Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie1993Domaine public maritimeAu large de Saint-Vaast-la-Hougue...

1993
Domaine public maritime

Au large de Saint-Vaast-la-Hougue – Épaves de la Bataille de la Hougue (1692)

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Michel L’Hour
Notice rédigée avec Élisabeth Veyrat

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Programmée en deux temps, du 1er juin au 30 juin puis du 1er octobre au 30 novembre, la campagne 1993 a souffert des conditions climatiques détestables qui ont marqué cette année l’ensemble des côtes françaises, et tout particulièrement la Normandie. La première période de la campagne 1993 a en outre été gravement pénalisée par une absence quasi-totale de visibilité dans l’eau liée à la présence d’une quantité anormale de phytoplancton. Les intempéries successives subies lors de la campagne d’automne n’ont quant à elles autorisé que dix jours de travail sur le site. Du même coup, le programme envisagé pour 1993, étude de l’épave C puis de l’épave A/B, n’a pu être réalisé. Les conditions de fouilles ont d’ailleurs été telles que, devant l’ampleur des difficultés et compte tenu des prévisions météorologiques à moyen terme, les responsables de la fouille ont finalement choisi d’annuler la dernière quinzaine de jours de la campagne d’automne.

2Trente-trois fouilleurs ont au total participé à la campagne 1993, comptabilisant 771 journées de chantier et plus de 240 h de travail sous-marin, ce qui porte à plus de 2 800 h le temps consacré au seul travail sous-marin depuis 1990 (Pomey et al. 1992, p. 62-65 ; L’Hour, Veyrat 1992). L’équipe de fouille a regroupé des archéologues sous-marins professionnels, venus de France, mais également des Pays-Bas, d’Angleterre, d’Espagne et de Pologne, ainsi que plusieurs stagiaires venus se perfectionner à l’archéologie sous-marine. Certains d’entre-eux ont d’ailleurs pu bénéficier cette année d’un encadrement spécifique et de cours pratiques afin de leur permettre d’animer dès l’an prochain une équipe de fouille amateur.

3Le bilan scientifique de cette campagne perturbée reste cependant bien faible et le programme articulé entre l’étude de l’épave C et celle du gisement A/B n’a pu être qu’ébauché.

Épave C

4Située par 49°34’94 de latitude nord et 1°14’62 de longitude ouest, à 8 m de profondeur, l’épave C, conservé sur 35 m de longueur pour une largeur n’excédant pas 8 m, se présente comme un ensemble homogène orienté au 295.

5Alors qu’en 1992, seules trois journées, en fin de campagne, avaient pu être consacrées à l’étude et à la photo-planimétrie de l’épave C, un mois entier de la campagne 1993 était théoriquement réservé à l’étude de cette épave. Au cours de cette période, celle-ci a fait l’objet de trois nouveaux sondages implantés d’ouest en est sur son axe longitudinal et successivement numérotés S.4, S.5 et S.6. Ils font ainsi suite aux sondages 1 et 2 de 1990, et au sondage 3 de 1992. Une fois fouillées, les zones nouvellement dégagées ont été recouvertes d’une bâche afin d’être protégées jusqu’à leur étude et leur relevé initialement prévus pour la campagne d’automne. Faute de temps, ce travail n’a pu cependant être mené à bien et reste à effectuer en 1994.

6Les premières constatations réalisées au cours de la campagne ont vérifié le profil très plat des vestiges et leur faible ensevelissement sous le sédiment sableux. La fouille a d’autre part mis en évidence la présence, sur l’ensemble du site, d’une membrure assemblée par croisement latéral. Seul échappe à cette pratique le double couple découvert en 1990 dans le sondage 2. Il n’y a donc plus de doute sur le fait que celui-ci constitue un aménagement particulier de la membrure, à mettre probablement en relation avec l’implantation dans cette même zone du massif d’emplanture du grand mât.

7Les vestiges sont globalement moins bien conservés à l’est du site, dans les sondages 4, 5 et 6, que dans les sondages précédents. Des lignes de fracture ont ainsi été mises en évidence et on a pu constater que la carlingue disparaissait dans le sondage 4. Compte-tenu des difficultés à assurer tout démontage des épaves de Saint-Vaast-la-Hougue, il est permis de considérer comme un facteur positif le fait que les structures de l’épave C soient partiellement disjointes. Il est vraisemblable que cela en facilitera l’étude.

8Consécutivement au faible enfouissement des vestiges dans les nouvelles zones fouillées cette année, le mobilier archéologique s’est signalé par son extrême rareté. Il se compose de quelques objets en bois, éléments de tonnellerie surtout, et d’un écouvillon destiné à nettoyer le calibre des canons. Une barrique, mise en évidence sur le flanc sud du sondage 5, n’a pu être étudiée faute de temps et fut réensablée.

Épave A/B

9C’est le site le plus noroît de toutes les épaves déclarées à la Hougue. Orienté au 20, il repose par 49°34’99 de latitude Nord et 1°14’66 de longitude Ouest, à 7 m de profondeur.

10Le premier objectif de la campagne d’automne fut de mettre en place un carroyage de 51 m x 12 m circonscrivant le gisement B dans une maille de 3 m x 3 m. Ce système de référence spatiale fut implanté, à l’aide d’une filière et des fers à béton retrouvés en place cette année sur le site, en utilisant pour ligne de base l’axe nord-sud, matérialisé dès 1990 à l’est de l’épave. Perpendiculairement à cet axe, les zones de fouille, orientées est-ouest, ont été numérotées de 5 à 21 du nord au sud, le long de l’axe formé par cette filière, tandis que les rangées, orientées nord-sud, ont été désignées par les initiales D, E, F et G.

11Une fois ce carroyage implanté, la fouille a repris, comme prévu, au nord de la zone fouillée en 1990, au niveau des rangées 5, 6 et 7.

12Si la zone dégagée cet automne apparait érodée en surface, les vestiges sont en revanche souvent bien conservés en épaisseur. Ils sont composés dans cette zone qui constitue, rappelons-le, un flanc de carène, d’éléments de membrures, de vaigrage et de bordé. Plusieurs planches de résineux, probablement liées à un lambrissage des parties intérieures, ont été mises en évidence pendant la fouille.

13Très peu de mobilier a été inventorié cette année, ce qui n’est pas surprenant compte-tenu du nombre restreint de jours de travail en mer. Les quelques objets découverts témoignent pourtant d’une relative diversité. On peut noter, parmi les objets en bois, une douelle de petit récipient ouvert, un manche tourné de couvert, un blaireau malheureusement disjoint et une belle pomme de racage. Un cordage tissé, enroulé sur une cinquantaine de centimètres de longueur, sans doute destiné à la protection des hommes ou de la coque lors des tirs ennemis, et une chaussure en cuir complètent cet inventaire.

14L’étude des épaves de la Hougue est inscrite dans un programme pluriannuel qui se poursuivra en 1994. L’articulation, initialement envisagée en deux sous-ensembles distincts, épaves C et E d’une part et A/B d’autre part, doit, au vu des résultats de la campagne 1993, être maintenant révisée au profit d’un regroupement des épaves A/B et C, puisqu’elles sont construites sur le même principe d’un assemblage latéral de la membrure. Les sites A et C apparaissant tous deux comme des fonds de carène préservés au niveau du massif d’emplanture l’étude du gisement A ne s’impose donc plus. L’ensemble C est en effet nettement mieux conservé que A. Il est en outre potentiellement plus riche d’informations et a déjà été la cible d’une fouille méthodique. Il a enfin fait l’objet d’un dégagement des canons concrétionnés qui en masquaient les structures alors que le site A est toujours dissimulé par une vaste table concrétionnée de plusieurs dizaines de tonnes constituée de canons de ballast. Le programme de 1994 sera par conséquent réorienté vers une étude conjointe des deux sites B/C. Ce choix devrait permettre de regagner les mois de travail perdus par suite des mauvaises conditions climatiques et peut-être, au prix d’un effort supplémentaire de l’ensemble des partenaires de ce projet de fouille, de tenir le programme prévoyant la fin des travaux sur le site de Saint-Vaast-la-Hougue en 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel L’Hour, Élisabeth Veyrat, « Au large de Saint-Vaast-la-Hougue – Épaves de la Bataille de la Hougue (1692) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107454

Haut de page

Auteurs

Michel L’Hour

Drassm

Articles du même auteur

Élisabeth Veyrat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel L’Hour

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search