Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie1993Domaine public maritimeAu large d’Aigues-Mortes – De l’E...

1993
Domaine public maritime

Au large d’Aigues-Mortes – De l’Espiguette au Petit-Rhône

Prospection inventaire (1993)
Responsable d’opération : Luc Long

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La campagne de sondage et d’expertise qui s’est déroulée au mois de juin, au large de la Camargue, a de nouveau, comme en 1992, été en proie à de très mauvaises conditions météorologiques. La visibilité quasiment nulle sur la plupart des sites inscrits au programme a, en outre, considérablement limité nos ambitions. Exceptées quelques plongées de contrôle sur l’épave s et celles engagées pour la recherche, au demeurant infructueuse, des épaves 15 et 16, l’essentiel de notre temps fut consacré aux épaves 12 et 13. Par ailleurs, les plongées d’expertise et de contrôle programmées en accord avec la Compagnie nationale du Rhône, avant ses travaux dans le fleuve au niveau d’Arles, ont également été annulées en raison du courant et du manque total de visibilité durant cette période. En conséquence, une quinzaine de sites, au large de la Camargue, n’ont pu être encore expertisés. Les crédits prévus en 1994 pour poursuivre ce programme d’inventaire, ont été reversés par nécessité en complément du budget de l’opération Cosquer. Nos recherches sur le littoral gardais et au large d’Arles et des Saintes-Maries-de-la-Mer sont donc pour l’instant reportées à une date ultérieure.

2L’épave 12 gît par 9 m de fond au large et légèrement à l’ouest du Petit-Rhône. Il s’agit d’un fond de carène ensablée dont les parties hautes sont partiellement recouvertes d’un filet de chalut. Le chargement est constitué de petits lingots de fer (24 à 26 cm de long, 4 cm de large et 5,5 cm de haut) pesant chacun 4 kg et disposés tantôt sous forme de gros blocs concrétionnés, tantôt alignés parallèlement à la quille. L’ensemble du bois est totalement revêtu de concrétions ferreuses et ne permet pas de vérifier les systèmes de liaisons et les assemblages. Aucune trace de clou n’a, par ailleurs, été repérée. De nombreux fragments d’amphores Dressel 2/4, intégrés au magma ferreux paraissent rattacher d’emblée cette épave à l’Antiquité. L’hypothèse qu’il s’agisse d’amphores trainées par un chalut et prises ensuite au piège d’une épave moderne, lorsque le filet s’est éventré, n’est guère convaincante. En conséquence, dans l’état actuel de nos investigations sur ce site, il semble que l’on soit plutôt en présence d’un gisement du ier s. de notre ère ; chargé à l’origine d’amphores vinaires d’Espagne et de matières premières. Des sondages complémentaires s’imposent nécessairement, dans l’avenir, pour confirmer a priori le grand intérêt de ce site.

3L’épave se situe elle aussi au large du Petit-Rhône, à une profondeur de 11 m. Elle se présente sous l’aspect d’un ensemble de pierres qui constituaient au moment du naufrage le lest du navire. Parmi ces blocs irréguliers il faut signaler la présence à plusieurs reprises de fragments de briques. Si l’ensemble du gisement est recouvert par une couche de sable fin d’environ 40 cm d’épaisseur, le deuxième sol est constitué d’un sédiment argileux compact, très difficile à pénétrer, qui a ralenti notre progression.

4Au total, la longueur apparente de l’embarcation est d’environ 35 m. Un jeu d’ancres concrétionnées, des cerclages de mât et un treuil métallique, furent repérés en surface lors du dévasage. Il faut, en outre, signaler la présence à l’origine d’au moins deux pièces d’artillerie en fer, retirées par des clandestins en 1988. L’une d’elles, dont l’état de corrosion n’était pas considérable, fut finalement récupérée et traitée par l’inventeur, A. Chabaud. Elle présente, disposée de part et d’autre de l’orifice de lumière, une marque composée des lettres A et B entrelacées et la date de fabrication : 1823, qui situe vraisemblablement le naufrage dans la première moitié du xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, « Au large d’Aigues-Mortes – De l’Espiguette au Petit-Rhône » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107493

Haut de page

Auteur

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search