Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Marseille – Rade de M...

1993
Domaine public maritime

Au large de Marseille – Rade de Marseille et côte bleue

Prospection inventaire (1993)
Responsable d’opération : Martine Moerman

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Afan

Texte intégral

1Cette campagne de la carte archéologique a porté sur la vérification de localisations de déclarations anciennes sur des épaves antiques en rade de Marseille, notamment sur la côte nord-ouest de Ratonneau, dans la baie du Grand Soufre et sur la côte sud de Pomègues.

2Parmi les épaves retrouvées, il faut signaler l’intéressant gisement de Ratonneau 1, à la Pointe du Soldat par 13 m de fond, une épave de blocs de calcaire taillés, semblables à celles de Carry, de Bonnieu et des Laurons. Elle avait fait en 1971 l’objet d’une expertise et se présentait sous la forme d’un gisement régulier de pierres de taille d’environ 20 m sur 10. Les pierres sont profondément enfoncées dans le sable. Le nombre de blocs visibles était d’une trentaine, l’épave étant, par ailleurs, abondamment recouverte de pierres tombées de la falaise. De nombreux blocs situés en avant de ceux représentés sur le croquis de 1971 ont été dégagés du sable et des cailloux qui les recouvraient. Le gisement est donc beaucoup plus étendu, et ce sont quatre à cinq rangs qui se trouvent devant ceux déjà connus. Au sud, les blocs y sont placés en long et au nord en travers. L’épave est sans doute celle d’un bateau de taille moyenne, et elle est alignée est-ouest dans la calanque, où elle a pu être projetée par mistral, si ce bateau est venu du Cap Couronne.

3Le site de la Morquière, également dans la zone de la Pointe du Soldat, avait livré des amphores Dressel 1A, sur un fond de 12 à 20 m. Des tranchées à la suceuse à eau ont dégagé des tessons, parmi lesquels des fragments d’amphores Dressel 1C, sous 50 cm de sédiment vierge.

4Le gisement de la baie du Grand Souffre, à proximité du rocher du Friou, avait donné, sur un fond de 17 m, des fragments d’amphores Dressel 1B. Deux cols marqués, dont un bouché, avaient été remontés. Le col d’amphore bouché portait sur la lèvre la marque PHILO, et le bouchon en pouzzolane le nom PHILEMO qui semble avoir été un nom d’esclave (Hesnard, Gianfrota 1989, p. 422). La prospection a été menée de 15 à 18 m dans cette zone extrêmement dangereuse pour un bateau trop porté à la côte, car entre le rocher et la rive, la profondeur est, par endroits, inférieure à 1 m. Il y a des tessons d’amphores un peu partout autour du rocher mais une concentration plus forte a été découverte au pied d’une des pointes de la côte. Le site a sans doute été très pillé. Il a livré des tessons d’amphores Dressel 1C et gréco-italiques.

5Une seconde opération a été conduite dans les eaux de Carro, pour vérifier des gisements antiques, médiévaux et modernes. Mais le mauvais temps en a limité les résultats.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Moerman, « Au large de Marseille – Rade de Marseille et côte bleue » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107575

Haut de page

Auteur

Martine Moerman

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Martine Moerman

Afan

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search