Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Fos-sur-Mer – Anse Sa...

1993
Domaine public maritime

Au large de Fos-sur-Mer – Anse Saint-Gervais, navalia

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Jean-Marie Gassend
Notice rédigée avec Bertrand Maillet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Au cours de la dernière décennie, plusieurs campagnes de fouilles se sont déroulées dans le secteur de l’anse Saint-Gervais à Fos (Gassend 1992 ; Pomey et al. 1992, p. 16-18). Ces campagnes avaient mis en évidence la présence de nombreux vestiges antiques dont notamment ceux de hangars ou navalia, matérialisés au sol par une implantation régulière de dés en pierre mortaisés. Au cours de la campagne 1993, nous nous étions intéressés à découvrir une vingtaine, au moins, de dés en pierre constituant les bases de poteaux, supports d’une charpente, et à mettre en évidence leur fondation.

2Cette étude n’avait pas été étendue au-delà du soubassement des plots, à l’exception de la pratique de quelques sondages profonds par carottage dans le sous-sol. Nous avions constaté que, par ce principe, nous pouvions découvrir le substrat susceptible de dater la construction des édifices en l’absence d’objets datables mais également de comparer ce substrat à d’autres attenants qui eux sont les supports de vestiges mieux datés (la nécropole avec ses stèles et inscriptions funéraires datées en est un exemple).

3Cette année, nous nous étions fixés comme objectif de « pilonner » au moyen de carottages (soit une trentaine), à la fois l’intérieur de NAV. II mais également l’extrémité ouest de celui-ci ainsi que les abords immédiats sur un pourtour d’au moins 15,20 à 30 m de large.

4Ceux-ci ont eu lieu à partir de la travée T 130 (fig. 1) des plots H et I 130 à, successivement 10, 20 et 30 m vers l’ouest dans l’axe de NAV. II : il s’agit des carottes I ouest 1, I ouest 2 et I ouest 3. Le résultat partiel de leur analyse nous indique la présence d’une couche de galets en surface, au niveau traditionnel des fondations des dés, suivie d’une couche de sable alluvionnaire noirâtre à -3 m (les niveaux sont donnés à partir du niveau 0 de la mer à + ou – 20 cm près), sorte de plage qui pourrait correspondre à un plan incliné de faible pente orienté vers l’ouest.

5Ce plan incliné, ainsi perçu, n’est pas sans rappeler celui situé à l’extrémité ouest de NAV. I, correspondant à une longue plate-forme « pentue » permettant une mise à flot d’éventuelles embarcations. Nous aurions ainsi deux espaces couverts NAV. I et NAV. II, parallèles suivant leur grand côté avec, chacun à leur extrémité ouest, une mise à flot.

Fig. 1 – Plan

Fig. 1 – Plan

Dessin : J.-M. Gassend (CNRS).

Carottage à l’intérieur de NAV. II

6Trois sondages au moyen de carottages ont été effectués à l’intérieur de NAV. II. Il s’agit de H et I 126 et de I 130. Le résultat n’est pas sans rappeler celui obtenu en 1992 lors d’un sondage dans l’axe à l’extrémité est de NAV. II et au sud, ceux-ci avaient permis, grâce à l’analyse des sédiments de proposer une fourchette -410 av./180 apr. J.‑C. pour la variation relative du niveau de la mer et par là même l’existence des bâtiments NAV. I et NAV. II.

Cordon littoral : problématique

7Cette couche de galets de Crau mêlée à des posidonies datée de 410 av. à 180 apr. J.‑C. passe-t-elle sous le tumulus sur lequel repose les bâtiments NAV. I et NAV. II ? (fig. 2). Auquel cas, le tumulus ou cordon littoral a été formé entre 180 et 1350 apr. J.‑C. ; le niveau des eaux estimé au Moyen Âge est très peu différent du niveau actuel. Ou bien, si l’on ne trouve pas de galets, le cordon littoral existe auparavant pour être inondé au plus tôt en 180 apr. J.‑C.

8NAV. I et NAV. II sont alors antérieurs à la fin du iie s., date à laquelle la nécropole datée par les inscriptions est abandonnée. Le problème posé, des sondages dans l’axe de NAV. II s’imposaient à une profondeur d’au moins 3,50 m, c’est ce qui a été fait en H et I 126, I 130 et I ouest 3 (fig. 1).

9En l’état actuel de l’examen des carottes, il n’a pas été découvert de galets mais une série de couches de sables infralittoraux semblables à celles découvertes dans le sondage de 1992 en I 98. Le cordon littoral serait le support des bâtiments NAV. I et NAV. II. Ce cordon aurait protégé la tourbe découverte par -4 m de fond, sous la plage en arrière des bâtiments contenant sur sa couche supérieure des tessons de céramique antique.

Fig. 2 – Profil contracté du littoral dans le sens plage vers le large

Fig. 2 – Profil contracté du littoral dans le sens plage vers le large

Dessin : J.-M. Gassend (CNRS).

Vase et lagune : entre NAV. II et la nécropole

10Les sondages, à l’extrémité ouest de NAV. II, nous avaient indiqué la fin de l’espace couvert de NAV. II et l’amorce d’un espace pentu, sorte de mise à flot reconnue par un niveau de sable alluvionnaire gris à tendance noirâtre. Il était intéressant de sonder non loin de là, mais davantage au sud, au-delà du dernier plot reconnu L 126, travée 126 (fig. 1), il s’agit du sondage S3 situé à 15 m de L 126. Celui-ci a révélé, au pied de la carotte, soit à -4 m de la surface, la présence d’une vase épaisse et compacte surmontée de sable gris. La présence de cette vase compacte (un échantillon est à l’étude pour sa datation) indiquerait l’existence d’une zone lagunaire à 15 m du bord de NAV. II, face sud, au pied du cordon littoral sur lequel NAV. II repose (fig. 3).

11Cette hypothèse permettrait de localiser une lagune entre le cordon littoral des navalia et celui sur lequel repose la nécropole. Il est souhaitable de relever le niveau du sol de la nécropole par rapport au niveau actuel sachant que lors du changement relatif du niveau de la mer à la fin du iie s. apr. J.‑C., le cordon littoral sur lequel repose la nécropole a été la première barrière contre les flots et a pu être ainsi « raboté ».

Fig. 3 – Variation relative du niveau de la mer envahissement des navalia par la mer au plus tôt 180 apr. J.‑C.

Fig. 3 – Variation relative du niveau de la mer envahissement des navalia par la mer au plus tôt 180 apr. J.‑C.

Dessin : J.-M. Gassend (CNRS).

Abords sud de NAV. I

12Dans le même esprit de recherche du profil des abords des bâtiments, nous avons procédé à des carottages au sud de la travée extrême ouest NAV. I, T 124 (fig. 1), à 28 m de E 124.

13Le carottier a très vite butté sur de gros débris de molasse, comme dans le substrat du cordon littoral, sondage I 98, NAV. II, si bien que son enfoncement fut réduit à 1,50 m, soit à 2,50 m de profondeur. Depuis la surface, nous nous trouvons dans une zone exondée en contrebas de NAV. I, soit une pente douce de 5 % (1 m de dénivelé par rapport à F 124 sur 20 m).

Recherches futures

14Le principe d’une prospection par carottage, même si nous n’avons pas eu encore le temps d’en exploiter en profondeur toutes les données, s’avère un moyen efficace de recherche. En effet, grâce à ceux-ci, nous sommes parvenus à déterminer l’infrastructure, support des bâtiments NAV. I et NAV. II, à mettre en évidence les différents phénomènes intervenus au cours des siècles sur ce site : changement relatif du niveau de la mer, zone exondée et inondée et, tenté de dater la construction des bâtiments. Nous possédons actuellement des données archéologiques de surface (entendons sous l’eau mais non fouillée en profondeur) sur 4 secteurs au moins.

15Pourquoi ne pas appliquer cette méthode de prospection sur un programme pluriannuel ? Rappelons que dans le domaine de la stratigraphie, l’exécution de quelques carottages bien choisis équivaut à plusieurs jours de fouilles archéologiques sous-marines. Dans notre cas précis, une prospection de surface existe déjà, il suffirait de quelques campagnes de carottages pour relier entre eux ces 4 secteurs : nécropole, zone urbanisée, zone des blocs en grand appareil et zone des murs en blocage de moellon.

Note : L’expression « NAV. I » ou « NAV. II » remplace en fait celle de Navalia qui couvre l’ensemble du site : NAV. I pour le bâtiment, secteur est des fouilles ; NAV. II pour le bâtiment secteur ouest.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan
Crédits Dessin : J.-M. Gassend (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Fig. 2 – Profil contracté du littoral dans le sens plage vers le large
Crédits Dessin : J.-M. Gassend (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Fig. 3 – Variation relative du niveau de la mer envahissement des navalia par la mer au plus tôt 180 apr. J.‑C.
Crédits Dessin : J.-M. Gassend (CNRS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Gassend, Bertrand Maillet, « Au large de Fos-sur-Mer – Anse Saint-Gervais, navalia » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107558

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Gassend

CNRS

Articles du même auteur

Bertrand Maillet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marie Gassend

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search