Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Ramatuelle – Cap Cama...

1993
Domaine public maritime

Au large de Ramatuelle – Cap Camarat, Camarat 2

Fouille programmée (1993)
Responsable d’opération : Marie-Brigitte Carre

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : CNRS

Texte intégral

1La fouille de l’épave Camarat 2 (-41 m), interrompue depuis 1989, a repris du 6 septembre au 14 octobre 1993, avec le support de L’Archéonaute sous le commandement du Maître Principal Brun et avec le concours de l’équipe technique du Drasm. Cette épave, déclarée en 1978, avait déjà fait l’objet d’un sondage, puis d’une fouille, sous la responsabilité de Madame Antoinette Hesnard (Liau, Pomey 1985, p. 569 ; Pomey et al. 1987-1988, p. 37-38 ; Pomey et al. 1992, p. 40-42).

2L’intérêt de ce site – malgré les incertitudes qui demeurent encore sur l’origine d’une partie de la cargaison – est de permettre d’évoquer le commerce de l’huile à l’époque républicaine. La présence de céramique à paroi fine (formes 1 à 5 de Marabini Moevs), de deux coupes de campanienne, les amphores égéennes, conduisent en effet à dater le dernier voyage dans une fourchette chronologique encore assez large de la fin du iie s. au début du ier s. avant notre ère. La cargaison principale du navire est composée d’amphores ovoïdes, dont on pense qu’elles servaient au transport de l’huile. Ces amphores peuvent se rattacher à deux types, celui des « Tripolitaines anciennes » et celui des Dressel 26. On a pour ces dernières émis l’hypothèse d’une origine italienne. Ces amphores sont relativement faciles à distinguer pour l’époque augustéenne, mais il est indispensable d’en obtenir maintenant un échantillon suffisant pour en effectuer l’étude typologique pour le siècle précédent, et pour vérifier ou infirmer l’hypothèse de l’origine campanienne. D’autres amphores ovoïdes, repérées en petit nombre pour l’instant sur l’épave, pourraient avoir été fabriquées sur la côte adriatique : si les productions de ateliers de Brindes sont bien connues, il n’en est pas de même pour la portion de côte située plus au nord, où ne sont vraiment bien attestées que les amphores vinaires.

3Il était prévu, lors de la campagne 1993, d’achever la fouille de la partie de la cabine qui avait déjà été partiellement mise à jour. Ce programme a pu être réalisé, malgré les conditions météorologiques qui n’ont permis d’effectuer que onze jours de travail sur les vingt-huit réservés à cette opération, parce que le flanc bâbord n’existe plus, du moins dans la partie ouverte sur l’extrême arrière. Sur le sable ont roulé des amphores provenant sans doute de la cambuse, mais aussi de la cargaison. C’est probablement à la réserve de l’équipage qu’il faut attribuer les rares amphores à vin, toutes égéennes, que nous avons retrouvées : une amphore cnidienne et un col de Cos. Nous avons également recueilli le reste des fragments appartenant à une coupe de verre découverte en 1989, et de nombreux tessons représentant très peu d’objets de cuisine ou de stockage, en particulier des pots résinés.

4La suite du programme prévoyait la fouille d’une bande de 2 à 3 m de largeur, perpendiculaire à l’axe du navire et située au contact de la zone de déversement de la cabine. Le nettoyage superficiel de cette bande a montré que la cargaison en place est à chercher encore plus au sud, et a mis en évidence, parmi les amphores écrasées, une meule en pierre et un tuyau de pompe de cale ; la présence de la cabine et les observations effectuées sur la structure de la coque avaient déjà amené à identifier cette extrémité de l’épave comme la poupe, ce que cette découverte confirme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Brigitte Carre, « Au large de Ramatuelle – Cap Camarat, Camarat 2 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107603

Haut de page

Auteur

Marie-Brigitte Carre

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Brigitte Carre

CNRS

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search