Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Hyères

1993
Domaine public maritime

Au large de Hyères

Prospection thématique (1993)
Responsable d’opération : Patrice Pomey

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1Après les missions 1991 et 1992 consacrées aux épaves de la rade de Marseille (Pomey 1992), la campagne de prélèvement 1993 du programme de recherche sur la dendrochronologie et la dendromorphologie des épaves antiques de Méditerranée s’est déroulée, avec le concours de L’Archéonaute, du 25 octobre au 3 décembre 1993 sur les épaves de la région des îles d’Hyères : Madrague de Giens, Cap de l’Estérel, Jeaume-Garde B, toutes trois du ier s. av. J.‑C.

Épave de la Madrague de Giens

2Les grandes dimensions de cette épave, bien connue pour avoir fait l’objet de fouilles de 1972 à 1982 (Tchernia et al. 1978), la qualité de ses vestiges, bien conservés et très complets dans de nombreuses parties, la diversité des essences utilisées et son intérêt archéologique en faisaient un objectif prioritaire. Deux zones intéressant d’une part la partie centrale du navire au niveau du massif d’emplanture du mât et d’autre part l’extrémité avant avec le brion, l’étrave et le taillemer ont été ouvertes en raison de l’intérêt majeur pour les analyses. Au total, plus d’une centaine d’échantillons particulièrement représentatifs des divers éléments de la structure, réparations comprises, et de la diversité des essences ont été prélevés. Leur détermination a fait apparaître une nouvelle essence, jusqu’alors inédite dans la construction navale antique, le tilleul, employé pour une pièce de calage du complexe d’étambot.

Épave du Cap d’Estérel

3Bien que de découverte ancienne, cette épave était restée jusqu’alors inédite malgré la présence d’une coque homogène et bien conservée. Deux zones d’étude ont été ouvertes dans la partie centrale du navire autour du massif d’emplanture du mât et dans la partie avant où une cinquantaine de prélèvements, au total, ont été effectués. Les identifications anatomiques ont révélé la présence de chêne à feuilles caduques, de pin sylvestre et de sapin pour les pièces de la structure et de chêne vert pour les éléments d’assemblage. L’étude préliminaire de l’épave a montré que la coque à simple bordé, non doublé de plomb, se caractérise par une membrure constituée uniquement de varangues sans alternance de demi-couple.

Épave de la Jeaume-Garde B

4Cette épave, située à l’entrée de la baie du Langoustier à Porquerolles, avait fait l’objet d’une étude en 1976 qui avait montré tout l’intérêt de ses vestiges concernant un flanc de la carène où des réparations de membrures assemblées par ligatures avaient été observées. En bon état de conservation, l’épave fit l’objet d’une trentaine de prélèvements mettant en évidence l’homogénéité des bois de construction où le pin domine (pin d’Alep, pin pignon, pin sylvestre) dans les pièces de structures à côté du chêne vert pour les éléments d’assemblage.

5Compte tenu de la date tardive d’achèvement de la mission, les analyses dendrochronologiques n’ont pu porter que sur un très petit nombre d’échantillons provenant de l’épave de la Madrague de Giens. Elles ont permis de former des moyennes longues de 97 années pour le chêne, 107 années pour l’orme et 160 années pour le pin. On peut cependant attendre de l’analyse de l’ensemble des échantillons, très abondants, des éléments de réponse aux problèmes des phases d’abattage et des différences d’approvisionnement, non seulement au sein d’une même épave mais aussi entre plusieurs d’entre elles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Pomey, « Au large de Hyères » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107594

Haut de page

Auteur

Patrice Pomey

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrice Pomey

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search