinée, dotée de dispositifs de fermeture, un conduit linéaire de forte section doté d’espaces de rangement secondaires, et un étranglement terminal, prolongé par une rigole couverte aménagée au fond d’une tranchée. Ce type d’ouvrage souterrain est très courant dans plusieurs autres secteurs, comme la Vendée, le Forez (Clavier 2015) et le Cantal (Usse 1998). Ainsi, ont été conçus les trois souterrains cantaliens de Montbrun (commune de Lavastrie) et de Montvert et probablement d’autres, malheureusement dégradés depuis. On observe de profondes analogies avec certains souterrains dits annulaires, qui se singularisent seulement par le creusement d’un anneau latéral dans la galerie centrale, tels le souterrain de Passafol à Saint-Julien-la-Vêtre, du Presbytère aux Salles, dans la Loire (Clavier 2015), de Laroquebrou dans le Cantal (Carlier 2016) ou bien de Ceilloux, dans le Puy-de-Dôme (Surmely et al. 2016). Cette différenciation morphologique pourrait être due à de simples impératifs de stabilité liés à la nature de la roche encaissante, ou bien à des raisons de propriété du sol et du sous-sol.

11C’est donc une impression d’homogénéité, tant chronologique que fonctionnelle que donnent ces ouvrages souterrains qui jalonnaient les campagnes du Cantal, et, plus généralement, de Haute et Basse Auvergne, même si l’existence d’autres types d’ouvrages, comme le souterrain « de fuite » de Chauviat (Surmely et al. 2013), est attestée. Cela est confirmé par les datations radiocarbones, même si celles-ci sont encore peu nombreuses et parfois sujettes à caution.

Haut de page

Bibliographie

Carlier M. 2016 : Le souterrain annulaire de Bois-Grand (Laroquebrou, 15), Subterranea, 179, p. 10-15.

Clavier É. 2015 : Les souterrains médiévaux des Monts du Forez, Groupe de recherches archéologiques de la Loire.

Malet L. 1990 : Les souterrains aménagés du Bas Ségala, Société des sciences, arts et Belles-Lettres du Tarn.

Surmely F., Boudon P., Guyot S., Caillat P., Hablot L., Charbonnier P., Poiraud T. 2013 : « Le souterrain médiéval de Chauviat (commune de Charbonnières-les-Vieilles, Puy-de-Dôme) », Revue archéologique du centre de la France, 52, p. 401-414.

Surmely F., Fournioux J.-P., Guyot S. 2016 : Le souterrain de Champsolier à Ceilloux (Puy-de-Dôme), Subterranea, 179, p. 16-21.

Usse J.-P., Usse A. 1998 : Habitats troglodytiques, souterrains médiévaux et galeries artificielles du Cantal, Bulletin archéologique de la région d’Aurillac, 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Surmely, « Mourjou – Le souterrain médiéval » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 16 septembre 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107259

Haut de page

Auteur

Frédéric Surmely

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Frédéric Surmely

Drac Auvergne-Rhône-Alpes (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search