Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes201663 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – Angle de la ru...

2016
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – Angle de la rue de Rabanesse et de la rue Kessler

Fouille préventive (2016)
Responsable d’opération : Damien Martinez

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Hadès

Texte intégral

1sépulture, érosion, ossement humain, artisanat, drainage, drain, hydraulique, fossé, voirie, cardo, decumanus, édifice, métallurgie, four de bronzier, mur, caniveau, sol, foyer, atelier, four, fontaine, céramique gallo-romaine

2La parcelle étudiée se situe au sud de la butte centrale de Clermont-Ferrand. La fouille archéologique préventive a été prescrite en amont d’un projet de construction de logements sociaux, portant sur une assiette de 1 900 m2.

3Les vestiges mis au jour à cette occasion sont nombreux, et ils s’inscrivent dans une séquence chronologique s’échelonnant du Néolithique à la fin du Moyen Âge.

État I (Néolithique moyen)

4Le système de rabattement de la nappe d’eau, dans ce secteur très humide compte tenu de sa proximité avec la Tiretaine sud, a permis d’observer la séquence stratigraphique jusqu’aux marnes argileuses naturelles. C’est précisément en surface de cet horizon qu’une tombe a été découverte dans l’angle sud-est de la zone de fouille, au pied de la rue Kessler. Le défunt a été inhumé dans une fosse étroite, de forme ovalaire. Il reposait sur le dos, légèrement incliné sur son côté droit, les jambes repliées sur sa droite. Les analyses radiométriques réalisées sur l’un des ossements de la sépulture ont livré une datation du Néolithique moyen.

5Aucune autre structure de cette période n’a été mise au jour. En revanche, les études conduites sur la séquence stratigraphique sus-jacente ont montré une forte érosion des niveaux anthropiques les plus anciens, due aux débordements de la Tiretaine, dont le versant sud du lit majeur a d’ailleurs été identifié à moins de 30 m de la tombe en question, au pied de la limite nord de la zone de fouille. D’ailleurs, d’autres ossements humains erratiques ont été découverts dans les dépôts de sables recouvrant les marnes. Ces derniers signalent, dès lors, l’existence d’autres sépultures dans un environnement proche de celle découverte.

État II (ier s. apr. J.‑C.)

6Aucun vestige protohistorique n’a été découvert dans l’emprise de la fouille. L’occupation suivante date, par conséquent, de la période gallo-romaine et se traduit, dans un premier temps, par des structures et des bâtiments à fonction artisanale.

7Des premiers travaux ont d’abord permis d’assainir la zone marécageuse grâce à la mise en place d’un système de drainage. Le réseau primitif est constitué d’au moins trois drains. Ces derniers correspondent à de petits fossés creusés jusqu’aux marnes naturelles, au fond desquels ont été disposés des blocs de basalte assurant la circulation de l’eau. L’ensemble est recouvert par une épaisse couche d’argile plastique verdâtre (0,25 à 0,30 m) assurant l’étanchéité du dispositif, empêchant ainsi le comblement supérieur du creusement, de plus d’1 m d’épaisseur en moyenne, de s’infiltrer parmi les blocs déposés au fond de la structure.

8L’élément structurant cette première implantation est un axe de circulation orienté nord-sud, le cardo maximus repéré par ailleurs en amont et en aval de cette portion de tracé, observé en limite ouest de la parcelle et se développant sous l’actuelle rue de Rabanesse. Sa bande de roulement primitive, bordée à l’est par un fossé, est constituée de pouzzolane concassée.

9De premiers bâtiments sont logiquement construits le long du cardo. Il s’agit de constructions portant sur de faibles emprises (10 à 15 m2) et construites en matériaux périssables, généralement des élévations légères sur sablières basses. Ces constructions se situent à proximité de structures relevant d’une activité métallurgique, tournée vers le travail des alliages cuivreux. En effet deux, voire trois, fours de « bronziers » ont été découverts dans le tiers sud de l’emprise de fouille.

10La datation de ce premier état reste, pour l’instant, suspendue aux résultats issus des analyses des mobiliers. Un premier examen au cours de la phase terrain a toutefois permis d’envisager une datation centrée sur le ier s., avec des premiers indices témoignant d’une installation au cours de la seconde moitié de ce siècle.

État III (iie s.–début iiie s. ?)

11L’état d’occupation suivant correspond, pour sa part, à la mise en place d’un véritable quartier qui s’articule désormais autour de deux rues : le cardo maximus à l’ouest et une petite rue décumane, dont le tracé a été mis en évidence dans l’extrémité méridionale de la parcelle étudiée. Au préalable, de nouveaux travaux d’assainissement d’ampleur sont mis en œuvre, caractérisés une nouvelle fois par un réseau de drainage très structuré.

12L’ensemble bâti est matérialisé, à l’échelle de la fenêtre d’observation offerte par la fouille, par deux entités qui se distinguent de part et d’autre d’un mur traversant le terrain d’est en ouest. Ces deux blocs disposent d’une façade donnant sur le cardo, qui est dorénavant doublé d’un trottoir à l’est : au fossé bordier primitif se substitue à présent un caniveau maçonné. Ces entités s’organisent chacune autour de cours accessibles depuis la rue à l’ouest.

13Le bloc sud est constitué de quatre pièces réparties entre deux ailes de bâtiment perpendiculaires, entourant une cour rectangulaire limitée au nord par le mur parcellaire. Deux de ces pièces sont dotées de sols en mortier de chaux reposant sur des radiers de blocs de basalte. Ces dernières n’abritent aucun aménagement particulier permettant d’approcher leur fonction. En revanche, l’une d’entre elles dispose de plusieurs fours de cuisson, qui la désignent, à première vue, comme une cuisine. L’aile sud de cet ensemble est doublée par de petites pièces ouvrant sur la rue décumane. Certaines abritent des foyers construits. L’agencement de ces pièces et leur articulation avec la rue suggèrent une fonction d’échoppe et/ou de petit atelier artisanal.

14Le bloc nord, pour sa part, est constitué de trois ailes, également organisées autour d’une cour rectangulaire. L’aile sud, adossée au mur parcellaire, est constituée de trois, voire quatre pièces. À l’ouest, dans une première phase, un espace d’une trentaine de mètres carrés correspond peut-être à un espace semi-ouvert, constituant un renflement du cardo sur sa bordure orientale. La présence, dans cette zone, d’une petite fontaine, potentiellement caractérisée par les vestiges d’un tuyau de plomb associé à un massif maçonné (le dispositif a malheureusement été bouleversé par le passage d’un égout d’époque moderne), pourrait aller dans le sens de cette hypothèse. Au sud-est de cet espace se développe une petite pièce carrée très arasée. Directement au sud figurent deux autres pièces. La première, de très grandes dimensions (environ 40 m2), est de forme rectangulaire et était, dans une première phase, manifestement divisée en deux espaces. Dans la moitié ouest de la pièce, a pris place une structure maçonnée, dont le mur nord était percé par deux conduits ouvrant à l’extérieur sur un alandier. Ce dispositif trouve des comparaisons avec les séchoirs (et/ou fumoirs) attestés ailleurs en Gaule. Au nord de cette pièce se tient un espace d’une dizaine de mètres carrés, dont le sol était entièrement recouvert de tegulae disposées face contre terre. L’aile nord de ce bloc est dotée d’au moins deux bâtiments partitionnés en plusieurs petites entités, et, pour certaines, dotées de sols en dur. Aucune articulation avec le cours d’eau, qui coulait à quelques dizaines de mètres au nord, n’a pu être mise en évidence.

15La datation de cet état d’occupation est également suspendue aux études de mobiliers, mais les premières observations issues de la phase terrain tendent à la situer dans le courant du iie s. L’interprétation de cet ensemble reste également malaisée. Cependant, le plan du quartier et la nature des constructions excluent à première vue l’hypothèse de domus, de même qu’ils ne s’inscrivent pas dans les exemples de quartiers d’habitat modeste connus dans d’autres agglomérations romaines. En l’état des recherches, et au vu de plans comparativement proches, l’hypothèse de complexes d’hôtellerie constitue peut-être une piste à explorer.

État IV (iiie s. apr. J.‑C. ?)

16L’état suivant, qui s’inscrit, pour sa part, dans un large iiie s., est marqué par une restructuration du quartier. Celle-ci se caractérise par la construction d’un nouveau bâtiment dans l’angle sud-ouest de la fenêtre de fouille, en bordure du cardo, qui vient condamner à l’ouest la petite rue décumane, et, par conséquent, modifier sensiblement l’organisation du bloc sud. Le bloc nord subit également quelques modifications, qui se traduisent par des réaménagements des espaces existants, mais surtout par la construction d’un vaste édifice à l’emplacement du bâtiment de l’angle nord-est de la zone de fouille. Celui-ci est malheureusement mal conservé et les niveaux de sols associés totalement détruits par les aménagements postérieurs.

État V (viie-viiie s.)

17Comme souvent, la réalité du quartier au cours de l’Antiquité tardive n’a pu être concrètement approchée, du moins à l’étape de la fouille. Quelques nouveaux réaménagements des bâtiments pourraient dater de cette période, ce que viendront confirmer ou infirmer les études spécialisées en cours. Une occupation significative est datée de la fin de la période mérovingienne et/ou du début de l’époque carolingienne (deuxième moitié viie-viiie s.). Elle est représentée par plusieurs tombes, essentiellement concentrées dans le vaste bâtiment installé tardivement dans l’angle nord-est de la zone de fouille. Cet édifice était arasé lorsque les sépultures ont été installées, mais, au vu de l’agencement des tombes, ses ruines ont manifestement servi de marqueur pour l’espace funéraire. Un autre horizon sépulcral de cette période, caractérisé par deux tombes, l’une découverte lors du diagnostic, l’autre lors de la fouille, est également attesté dans l’autre extrémité du site, au sud.

État VI (fin du Moyen Âge-début de l’époque moderne)

18Les terrains semblent délaissés au moins jusqu’à la fin du Moyen Âge, période au cours de laquelle de nouveaux bâtiments sont construits dans l’extrémité méridionale de la zone de fouille. Ces bâtiments, en dur, sont probablement à mettre en lien avec la paroisse Saint-Jacques, dont l’église n’est toutefois pas attestée par les textes avant le xviie s.

19Les résultats de cette fouille restent à l’heure actuelle lacunaires et tendent à évoluer plus ou moins significativement à l’issue de la réalisation des études spécialisées.

20Cette opération offre néanmoins une vision privilégiée sur l’évolution et le développement d’un quartier situé sur les marges d’Augustonemetum. À l’image des autres opérations conduites dans les contextes de franges urbaines de la ville, elle illustre le développement économique du chef-lieu au cours du iie s., qui a conduit à investir, au moyen de travaux d’une certaine ampleur, des zones humides et, au demeurant, inhospitalières. L’importance du cardo maximus a pu être démontrée, s’il en fallait, dans la genèse des premiers quartiers suburbains, avec la mise en place précoce, le long de son tracé, d’ateliers d’artisans qui prenaient place, dès lors, à l’entrée de la ville.

Fig. 1 – Pied de table sculpté d’un protomé de panthère découvert dans le comblement d’un puits (iiie s.)

Fig. 1 – Pied de table sculpté d’un protomé de panthère découvert dans le comblement d’un puits (iiie s.)

Clichés : D. Martinez (Hadès).

Fig. 2 – Plan de masse des vestiges de la période romaine (deuxième moitié ier-iiie s.)

Fig. 2 – Plan de masse des vestiges de la période romaine (deuxième moitié ier-iiie s.)

DAO : D. Martinez (Hadès).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Pied de table sculpté d’un protomé de panthère découvert dans le comblement d’un puits (iiie s.)
Crédits Clichés : D. Martinez (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 2 – Plan de masse des vestiges de la période romaine (deuxième moitié ier-iiie s.)
Crédits DAO : D. Martinez (Hadès).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/107774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Martinez, « Clermont-Ferrand – Angle de la rue de Rabanesse et de la rue Kessler » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2021, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/107774

Haut de page

Auteur

Damien Martinez

Hadès

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Damien Martinez

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search