Navigation – Plan du site
1988

Territoires environnant la cité antique et médiévale de Saint-Bertrand-de-Comminges

Responsable(s) des opérations : Gérard Pradalié et Raymond Sablayrolles
Notice rédigée par : Gérard Pradalié et Raymond Sablayrolles

Entrées d’index

Anthroponymes :

Jupiter

Nature des opérations :

Prospection (PR), Prospection aérienne (PA)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1988 - 1991 (PR) ; 1988 - 1991 (PA)
Inventeur(s) : Pradalié Gérard ; Sablayrolles Raymond

1Outre les remplois antiques (déjà signalés anciennement) dans les édifices religieux, on peut mentionner le nom de divinités topiques indigènes sur des autels votifs (Baicorrix à Cier-de-Luchon, Alar à Gaud) mais aussi dédiés à Jupiter (Cier-de-Luchon). Parmi les réactualisations et vérifications effectuées à partir de la documentation existante, on signalera des vestiges antiques aux Granges de Saint-Jean à Artigue (trésor monétaire du IIIe s., sarcophage), de nombreux éléments lapidaires (colonnes, chapiteaux, autels votifs, etc.) provenant d’une ancienne chapelle située dans le cimetière de Gaudet une grande quantité de vestiges antiques (onze autels votifs, plus une centaine de fragments), ainsi qu’une tour médiévale – et non un macellum (?) – (Gallia, 1951 : 134-135) à Montauban-de-Luchon, plateau de Sainte-Christine.

2Hormis les deux églises d’Artigue (Saint-Pierre et Saint-Paul, mentionnées à la fin du Xe s., comme Saint-Jean-de-Loras connue au XIIIe s. et dépendant d’une commanderie hospitalière), presque toutes les églises sont signalées dès 1369 (Saint-Pierre-des-Liens à Baren, Saint-Barthélémy à Gouaux, Sainte-Eulalie à Juzet-de-Luchon et Saint-Jean-Baptiste à Lège). Parmi les découvertes notables, on peut signaler la localisation de l’ancien village déserté de Cier-de-Luchon sur l’éperon du Castet à 630 m, avec une série de terrasses aménagées et de cases-encoches, avec plus au sud une tombe rupestre au Castéra ; à Guran, aux Granges d’Eu, plate-forme aménagée, limitée par une levée de terre artificielle de plusieurs mètres de haut, avec en contrebas, dans la partie sud, un amoncellement de blocs provenant de l’église Saint-Martin d’Eu, mentionnée en 1365 et déjà démolie en 1835 ; enfin à Montauban-de-Luchon, Sainte-Christine, une tour occupant le centre d’une enceinte réduite, quadrangulaire, avec plus à l’ouest les ruines d’un grand bâtiment rectangulaire.

3L’abondance des données nouvelles recueillies, les réactualisations chronologiques effectuées, les approches différentes concernant la présence d’éléments lapidaires antiques, l’étude des sources, la découverte de villages castraux désertés, sont autant d’éléments novateurs qui justifient un tel type d’opération dont les résultats seront intégrés dans la carte archéologique du département de la Haute-Garonne.

4De cette évaluation se dégage un point fort : l’importance économique de l’exploitation du marbre autour de Saint-Béat durant l’Antiquité, mais aussi son rôle économique pendant le Moyen Âge qui a sans doute contribué au développement de l’activité minière dans la haute vallée, tout en favorisant, autour de l’An Mil, un centre religieux de première importance.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gérard Pradalié et Raymond Sablayrolles, « Territoires environnant la cité antique et médiévale de Saint-Bertrand-de-Comminges », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10749

Haut de page

Responsables d'opération

Gérard Pradalié

Articles du même responsable de fouilles

Raymond Sablayrolles

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals