Navigation – Plan du site

AccueilRégionsProvence-Alpes-Côte d’Azur1993Domaine public maritimeAu large de Cannes – Pointe de la...

1993
Domaine public maritime

Au large de Cannes – Pointe de la Croisette

Prospection de site (1993)
Responsable d’opération : Louis Lacoupelle

Texte intégral

1Ce gisement, signalé en 1960 et considéré comme dépotoir, a été « redécouvert » lors de l’opération de sauvegarde du mobilier archéologique dégagé par des travaux d’adduction d’eaux à l’île Sainte-Marguerite (Goury, Lacoupelle 1992). Il a été déclaré aux Affaires maritimes de Nice le 19 mars 1992. Le site est à 280 m au sud de la Pointe de la Croisette à Cannes, il est à 3 m de profondeur sur une tache de sable coquillé parmi les posidonies.

2Les travaux de sondage réalisés de mars à mai 1993 ont mis en évidence la présence d’un bâtiment chargé de carrelage. L’exploration du site avec une suceuse à eau a permis d’extraire une grande quantité de carreaux en terre cuite de 20,5 cm x 20,5 cm, dont 123 entiers, une pièce de monnaie de cinq centimes à l’effigie de Napoléon III datée de 1855, cinq pièces de bois appartenant à la membrure, des morceaux de verre provenant de bonbonnes, des maillons de chaîne concrétionnés et deux boulets en fer sans rapport avec l’épave. L’ancre n’a pas été retrouvée.

3Les remous causés par la houle à cette faible profondeur et les forts courants dans cette zone ont bouleversé les éléments de la coque et le mobilier de l’épave. Néanmoins l’analyse des carreaux (moulés à la main), la pièce de monnaie et la technique de construction du bateau (avec des entretoises métalliques) permettent de dater l’épave vers le milieu ou la fin du xixe s.

4D’autre part, la comparaison des pièces de bois récupérées avec celles du bateau « San Troupès » construite à Saint-Tropez par l’association « Capian » autorise à dire qu’il s’agit d’une tartane identique, à savoir de 15 m environ et d’une vingtaine de tonneaux. Ce type d’embarcation était couramment utilisé pour le transport de matériaux. L’enquête en archives n’a pas permis de retrouver le nom de ce bateau. Un autre sondage sur ce site n’apporterait pas d’éléments supplémentaires permettant la classification de cette épave.

5Durant la période du chantier, France 3 Antibes est venu réaliser un reportage sur le site. C’est durant ce tournage qu’une amphore entière de type Maña D a été découverte à -6 m sur le flanc sud de la tranchée creusée en 1992. Après accord du Drasm elle fut déclarée et remontée puis déposée au Musée de la Mer sur l’île Sainte-Marguerite après dessalement et restauration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Lacoupelle, « Au large de Cannes – Pointe de la Croisette » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d’Azur, mis en ligne le 17 septembre 2021, consulté le 17 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107615

Haut de page

Auteur

Louis Lacoupelle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Louis Lacoupelle

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search