Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – Allée des Frai...

2016
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – Allée des Fraisiers

Opération préventive de diagnostic (2016)
Responsable d’opération : Yann Deberge

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Deberge Y. 2016 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) allée des fraisiers, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1L’intervention archéologique effectuée allée des Fraisiers à Clermont-Ferrand a permis l’examen de 15 000 m2 d’un terrain, partiellement nu, situé en périphérie nord de l’agglomération clermontoise. Le secteur examiné est localisé sur le versant méridional de la butte de Chanturgue. Aujourd’hui, il correspond à une zone résidentielle en pleine restructuration, associant des bâtiments anciens appartenant au programme des « cités Michelin » et des édifices récents destinés à l’hébergement à caractère collectif. Les parcelles diagnostiquées appartiennent précisément à l’ancienne cité Michelin dite « de Chanturgue », qui fut édifiée dans les années 1920, en relation avec le développement du site industriel de Cataroux. Elle accueillait alors sept maisons plurifamiliales, comportant chacune de deux à quatre logements, et leurs jardins respectifs. Au moment du diagnostic, plusieurs de ces constructions avaient été démolies.

2Malgré des conditions d’intervention contraignantes (utilisation d’une mini pelle, présence de réseaux et de constructions en élévation, profondeur importante des vestiges), 22 tranchées ont été réalisées, permettant de sonder 8 % de l’emprise totale ou 11 % de la surface accessible. Elles ont permis la mise en évidence, dans un sous-sol largement perturbé par les constructions subactuelles, d’un aqueduc, de onze fossés, de deux vastes structures hydrauliques avec leurs aménagements annexes, d’une carrière, de deux fosses et d’un drain. Ces vestiges, qui apparaissent à des profondeurs comprises entre 0,20 et 2,00 m, renvoient principalement à la période gallo-romaine pour quatre structures, et, de façon moins assurée, à la période médiévale, pour dix structures. Les autres aménagements sont attribués à la période contemporaine ou sont de datation incertaine.

3L’aqueduc antique correspond à un aménagement au tracé discontinu, pourvu de tronçons creusés en sape et de parties réalisées en tranchées étroites ouvertes depuis la surface du substrat. Son orientation suit un axe nord-nord-est – sud-sud-ouest, depuis un point de captage à localiser en amont sur la pente, en direction du Puy de Chanturgue. Les trois autres aménagements attribués à l’Antiquité sont des fossés, dont l’orientation est cohérente avec celle de l’aqueduc. Ces structures témoignent d’une faible mobilisation de ce secteur qui, situé à distance de l’agglomération antique d’Augustonemetum, correspond, à cette période, à un espace rural.

4Les vestiges attribués, de façon peu certaine, faute de disposer d’un mobilier suffisant et caractéristique, à la période médiévale (xiiie-xive s. ?), sont plus nombreux et de plus grande taille. Il s’agit, en premier lieu, d’une vaste excavation longue de plus de 36 m et large d’environ 12 m, dont la profondeur maximale dépasse les 5 m. Cet aménagement, qui recoupe le substrat marno-calcaire, peut correspondre à une vaste carrière destinée à l’extraction de matériaux calcaires, marneux ou argileux. Alors que son comblement était déjà largement engagé, un petit foyer domestique constitué de quelques briques posées à plat a été installé sur l’une de ses bordures.

5Deux grands creusements linéaires sont également rattachés à cette phase d’occupation. Dégagés dans la moitié nord de l’emprise, ces aménagements, orientés selon un axe ouest-est, ont été suivis sur 80 m de longueur. Larges de 7 et 10 m, ils entaillent le substrat sur une profondeur allant de 2 à 3 m depuis la surface de décapage. Leur profil a la forme d’un V avec des parois pentues et un fond globalement plat et large. Leur comblement, chargé en sables, argiles et limons, indique une présence régulière (permanente ?) d’eau. Ces deux structures sécantes, dont la chronologie relative n’est pas établie, ont donc eu pour fonction d’acheminer de l’eau en quantité importante depuis l’ouest (amont) vers l’est (aval). Quelques aménagements bordiers (des canaux de dérivation ou des défenses de berge ?) ont été mis en évidence entre ces deux grandes structures hydrauliques.

6Les autres structures médiévales correspondent à deux fossés localisés dans la partie sud de l’emprise, ainsi qu’à un petit foyer en fosse installé au sommet du comblement de l’un de ces canaux.

7S’ajoutent à ces aménagements antiques et médiévaux, sept fossés, probablement tous des limites parcellaires, un trou de poteau (ou petite fosse) et une fosse, qui renvoient à la période contemporaine ou qui ne sont pas datés de façon précise.

8Au final, cette opération de diagnostic témoigne d’une très faible mobilisation du secteur avant la période gallo-romaine (quelques mobiliers résiduels protohistoriques). Elle est à peine plus soutenue au cours de l’Antiquité, avec la présence d’un aqueduc et de quelques fossés. La phase de plus grande activité correspond au bas Moyen Âge (xiiie-xive s. ?), période au cours de laquelle ce secteur semble être le siège d’activités extractives (carrière de calcaire) et hydrauliques (aqueducs ou biefs).

Fig. 1 – Vues des tronçons US 43 et US 63 de l’aqueduc gallo-romain

Fig. 1 – Vues des tronçons US 43 et US 63 de l’aqueduc gallo-romain

Clichés  : Y. Deberge (Inrap).

Fig. 2 – Relevé de détail et vue du foyer US 25 installé dans le comblement de la structure US 21

Fig. 2 – Relevé de détail et vue du foyer US 25 installé dans le comblement de la structure US 21

Sondage 11.

Clichés : Y. Deberge ; DAO : M. Heppe (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vues des tronçons US 43 et US 63 de l’aqueduc gallo-romain
Crédits Clichés  : Y. Deberge (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 – Relevé de détail et vue du foyer US 25 installé dans le comblement de la structure US 21
Légende Sondage 11.
Crédits Clichés : Y. Deberge ; DAO : M. Heppe (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 539k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Deberge, « Clermont-Ferrand – Allée des Fraisiers » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107770

Haut de page

Auteur

Yann Deberge

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Yann Deberge

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search