Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Hyères – Île de Port-...

1993
Domaine public maritime

Au large de Hyères – Île de Port-Cros, épave de la Palud

Sondage (1993)
Responsable d’opération : Luc Long
Notice rédigée avec Giuliano Volpe

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Profitant des moyens importants mis en œuvre, tant en homme qu’en matériel, pour achever la fouille des épaves de la Pointe Lequin, à Porquerolles, un sondage complémentaire a pu être opéré simultanément sur une épave voisine, aux abords de Port-Cros. Cette opération, réalisée avec un petit nombre de plongeurs et la barge Nérée (Drasm) a été conduite en étroite collaboration avec l’Institut des études classiques et chrétiennes de l’université de Bari (Italie). Le gisement, qui date de l’Antiquité tardive, fut brièvement expertisé par le Drasm en 1980, peu de temps après sa déclaration. Il gît par 6 à 8 m de fond dans l’anse de la Palud, au pied d’une barrière rocheuse affleurant sous la surface. Cet écueil dangereux, dit du Petit Rascas, est vraisemblablement à l’origine du naufrage, au moment où le navire était en quête d’un abri. Le site, qui occupe une surface d’environ 60 ou 80 m2, se signale encore en surface par un grand nombre de tessons d’amphores prisonniers dans une grande cuvette de roches.

2Cette nouvelle opération a permis de mieux définir la teneur du chargement (Long, Volpe 1994 ; à paraître), composé en majorité d’amphores cylindriques africaines de grandes dimensions, de type Keay LV et Keay LXII. Quelques-unes, parmi cette dernière catégorie, présentent d’intéressants graffiti paléochrétiens (croix, monogrammes et autres symboles) incisés sur le col. Il faut également signaler, en moins grand nombre, des amphores orientales provenant de Syrie et de Palestine. Ce complément de fret présente notamment les formes Carthage Late Roman Amphorae 1, 2, 4 et 5-6. Il faut signaler, en outre, deux plats en céramique sigillée africaine D (formes Hayes 88 et 104A) et quelques fragments de céramique commune qu’il faut ranger parmi la vaisselle de bord.

3Au vu de la vaisselle et de la forme des amphores, la datation du naufrage se place dans le vie s. apr. J.‑C., probablement vers le milieu ou dans la deuxième moitié du siècle. Compte-tenu de l’extrême rareté des épaves datant de cette époque, il s’agit à n’en pas douter d’un gisement d’un très grand intérêt qui nous éclaire sur le commerce en Méditerranée occidentale lors du passage de l’antiquité tardive à la période du haut Moyen Âge.

4Si nous n’avons encore aucune certitude quant à la destination finale du navire, il est toutefois possible qu’il s’agisse de Marseille ; les analogies sont en effet nombreuses entre le matériel de l’épave et celui mis au jour dans les fouilles de la cité.

Fig. 1 – Amphores orientales du chargement

Fig. 1 – Amphores orientales du chargement
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Amphores orientales du chargement
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107599/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Giuliano Volpe, « Au large de Hyères – Île de Port-Cros, épave de la Palud » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107599

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Giuliano Volpe

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search