Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201715 – CantalExploitations aurifères protohist...

2017
15 – Cantal

Exploitations aurifères protohistoriques au sud d’Aurillac

Prospection-thématique (2017)
Responsable d’opération : Élodie Hubert

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Toulouse Jean-Jaurès

Hubert É. 2017 : Aurières de la Châtaigneraie (sud d’Aurillac), rapport de prospection thématique, 2 vol.

Texte intégral

1À la fin des années 1980, le BRGM réalise des prospections géologiques de terrain, dans le cadre de l’inventaire des ressources minières du territoire français. À cette occasion, d’anciens travaux miniers sont découverts dans le district aurifère de Prunet, au sud d’Aurillac dans le Cantal. Le sous-sol géologique de ce secteur est composé d’anciens terrains métamorphiques. Le socle, principalement schisteux, est intrudé par des massifs granitiques. Il est plus précisément centré sur une importante zone de cisaillement, au nord du granite de Veinazès. Les minéralisations à or en gisements primaires sont installées dans de nombreuses petites failles, d’extension locale à régionale, et encaissées dans ces terrains métamorphiques. En outre, des gisements d’or détritique (gisements secondaires, alluviaux et éluviaux), issus de l’érosion des filons-mères, sont également connus. En 2000, Philippe Abraham (UMR 5608) visite certains de ces sites miniers au cours d’une mission de deux jours, et réalise un rapport inédit avec état des lieux. Cependant, cette recherche n’avait pas été poursuivie.

2Les prospections réalisées par notre équipe en 2017 s’inscrivent dans une recherche de thèse de doctorat menée à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès. La mission était de réactualiser ces données et de poursuivre les investigations de terrain. L’objectif est, en dehors du simple inventaire, de caractériser ces vestiges miniers d’un point de vue archéologique (datation, techniques et aspects socio-économiques). La méthodologie utilisée concernant le contrôle et l’enregistrement de ces sites a été réalisée de manière systématique. Un pré-inventaire, d’abord construit à partir des archives, a permis de contrôler les sites sur le terrain. Ainsi, les vestiges ont été décrits, relevés schématiquement en plans et en coupes, et cartographiés par GPS. En complément, d’autres méthodes d’approche des vestiges ont permis de retrouver certaines aurières, comme la photo-interprétation via Google Earth, ou les photographies aériennes anciennes de l’IGN.

3Comme dans nombre de sites, certaines aurières ont été arasées. Seules celles encore bien inscrites dans le paysage, avec leurs parties excavées et leurs tertres de déblais, ont pu être dessinées. Il faut cependant préciser que, même si certaines minières ne sont plus visibles en surface, elles sont malgré tout conservées par les sédiments qui les occupent et pourraient encore faire l’objet de fouilles archéologiques. De fait, ces sites arasés ont été également géoréférencés.

4Concernant les aurières présentant une topographie de surface encore bien conservée, nous avons pu faire le constat de leur morphologie caractéristique. Elles rappellent tout à fait les vestiges similaires du Limousin et de l’ouest du Puy-de-Dôme, que nous savons datés de la Protohistoire (second âge du Fer, pour l’essentiel). Plus précisément, les aurières repérées se présentent comme des mines en roche, exploitées à ciel ouvert, avec potentiellement des prolongements de travaux souterrains. Leur topographie en forme de fosses à profil en U/V, bordées de haldes (amas de stériles miniers) sur leurs bords supérieurs, est typique (fig. 1). Nous avons ainsi émis l’hypothèse que les aurières du district de Prunet pourraient dater de la même période, bien que nous n’écartions pas la possibilité d’autres périodes d’exploitation. Ceci doit encore être confirmé par des opérations de terrain plus poussées. À ce jour, les prospections pédestres n’ont livré aucun élément de datation. En outre, les contextes archéologiques immédiats ne sont pas bien documentés.

Fig. 1 – Une aurière en bon état de conservation, avec sa fosse et ses haldes

Fig. 1 – Une aurière en bon état de conservation, avec sa fosse et ses haldes

District de Prunet, Cantal.

Cliché : P. Abraham.

5Les contrôles réalisés par notre équipe ont permis de mettre à jour les données précédemment décrites. Ces prospections ont révélé un ensemble dense de vestiges miniers (plus de 130 fosses), répartis sur une surface relativement restreinte à l’échelle des trois communes ciblées par l’opération, soit environ 60 km2 de superficie. Une bonne partie a pu être contrôlée (fig. 2). Généralement, les aurières sont réparties en fonction des filons qu’elles jalonnent. Ainsi, elles se présentent le plus souvent sous forme d’alignement de fosses, accolées les unes aux autres, ou encore disposées en axes parallèles. Nous avons également repéré des petits chantiers dits isolés, qui pourraient correspondre à une phase exploratoire de la recherche minière (sondage minier, recherche du filon). Par ailleurs, des exploitations d’or ouvertes sur des gisements secondaires (placers aurifères) ont été observées, non seulement en prospection pédestre au sol, mais également repérées en photo-interprétation. Ces sites miniers particuliers seront visités en 2018.

Fig. 2 – État de l’inventaire des sites miniers 2017 sur les trois secteurs prospectés du district aurifère de Prunet (Cantal)

Fig. 2 – État de l’inventaire des sites miniers 2017 sur les trois secteurs prospectés du district aurifère de Prunet (Cantal)

DAO : É. Hubert (université Toulouse Jean-Jaurès).

6Le district aurifère de Prunet est donc dense de vestiges miniers, et laisse imaginer la présence d’une population de mineurs-métallurgistes spécialisée. Les groupes qui menaient cette activité avaient une solide connaissance du terrain géologique : ils savaient reconnaître les filons affleurant et pratiquaient des sondages exploratoires de reconnaissance pour mieux les localiser et les exploiter. Cette activité a fait appel à des techniques qui, nécessitant la maîtrise du milieu souterrain, de l’eau, du bois et arts du feu, étaient guidées par des groupes de spécialistes. La présence de tels vestiges soulève de nombreuses questions, comme la chronologie, ou encore la finalité d’une telle production.

7Pour le Cantal, seule la fouille d’aurières dans le district de Prunet serait l’occasion de livrer de meilleurs éléments d’informations et de répondre tout d’abord à la question de la chronologie des sites. Dans cette perspective, nous prévoyons une opération de sondage en 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Une aurière en bon état de conservation, avec sa fosse et ses haldes
Légende District de Prunet, Cantal.
Crédits Cliché : P. Abraham.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 2 – État de l’inventaire des sites miniers 2017 sur les trois secteurs prospectés du district aurifère de Prunet (Cantal)
Crédits DAO : É. Hubert (université Toulouse Jean-Jaurès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élodie Hubert, « Exploitations aurifères protohistoriques au sud d’Aurillac » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 16 septembre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107328

Haut de page

Auteur

Élodie Hubert

Université Toulouse Jean Jaurès, Traces (UMR 5608)

Haut de page

Responsable d’opération

Élodie Hubert

Université Toulouse Jean Jaurès, Traces (UMR 5608)

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search