Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – 20 rue Gaultie...

2016
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – 20 rue Gaultier-de-Biauzat

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2016 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) 20 rue Gaultier de Biauzat, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Le projet de construction de logements dans une propriété de 1 500 m2 située au 20 de la rue Gaultier-de-Biauzat, à Clermont-Ferrand, est à l’origine de ce diagnostic archéologique. Quatre tranchées couvrant une surface de 110 m2 représentant 9,86 % de la superficie accessible ont été réalisées.

2Le diagnostic a révélé une occupation essentiellement funéraire représentée par 35 structures identifiées comme des sépultures. Les vestiges non funéraires se limitent à un mur maçonné, deux fosses et un possible fossé ou une dépression naturelle. Pour 24 sépultures, un élément du squelette en connexion a été observé, attestant d’inhumations primaires, auxquelles s’ajoutent un sarcophage à couvercle en bâtière et un coffre de dalles. Les neuf structures restantes sont des fosses de formes, dimensions et orientations identiques aux sépultures avérées, mais qui n’ont pas été testées. La majorité des sépultures est localisée dans la partie centrale du terrain, dans le sondage 2 et dans les deux tiers est du sondage 3. En l’absence d’élément mobilier en position primaire et dans l’attente des analyses radiocarbones, il est délicat de dater précisément l’occupation funéraire. Au sein du sondage 2, deux phases successives se distinguent toutefois. La première serait attribuable à l’Antiquité tardive ou aux débuts du haut Moyen Âge, du fait de la présence d’un sarcophage en trachyte, ce type de contenant funéraire étant utilisé régionalement du ve au viie s. Les inhumations de cette phase sont situées à une profondeur comprise entre 1,15 m et 2 m sous le niveau actuel. Mais, dans le sondage 2, les fosses elles-mêmes sont conservées sur une hauteur de 0,60 à 0,95 m, s’ouvrant à une profondeur de 0,70 m seulement sous le sol de l’actuel jardin. Aucun niveau de circulation n’a été identifié. Dans le sondage 2, la majorité des sépultures participe de cette première occupation funéraire. Les sépultures du sondage 1 et plusieurs sépultures du sondage 3 pourraient également appartenir à cette phase, d’après leur profondeur d’enfouissement. Ce sont des inhumations primaires individuelles de sujets adultes, à l’exception d’un sujet immature et d’un adolescent. Les défunts ont été déposés sur le dos, selon un axe ouest-est, la tête à l’ouest. Les squelettes sont dans un état de conservation variable, relativement mauvais pour les plus profondément enfouis. L’architecture funéraire semble en revanche bien conservée. Outre le sarcophage, encore muni d’un massif couvercle en bâtière, et l’aménagement de dalles et de blocs de la sépulture adjacente, cette bonne conservation concerne notamment la profondeur conservée des fosses sépulcrales et leur lisibilité lorsqu’elles atteignent le calcaire marneux. Au moins l’une d’entre elles présente des restes du bois du réceptacle conservé.

3La gestion rationnelle de la zone sépulcrale ressort de l’implantation des sépultures, qui ne se recoupent que de manière mineure, sur les bords ou leurs extrémités. Certaines inhumations semblent dessiner des lignes est-ouest, mais il ne s’agit cependant pas de tranchées contenant plusieurs inhumations, celles-ci étant installées dans des fosses indépendantes se recoupant légèrement. Une organisation en approximatives rangées nord-sud est possible, mais les sondages ne permettent pas de l’assurer. Tout au plus peut-on constater un relatif alignement des extrémités de certains creusements dans chacun des sondages.

4La présence d’une seconde phase d’inhumations est révélée notamment par la stratigraphie ; deux, voire trois sépultures recoupent en effet le niveau qui scelle les tombes de la première phase. Certaines sépultures, pour lesquelles les relations stratigraphiques n’ont pu être définies, sont hypothétiquement rattachées à cette seconde phase du fait de leur faible profondeur. Par ailleurs, on observe que, si une sépulture rattachée à la première phase est recoupée par un mur présent à l’extrémité nord du sondage 2, celui-ci est lui-même entaillé au sud par plusieurs fosses, non testées, mais qui s’apparentent par leur forme et leur orientation à de probables sépultures.

5Si aucune donnée ne permet de dater précisément cette deuxième phase d’occupation funéraire, il est sans doute significatif cependant que l’ensemble du mobilier céramique issu des niveaux archéologiques, bien que très modeste quantitativement, ne comporte pas d’éléments postérieurs au viie s.

6Les sépultures de cette seconde phase semblent témoigner d’une occupation funéraire plus disparate que la première, sans trame ou alignement apparents. À l’image de celles de la phase précédente, elles sont creusées selon un axe ouest-est, où le défunt a la tête à l’ouest, mais au moins une inhumation est orientée nord-sud, tête au nord. La profondeur de ces inhumations est moindre que les précédentes, les squelettes apparaissant entre 0,80 m et 1,05 m sous le niveau actuel. Les squelettes sont très bien conservés, mais les fosses sont illisibles. La présence de plusieurs clous appartenant potentiellement à l’architecture funéraire a été relevée, mais, aucune sépulture n’ayant été fouillée, l’inhumation des défunts en cercueil reste hypothétique. Les sépultures de cette phase semblent plus densément implantées vers le sud, à l’extrémité du sondage 2.

7La fonction et la chronologie du mur déjà mentionné et sa relation avec l’occupation funéraire sont étayées par un ensemble de données. Il subsiste de cette maçonnerie, conservée sur une longueur de 3 m et large de 0,60 m, deux assises en élévation parementées avec des moellons de roche volcanique grossièrement taillés, liés au mortier, couronnant une fondation de 0,55 m de hauteur, ancrée sur le substrat marno-calcaire. La stratigraphie présente à l’ouest du mur n’est pas connue, car elle est perturbée au sud par le creusement de plusieurs tombes de la phase 1, dont l’une est assurément antérieure à la construction du mur, tandis qu’au nord, le décapage mécanique a été stoppé sur l’arase de la maçonnerie. À l’est du mur, la surface de la couche correspondant au niveau de construction du mur et d’apparition des tombes de la première phase affecte un profil taluté, en pendage vers l’est, ce qui est cohérent avec les données du sondage 1, où le niveau archéologique est situé nettement en contrebas. Elle est recouverte par une couche de blocs, recelant quelques éléments céramiques des ve-viie s., qui provient probablement de la démolition de la maçonnerie. Ces observations suggèrent de considérer cette structure comme un probable mur-terrasse implanté à l’emplacement d’un dénivelé important du terrain, d’autant que la coupe ouest du sondage 2 ne révèle aucun vestige d’un quelconque mur de retour est-ouest qui pourrait étayer l’hypothèse d’un bâtiment se développant vers l’ouest. Il est important d’observer que, si ce mur recoupe une sépulture de la première phase, le sondage profond ouvert à l’est du mur n’en n’a révélé aucune, suggérant qu’il existait peut-être une limite plus ancienne de l’espace funéraire dans ce secteur.

8L’absence de sépulture dans le sondage 4 et le tiers occidental du sondage 3 semble indiquer que la zone sépulcrale ne se développait pas vers l’ouest. Cette limite ne se manifeste cependant pas par un effet de « butée » des sépultures, ce qui permet d’envisager une zone funéraire ouverte, sans délimitation matérialisée au sol.

9Le sondage 1 n’a livré que trois sépultures, mais cette faible densité n’implique pas la proximité d’une limite de la zone funéraire. En effet, le faible nombre de sépultures et leur présence uniquement dans les niveaux profonds sont vraisemblablement liés à une destruction des niveaux supérieurs : d’une part, le niveau renfermant les inhumations recèle des ossements humains en position secondaire et les sépultures contiennent des squelettes lacunaires et perturbés ; d’autre part, la couche qui scelle ce niveau renferme du mobilier d’époque moderne. Il est impossible de dire si cette perturbation est localisée ou généralisée à toute la partie orientale de la zone sépulcrale.

10Du côté nord, une voie empierrée est-ouest, datée des ive-ve s., mise au jour dans la parcelle mitoyenne, à une dizaine de mètres des sépultures les plus septentrionales, constitue a priori une limite maximale à l’extension de la zone funéraire, d’autant qu’aucun ossement humain n’a été découvert à proximité. Cette voie étant établie nettement en contrebas du niveau funéraire, à l’aplomb du sondage 2 (la chaussée se trouve 2 m plus bas que le niveau d’apparition des tombes), on peut supposer que la limite de l’aire funéraire doit se situer au niveau de la rupture de pente ou de terrasses séparant les deux ensembles. Il n’est pas possible de relier cette aire funéraire à un édifice particulier, mais elle s’insère dans un secteur de la ville, le vicus christianorum de la cité arverne, où sont attestées plusieurs basiliques funéraires et plusieurs églises au cours du haut Moyen Âge. La plus proche connue est l’église Saint-Étienne, puis Saint-Patrocle, construite au milieu du ve s. d’après le récit de Grégoire de Tours, et qui était située à l’emplacement approximatif de l’actuelle église Saint-Eutrope, à quelques dizaines de mètres au sud-ouest de la parcelle sondée. Il est peu probable que les sépultures soient rattachées à cet édifice, puisque le diagnostic a mis en évidence la limite occidentale de l’ensemble funéraire. Un développement de la zone sépulcrale vers le sud-ouest ne peut cependant être exclu.

11Une fouille réalisée à proximité de l’opération, au 16 de la rue Gaultier-de-Biauzat, a livré 93 inhumations datées de l’Antiquité tardive au haut Moyen Âge réparties sur 2 000 m2. Cette fouille n’ayant pas permis de cerner les limites de l’ensemble funéraire, il est envisageable que les sépultures découvertes au 20 rue Gaultier-de-Biauzat et celles mises au jour au 16 appartiennent à la même zone sépulcrale, les deux parcelles n’étant séparées que par une vingtaine de mètres. De la documentation existante, il ressort cependant que la densité des sépultures découvertes lors de la fouille de 1996 était plus importante au sud-ouest qu’au nord, en direction de la parcelle sondée.

Fig. 1 – Plan détaillé des sondages, avec localisation des coupes stratigraphiques et proposition de phasage des tombes

Fig. 1 – Plan détaillé des sondages, avec localisation des coupes stratigraphiques et proposition de phasage des tombes

DAO : P. Combes, M.-L. Thierry (Inrap).

Fig. 2 – Vue du sarcophage SP2010 et du coffre de dalles SP2035, vers l’ouest

Fig. 2 – Vue du sarcophage SP2010 et du coffre de dalles SP2035, vers l’ouest

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan détaillé des sondages, avec localisation des coupes stratigraphiques et proposition de phasage des tombes
Crédits DAO : P. Combes, M.-L. Thierry (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 2 – Vue du sarcophage SP2010 et du coffre de dalles SP2035, vers l’ouest
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Clermont-Ferrand – 20 rue Gaultier-de-Biauzat » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 28 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107714

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search