Navigation – Plan du site
1990

Arcambal

Pech de Bears
Responsable(s) des opérations : Céline Ramponi

Entrées d’index

Géographique :

Midi-Pyrénées, Lot (46), Arcambal

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 (SU)
Inventeur(s) : Ramponi Céline (INRAP)

1Dans le cadre d'un sujet de maîtrise qui porte sur l'inventaire des fortifications de l'Âge du fer dans le Lot, il a été jugé opportun de faire un choix de sites dont la potentialité archéologique était suffisante pour justifier plusieurs sondages d'évaluation.

2C'est ainsi que l'intérêt s'est porté sur l'éperon du Pech de Biars établi dans une boucle du Lot sur un plateau de 3,5 ha qui domine la vallée de plus de 110m. Son accès est barré par une fortification (Fig. n°1 : Plan de localisation du site) effondrée par endroits mais encore visible sur plus de 3 m de haut et autant en largeur qui avait été interprétée en 1929 par A. Viré comme étant une muraille gauloise. Depuis, rien n'est venu compléter notre information si ce n'est la présence de tessons de poteries du Premier ou du Second Âge du fer, sans autre précision.

3Deux sondages implantés intra muros se sont révélés particulièrement intéressants puisqu'ils ont permis de reconnaître, au travers d'une stratigraphie de plus de un mètre, des indices d'occupations attribuables au Premier Âge du fer (céramiques grossières dont quelques-unes décorées de cordons et céramiques fines lissées) et au Ier s. avant J.-C. (fragments d'amphores vinaires italiques Dr. 1).

4La destruction du rempart sur une dizaine de mètres de long a été à l'origine d'un troisième sondage qui devait permettre la prise en compte rationnelle des conditions d'implantation et des techniques de construction appliquées au rempart. Le parement observé sur sa face externe est composé de blocs rectangulaires grossièrement appareillés et disposés en assises assez régulières sans mortier de fixation, alors que l'intérieur du massif présente un apport de gros blocs calcaires. Le matériel céramique recueilli principalement dans le niveau supérieur de l'éboulis peut être daté du Premier Âge du fer.

5Les résultats acquis sont prometteurs et il conviendra de poursuivre cette opération par des séries de sondages plus à même de préciser la chronologie de l'enceinte.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de localisation du site

Fig. n°1 : Plan de localisation du site

Auteur(s) : Ramponi, Céline. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de localisation du site
Crédits Auteur(s) : Ramponi, Céline. Crédits : GI 1997 ; CNRS Éditions 1998 (1990)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/10777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

« Arcambal », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Midi-Pyrénées, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/10777

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals